L'Amérique latine comptera 39 millions de pauvres en plus en 2010 (OCDE)

Bruxelles (afp) - L'Amérique latine comptera 39 millions de pauvres supplémentaires fin 2010 en raison de la crise économique mondiale, estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans un rapport publié lundi.

Selon les estimations de l'OCDE, le produit intérieur brut par habitant va reculer de 3,6% en 2009 sur le continent latino-américain pour renouer en 2010 avec une croissance de 1,3%, ce qui pourrait provoquer une augmentation de la pauvreté de "près de 7 points d'ici la fin 2010".

"Autrement dit, quelque 39 millions de personnes supplémentaires tomberont en dessous du seuil de pauvreté, ce qui reviendrait à annuler quasiment tous les progrès obtenus pendant les cinq années qui ont précédé la crise", écrit l'OCDE, dans son rapport annuel sur l'Amérique latine, présenté à Estoril (Portugal) en marge du 19e sommet ibéro-américain.

Selon les dernières estimations de la Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (CEPAL), 189 millions de Latino-Américains vivent dans la pauvreté, soit 34% de la population.

Soulignant "l'obligation d'orienter les dépenses vers les membres les plus fragiles de la société" en instaurant des "politiques sociales efficaces", l'OCDE relève que, "malheureusement, les pays qui ont généreusement redistribué leurs ressources se retrouvent dépourvus aujourd’hui des moyens de maintenir ces politiques".

L'organisation, qui regroupe les 30 pays les plus industrialisés du globe, s'interroge notamment sur la "viabilité" des "politiques de transferts et de subventions" appliquées par l'Argentine et le Venezuela, dont la marge de maneuvre budgétaire a été réduite, en raison principalement de la chute des cours des matières premières.

Pour l'OCDE, "la durée de la récession mondiale ne sera que l'un des facteurs déterminant les taux de croissance futurs car chaque pays devra démontrer sa capacité à doper sa propre économie par des initiatives publiques durables".

En outre, selon le rapport, "les migrations internationales seront un facteur clé de la reprise économique de la région".

"L’aptitude des gouvernements à exploiter en faveur du développement le potentiel des migrations internationales pourrait être déterminante pour aider la région à surmonter la crise actuelle", écrit l'OCDE, qui rappelle que les ressortissants d'Amérique latine et des Caraïbes représentent près de 25% des personnes nées à l'étranger résidant dans les pays de l'OCDE.

"Beaucoup ont été frappés par les destructions d'emplois dans les pays de l'OCDE, étant donné leur concentration dans les secteurs qui font les frais de la récession, tels le BTP et le tourisme", constate l'OCDE.

Or, "l'argent envoyé chez eux par les migrants représente un volume considérable, parfois plus de 10% du PIB dans certaines économies, notamment aux Caraïbes et en Amérique centrale", souligne l'organisation qui s'inquiète de la diminution des transferts privés, en recul de 11% selon la Banque interaméricaine de développement (BID).

Dans ses conclusions, l'OCDE demande aux pays d'accueil de promouvoir "un accès légal et flexible des migrants à la hauteur de la demande de main d'oeuvre", l'"extension de la protection sociale à davantage de migrants" et prône une "officialisation" des transferts privés, facteur de développement financier.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés