La BoJ prête 3.000 mds yens aux banques

L'institution d'émission a par ailleurs maintenu, sans surprise et à l'unanimité, son taux directeur inchangé au niveau très bas de 0,10%, et promis de "maintenir un environnement financier extrêmement accommodant".

(afp) - Le comité de politique monétaire de la Banque du Japon (BoJ) a annoncé mardi que l'institution allait prêter jusqu'à 3.000 milliards de yens (26,8 milliards d'euros) aux banques à taux préférentiel, tout en maintenant son taux directeur inchangé à 0,1%.

La BoJ a détaillé ce plan dont les grandes lignes avaient été annoncées le mois dernier et dont l'objectif est de "renforcer les bases de la croissance économique".

Elle fournira ces fonds aux institutions financières souhaitant prêter à des entreprises d'un certain nombre de secteurs considérés comme stratégiques pour la croissance du pays (recherche et développement, investissement en Asie, environnement et énergie, médecine, prise en charge des enfants et des seniors, tourisme et agriculture notamment).

La BoJ prêtera de l'argent à un taux égal à son principal taux directeur, c'est-à-dire à 0,10% actuellement, et pour une durée initiale d'un an. Ces prêts pourront toutefois être prolongés trois fois, leur durée totale pouvant donc atteindre quatre ans au final.

Considérant "le relèvement de la croissance économique et de la productivité comme le défi le plus crucial pour l'économie japonaise", la BoJ espère que cet apport de fonds servira "de catalyseur aux institutions financières afin qu'elles travaillent à renforcer les bases de la croissance économique".

Ces prêts seront accordés aux banques à partir de "la fin août 2010" et jusqu'à la fin juin 2012, a précisé l'institut. Chaque banque ne pourra percevoir plus de 150 milliards de yens par ce biais et l'ensemble des prêts pourra atteindre jusqu'à 3.000 milliards de yens.

Ce nouveau mécanisme s'ajoute à un autre système de prêts à taux très bas déjà mis en place par la BoJ à destination des banques, mais consentis pour une durée plus courte et portant sur un montant total plus important, de 20.000 milliards de yens (177 milliards d'euros).

L'institution d'émission a par ailleurs maintenu, sans surprise et à l'unanimité, son taux directeur inchangé au niveau très bas de 0,10%, et promis de "maintenir un environnement financier extrêmement accommodant", laissant entendre qu'une remontée de ce taux n'était pas à l'ordre du jour.

La BoJ a répété que la deuxième économie mondiale montrait "davantage de signes de reprise modérée, grâce à l'amélioration de la conjoncture à l'étranger".

Le produit intérieur brut (PIB) japonais a enregistré une croissance vigoureuse au premier trimestre (+1,2% par rapport au quatrième trimestre 2009), tiré en bonne part par les exportations, notamment vers la Chine.

L'institut a ajouté que les prix à la consommation baissaient "à cause du ralentissement de l'activité de façon générale", mais à un rythme "moins rapide" qu'il y a quelques mois.

Après avoir enduré du printemps 2008 au printemps 2009 sa pire récession depuis 1945, l'économie japonaise s'est retrouvée engluée dans la déflation, un phénomène qui décourage la consommation et l'investissement. La BoJ estime que cette baisse des prix pourrait s'interrompre au cours de l'année budgétaire d'avril 2011 à mars 2012.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés