Les marchés marquent le pas, faute d'éléments de soutien

Bruxelles (L'Echo) - Les marchés d'actions européens avaient entamé la séance en hausse mais cette progression s'est essouflée durant la matinée. Faute d'éléments susceptibles de booster le marché, la prudence a été de mise. L'ouverture sans tendance de Wall Street et l'absence d'indicateurs macro-économiques majeurs ont limité les prises d'initiatives des investisseurs. D'autant qu'en Europe, le bilan de la semaine écoulée s'est soldé par une hausse de 4,6 % de l'indice pan européen DJ Stoxx 600, celui-ci effaçant par la même occasion ses pertes enregistrées depuis le début de l'année.

Au final, l'indice DJ Stoxx 600 a clôturé lundi sur une note stable (-0,09 % ) à 256,87 points. Paris a cédé 0,18%, Amsterdam 0,15 % tandis que Londres a pris 0,12 %. Francfort a clôturé stable (-0,02 %).

La Bourse de Bruxelles s'est inscrite en tête des reculs en Europe. Le Bel 20 a cédé 0,39 % à 2600,83 points. L'indice a été pénalisé avant tout par le net recul de Fortis (-3,07 % à 2,71 euros) et celui d'AB InBev (-1,38 % à 35,85 euros). Au rayon des hausses, on retiendra les gains de Delhaize (+1 % à 59,61 euros). Hors Bel 20, Lotus Bakeries et Banimmo ont retenu l'attention des investisseurs avec des gains de plus de 3%. A l'inverse, D'Ieteren a poursuivi son mouvement de correction entamé vendredi. L'action a rendu 1,7 % après avoir déjà cédé 2,69 % vendredi sur des prises de bénéfice et un gain de 9,6 % sur les quatre premières séances de la semaine passée.

Les propos tenus par le président français Nicolas Sarkozy après sa rencontre avec le premier ministre grec avaient soutenu les marchés en matinée. Le président français a en effet assuré que les Etats de la zone euro soutiendraient la Grèce contre les spéculateurs, en cas de besoin. "Je veux être très clair. Si cela était nécessaire, les Etats de la zone euro rempliraient leur engagements. Il ne peut y avoir aucun doute à cet égard", a assuré M. Sarkozy à l'issue d'un entretien d'une heure avec M. Papandréou.

Après la volée de résultats annuels des semaines passées, les séances à venir seront tournées vers la macro-économie, avec mardi le commerce extérieur US de janvier, puis mercredi la production industrielle de janvier. L'indicateur le plus attendu de la semaine est celui des ventes de détail de février aux Etats-Unis, vendredi.

Vendredi, les chiffres meilleurs que prévu sur l'emploi en février aux Etats-Unis avaient dopé la Bourse, tant en Europe qu'aux Etats-Unis. A Bruxelles, le Bel 20 a franchi à la hausse le seuil des 2.600 points, pour atteindre son plus haut niveau depuis le 06 mars 2009.

WALL STREET

La Bourse de New York a ouvert proche de l'équilibre lundi, les courtiers profitant d'une actualité calme pour reprendre leur souffle après une nette progression vendredi. Vers 18h, le Dow Jones cédait 0,16% tandis que le Nasdaq gagnait 0,13 %. L'indice élargi Standard & Poor's 500 montait de son côté de 0,11 %.

Faute de publication d'indicateur macroéconomique aux Etats-Unis lundi, la place new-yorkaise peinait à se trouver une direction.

Pour autant, l'annonce de la vente par l'assureur AIG (+3,49 % à 29,06 dollars) de sa filiale d'assurance vie Alico à son concurrent MetLife (+4,45% à 40,66 dollars), pour 15,5 milliards de dollars, "contribue à soutenir le sentiment du marché", ont relevé les analystes du site financier Briefing.com.

AGENDA

Allemagne

La production industrielle a grimpé de 0,6% sur un mois en janvier, selon un chiffre provisoire publié lundi, inférieur aux attentes alors que les conditions météorologiques ont fortement pesé sur le secteur du BTP, qui affiche un recul de plus de 14% sur un mois.

VALEURS A SUIVRE LUNDI

Delhaize. Royal Bank of Scotland a relevé son objectif de cours sur l’action du distributeur à 56 euros contre 54 euros avant. L’avis reste à « conserver ».

GDF Suez. Citigroup a ajusté son objectif de cours sur la valeur dans la foulée des résultats publiés la semaine passée. L’objectif de cours ressort à 33 euros contre 37 euros avant. L’avis reste à « acheter ».

Atenor. La crise qui s'est étendue l'an dernier à l'immobilier a sérieusement rogné le bénéfice net d'Atenor, ramené en 2009 à 7,3 millions d'euros, contre 41,3 millions en 2008. Mais le CEO du groupe, Stephan Sonneville, reste confiant: même si le marché reste difficile, la position de trésorerie et la qualité du bilan d'Atenor devraient lui permettre d'engranger de nouveaux succès dès que poindra l'embellie.

Nyrstar. Le premier producteur mondial de zinc Nyrstar entend poursuivre sa stratégie d'intégration en 2010, en acquérant davantage de mines. Le groupe belge profite également de la remontée du dollar face à l'euro. Cornaqué depuis un an par son nouveau CEO Roland Junck, Nyrstar a renoué avec les bénéfices en 2009.

AB Inbev. Les analystes d'ING WB ont relevé leur objectif de cours sur le titre du groupe brassicole de 43,3 euros à 43,6 euros.

Ablynx. La société biotech gantoise Ablynx émet de nouvelles actions dans l'intention de lever 50 millions d'euros. Grâce à cet apport d'argent frais, la société entend poursuivre ses recherches tout en limitant le risque. Le prix des nouvelles actions oscille entre 7,20 et 7,75 euros. Vendredi soir, l'action a clôturé à 7,67 euros. L'opération se clôturera le 12 mars prochain.

Banimmo. La société immobilière a annoncé ses résultats annuels 2009 avant l'ouverture de la Bourse de Bruxelles. Le résultat net courant s'élève à 18,12 millions d'euros, contre 8,71 millions d'euros en 2008. Les revenus locatifs ont progressé de 6,5% l'an dernier. Le taux d'occupation du portefeuille du groupe au 31 décembre 2009 atteignait 82%, en baisse suite au départ programmé de certains locataires dans le cadre de travaux de rénovation à commencer. Un dividende brut de 1 euro par action sera proposé.

Pour 2010, Banimmo prévoit des investissements de l'ordre de 100 millions d'euros.

CNP. La CNP, holding de tête du groupe Albert Frère, a décidé de revendre la Belgian Icecream Group (BIG), une de ses filiales qui rassemble les marques IJsboerke (détenue depuis 1997), Artic/Frisa et Mio, a appris l'Echo.

La procédure de vente n'en est qu'à ces débuts et a été confiée à la banque d'affaires Leonardo dont la CNP détient 19,5 pc du capital et qui a récemment ouvert un bureau à Bruxelles.

Parmi les acheteurs potentiels figurent des fonds d'investissements ainsi que des groupes comme Unilever (Ola, Ben & Jerry's) et Nestlé (Häagen-Dazs, Mövenpick).

Bois Sauvage. Résultats annuels 2009, après Bourse

IBt Bebig. La cotation de la société pharmaceutique IBt est suspendue lundi à la Bourse de Bruxelles en attente d'information utile, annonce lundi matin la Commission bancaire, financière et des assurances (CBFA). Les raisons de la suspension ne sont pas encore connues. L'offre de reprise d'Eckert & Ziegler et SMI à 3,64 euros par action court jusqu'au 9 mars. Les résultats doivent être publiés le 16 mars.

I.R.I.S. Degroof a réduit son objectif de cours à 54 euros contre 56 euros pour la société technologique après l'annonce de prévisions de revenus pour 2009 inférieurs à ceux de 2008.I.R.I.S annoncera ses résultats annuels complets ce jeudi.

Porthus. Offre de reprise par Descartes à 12,50 euros par action. L'offre court jusqu'au 12 mars.

(c) L'Echo

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés