La croissance australienne revue en nette baisse

Le ministre australien des Finances est intervenu vendredi pour calmer les investisseurs, affirmant que les fondamentaux économiques de son pays étaient solides, alors que les Bourses asiatiques, dont celle de Sydney, chutaient.

Coïncidence, peu après l'intervention du ministre, la Banque centrale d'Australie a publié ses prévisions de croissance comme elle le fait tous les trimestres. Mais cette fois, elle a revu en nette baisse ses estimations pour 2011.

La Banque a décidé de ramener sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) à 3,25% pour 2011, contre "un peu plus de 4%" lors de son précédent rapport trimestriel publié en mai.

Cette révision s'explique pour moitié par "la reprise plus lente que prévu de l'activité du secteur du charbon dans le Queensland", région frappée par de graves intempéries en début d'année, tandis que l'autre moitié est due à "une croissance moins forte que prévu de la consommation" des ménages.

L'institution a également évoqué "la possibilité que les problèmes de dette souveraine en Europe et aux Etats-Unis aient un rôle perturbateur et que cela mène à une hausse marquée de l'incertitude et de l'aversion aux risques".

Un peu plus tôt, le ministre des Finances Wayne Swan avait tenté de calmer les investisseurs, après que la Bourse de Sydney a décroché de plus de 4% dans la matinée.

"Les Australiens ne doivent pas oublier que nos fondamentaux économiques sont parmi les plus solides du monde développé et que l'Australie a l'habitude de bien savoir s'en sortir en période d'incertitude économique mondiale", a déclaré Wayne Swan.

"Il y a une énorme différence entre la situation en Australie et celles en Europe et aux Etats-Unis", a-t-il ajouté.

"L'Australie a un taux de chômage très bas (moins de 5%: ndlr), de gros investissements, des établissements financiers solides et notre pays se trouve dans la région du monde où il faut être en ce moment", a déclaré le ministre des Finances, en allusion au dynamisme de l'Asie.

Les indices des places dans la région Asie-Pacifique étaient en forte baisse vendredi matin, dans le sillage de Wall Street et des Bourses européennes la veille.

Les investisseurs craignent que la crise de la dette en Europe s'étende aux grosses économies de la zone euro que sont l'Italie et l'Espagne, dont les taux obligataires grimpent en flèche.

Ces craintes s'ajoutaient aux multiples déceptions causées par les indicateurs américains ces derniers jours.

L'Australie est le seul des grands pays industrialisés à avoir échappé à la récession en 2007/2008, grâce au dynamisme de son secteur des matières premières --les mines notamment-- qui profitent de la demande des pays émergents, dont la Chine et l'Inde.

Elle a toutefois affiché un repli de sa croissance au premier trimestre 2011 (-1,2% par rapport au trimestre précédent) en raison des violentes intempéries fin 2010/début 2011 qui ont fortement endommagé les mines et les cultures.

Le gouvernement estime que la croissance a été de +2,25% sur l'année budgétaire 2010-2011 (close fin juin) et prévoit 4% pour 2011-2012.

La Banque centrale d'Australie, elle, continue de tabler sur une croissance égale ou supérieure à 3% jusqu'en 2013.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés