Les marchés favorisés par les sondages en Grèce

Les marchés européens sont attendus en légère hausse, après des sondages leur laissant espérer la victoire d'un parti pro-austérité aux législatives grecques. Les investisseurs garderont malgré tout un oeil sur la situation bancaire en Espagne, après le sauvetage historique du groupe Bankia. La cotation du titre reprend ce lundi.

Les marchés européens devraient aborder la semaine sur une note modestement positive ce lundi, alors que les derniers sondages publiés en Grèce apaisent les craintes d'une sortie d'Athènes de la zone euro.

Les banques espagnoles seront surveillées, l'Etat s'apprêtant à financer une aide supplémentaire de 19 milliards d'euros au groupe bancaire Bankia. Le président de l'institution financière s'est dit "certain" samedi que l'Etat espagnol financerait l'aide supplémentaire, affirmant que le plan avait été établi grâce à une "collaboration forte avec la Banque d'Espagne et le ministère de l'Economie". La cotation de Bankia reprend ce lundi.

Outre la Grèce et l'Espagne, la semaine s'annonce à haut risque pour les marchés. Ces derniers attendent le résultat du référendum irlandais sur le pacte budgétaire, mais également de nombreuses statistiques sur l'immobilier et l'emploi américain.

Les investisseurs vont rester suspendus aux sondages grecs dans l'attente des élections législatives du 17 juin. Le dernier d'entre eux place le parti de gauche anti-austérité Syriza en tête avec 30% des voix, contre 26% pour le parti de droite Nouvelle Démocratie (ND). Le marché suivra aussi avec attention les éventuelles annonces concernant le secteur bancaire ibérique qui croule sous les actifs immobiliers à risque.

"Les dirigeants espagnols se veulent rassurants, mais le marché a l'impression qu'ils minimisent l'ampleur du désastre et refusent de voir que le pays aura besoin d'une aide extérieure pour sauver ses banques", commente Alexandre Baradez chez Saxo Banque

Jeudi, le référendum irlandais sur le pacte budgétaire cristallisera toutes les attentions. "L'issue reste incertaine alors que les mouvements anti-austérité gagnent du terrain en Europe. Un vote négatif créerait une onde de choc sur les marchés qui n'anticipent pas un tel scénario", souligne Aymeric Diday, gérant d'actions pour la banque Pictet.

L'Irlande a rejeté à deux reprises des traités européens (Nice en 2001 et Lisbonne en 2008), avant de se raviser.

Plusieurs émissions de dette italienne sont attendues, dont une à échéance de dix ans, mercredi.

Enfin, outre-Atlantique, une batterie d'indicateurs sur l'immobilier, la deuxième estimation de la croissance de l'économie et, surtout, le très attendu rapport officiel sur l'emploi pourraient, un temps, détourner l'attention des investisseurs de la zone euro. Les analystes tablent sur un chômage quasi stable à 8,1% en mai aux Etats-Unis.

AGENDA

  • Marchés fermés aux Etats-Unis (Memorial Day), à Séoul, Zurich, Vienne.

VALEURS

Campine: cotation ex dividende de 1,25 euro brut

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés