Le budget 2012 est voté mais déjà dépassé

La Chambre a voté le budget 2012, majorité contre opposition. Basé sur une croissance de 0,8% alors que celle-ci devrait être nettement inférieure, il devra être ajusté. Comment le gouvernement va-t-il trouver de l'argent? Olivier Chastel n'est pas favorable à une augmentation de la TVA.

La Chambre a adopté jeudi majorité contre opposition le budget 2012. Après le vote le ministre du Budget Olivier Chastel a rappelé qu'il s'agissait d'un objectif prioritaire du gouvernement puisque le budget concrétise le programme de gouvernement. "Le regard est maintenant tourné vers l'avenir et le contrôle budgétaire qui doit permettre de maintenir le budget dans les rails", a commenté le ministre.

En effet, il est dès à présent établi que ce budget est dépassé puisqu'il a été établi sur la base de 0,8% de croissance alors que celle-ci sera nettement inférieure.

Les réunions bilatérales avec les différents départements débuteront dès la semaine prochaine ainsi que des réunions de concertation avec les entités fédérées.

Le 10 février, le gouvernement disposera des nouvelles prévisions de croissance du Bureau du plan et le 24 février il recevra le rapport du Comité de monitoring.

Ce rapport tiendra compte de trois éléments: la nouvelle perspective de croissance, l'analyse du déficit plus élevé que prévu en 2011 afin d'y déceler les éléments récurrents et l'évaluation de l'effet retour des mesure déjà prises par le gouvernement.

Le budget 2011 affiche finalement un déficit de 4%, soit 0,4% de plus que ce qui était initialement prévu. Quant au budget 2012 il a été établi sur la base d'une croissance de 0,8%. Selon les éléments dont on dispose actuellement, le taux de croissance sera nettement inférieur. Or, 0,1% de croissance représente 170 millions d'euros pour le budget fédéral et 50 millions d'euros pour les entités fédérées soit un total de 220 millions d'euros. Ce qui signifie que si l'estimation de croissance était de 0%, il faudrait compenser 8 fois 170 millions d'euros au niveau fédéral, soit 1,360 milliard d'euros.

A ce stade, Olivier Chastel se refuse à avancer un chiffre ou l'une ou l'autre piste pour pour le contrôle budgétaire. Interrogé par Belga, il constate toutefois que "le saut d'index est grillé". Par ailleurs, il ajoute qu'il n'est personnellement pas favorable à une augmentation de la TVA. "Une telle mesure touche directement les citoyens et le plus durement les plus défavorisés. De plus, une telle mesure à des effets secondaires non négligeables puisque cela influence indirectement l'index", note Olivier Chastel.

Quant à la négociation avec les entités fédérées, elle devra surtout veiller à vérifier que celles-ci respecteront leurs engagements dans la perspective d'un équilibre en 2015.

Le ministre rappelle que la Belgique s'est engagée à conclure le budget 2012 avec un déficit de -2,8%. Tel est donc l'objectif du conclave qui débutera le 25 février. Olivier Chastel ajoute encore que les services de la Commission européenne seront tenus informés en détail du contenu des décisions du contrôle budgétaire.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés