Les marchés favorisés par les sondages en Grèce

Les marchés européens sont en hausse en matinée, après des sondages leur laissant espérer la victoire d'un parti pro-austérité aux législatives grecques. Les investisseurs gardent malgré tout un oeil sur la situation bancaire en Espagne, après le sauvetage historique du groupe Bankia. La cotation du titre a repris ce lundi et le titre fait le grand plongeon.

Les marchés européens abordent la semaine sur une note positive ce lundi, alors que les derniers sondages publiés en Grèce apaisent les craintes d'une sortie d'Athènes de la zone euro. "Les derniers sondages selon lesquels la droite conservatrice grecque pro-austérité, Nouvelle-Démocratie, arriverait en tête aux élections et le pacte budgétaire serait approuvé à 57% lors du référendum irlandais", constituent un facteur de soutien pour les marchés européens notait Chris Weston d'IG Markets.

Moins d'une heure après les premiers échanges, l'indice DJ Stoxx 600 gagnait 0,58% à 243,89 points.

Francfort se renforçait de 1,09%, Amsterdam de 1%, Paris de 0,83% et Londres 0,91%. A Bruxelles, l'indice Bel20 gagnait 0,68% à 2.132,89 points. Contre la tendance, la Bourse de Madrid abandonne 0,84%, plombée par la dégringolade de 24% à 1,20 euro du titre Bankia.

L'action de la banque espagnole Bankia, qui a demandé vendredi une aide publique record de 19 milliards d'euros, chutait de près de 29% à la reprise de sa cotation, lundi matin à la Bourse de Madrid. Les transactions ont cependant été bloquées pendant 20 minutes après l'ouverture du marché en raison d'un trop grand volume d'ordres de vente,

Le titre avait été suspendu vendredi matin avant la tenue d'un conseil d'administration de la banque, à l'issue duquel Bankia a demandé une aide publique record. Au total, l'Etat devra renflouer la banque à hauteur de 23,5 milliards d'euros, les 19 milliards annoncés vendredi s'ajoutant à une aide de 4,5 milliards d'euros annoncée le 9 mai, cette fois sous forme de prêt transformé en participation.

Soit un sauvetage historique dans le secteur bancaire espagnol.

Les échanges devraient être peu nombreux en ce lundi de Pentecôte, de nombreux investisseurs étant en congés et les Bourses restant fermées aux Etats-Unis.

Aucun rendez-vous économique n'est attendu. Les intervenants suivront malgré tout une émission obligataire italienne dans la matinée.

Outre la Grèce et l'Espagne, la semaine s'annonce à haut risque pour les marchés. Ces derniers attendent le résultat du référendum irlandais sur le pacte budgétaire, mais également de nombreuses statistiques sur l'immobilier et l'emploi américain.

Jeudi, le référendum irlandais sur le pacte budgétaire cristallisera toutes les attentions. "L'issue reste incertaine alors que les mouvements anti-austérité gagnent du terrain en Europe. Un vote négatif créerait une onde de choc sur les marchés qui n'anticipent pas un tel scénario", souligne Aymeric Diday, gérant d'actions pour la banque Pictet. L'Irlande a rejeté à deux reprises des traités européens (Nice en 2001 et Lisbonne en 2008), avant de se raviser.

Plusieurs émissions de dette italienne sont attendues, dont une à échéance de dix ans, mercredi.

Enfin, outre-Atlantique, une batterie d'indicateurs sur l'immobilier, la deuxième estimation de la croissance de l'économie et, surtout, le très attendu rapport officiel sur l'emploi pourraient, un temps, détourner l'attention des investisseurs de la zone euro. Les analystes tablent sur un chômage quasi stable à 8,1% en mai aux Etats-Unis.

AGENDA

  • Marchés fermés aux Etats-Unis (Memorial Day), à Séoul, Zurich, Vienne.
  • Italie: émission obligataire

VALEURS

Campine: cotation ex dividende de 1,25 euro brut

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés