Les marchés ralentissent la cadence

Les marchés d’actions européens retombent ce lundi à la mi-séance. L'effet positif du plan d'aide à la Grèce s'estompe tandis que la perspective de la saison des résultats à Wall Street incite à l'attentisme. Bruxelles évolue contre la tendance, soutenue par les gains de Dexia, Fortis ou encore KBC.

Bruxelles (L’Echo) – Les marchés d’actions européens étaient en légère baisse ce lundi à la mi-séance. Les indices avaient pourtant entamé la séance sur une note positive, en réaction à l’annonce d’un plan de soutien à la Grèce dimanche. La perspective de la saison des résultats d’entreprises trimestriels aux Etats-Unis incite cependant à un certain attentisme. Le groupe américain Alcoa publie en effet ses résultats trimestriels après la clôture de Wall Street ce lundi. Ce faisant, le géant de l’aluminium lancera de manière officieuse le début de la saison des résultats trimestriels aux Etats-Unis.

Peu après 12h30, l'indice pan-européen DJ Stoxx 600 se tasse de 0,11 % à 269,47 points. Francfort est à l'équilibre (-0,03 %) tout comme Londres (-0,02 %). Amsterdam perd 0,12 % et Paris 0,11 %.

Les valeurs bancaires signaient la plus forte progression sectorielle. Le compartiment est rassuré par l'annonce du plan européen pour la Grèce qui apporte un regain de crédibilité à l'Etat grec sur les marchés et par ricochet à ses banques. L'indice DJ Stoxx 600 de compartiment avance 0,99 %. A l'inverse, le compartiment des matières premières corrige de 0,83 %.

A Bruxelles, l'indice Bel 20 grimpe de 0,46 % à 2.715,21 points. Fortis, KBC et Dexia profitent des nouveaux développements dans le dossier grec. Fortis gagne 2,44 % à 2,69 euros, KBC 1,64 % à 37,22 euros et Dexia 0,86 % à 4,45 euros. Hors Bel 20, Agfa-Gevaert et OncoMethylome affichent des gains de l'ordre de 4 %.

Les pays de la zone euro ont mis dimanche à la disposition de la Grèce un plan d'aide sans précédent, passant par des prêts d'au moins 30 milliards d'euros pour l'aider à sortir de la crise budgétaire dans laquelle elle est engluée et qui fragilise l'Europe tout entière. "Les Etats membres de l'Eurozone vont mettre à la disposition" de la Grèce "des fonds via des prêts bilatéraux", a expliqué M. Juncker pendant une conférence de presse convoquée d’urgence à Bruxelles, précisant que "tous les Etats membres de la zone euro participeront" au plan en fonction de leurs moyens.

Le programme envisagé court sur trois ans. Et "le montant total pris en charge par les Etats membres de la zone euro pour la première année s'élèvera à 30 milliards d'euros", un "chiffre qui doit être complété" par le FMI, a souligné M. Juncker.

"Les montants pour les années suivantes seront déterminés ultérieurement, en fonction de l'évolution de la situation financière de la Grèce", a-t-il encore dit.

Le plan de sauvetage à la Grèce a soutenu Tokyo lundi. Avec une solution en vue pour la crise grecque, "un des facteurs qui limitait les gains du marché tokyoïte a disparu et les investisseurs sont partis à la chasse aux bonnes affaires", a commenté à Dow Jones Newswires Masumi Yamamoto, analyste chez Daiwa Securities Capital Markets. Le recul du yen face à l'euro a favorisé les exportateurs nippons, surtout ceux qui réalisent une grande partie de leur chiffre d'affaires en Europe comme les groupes d'électronique Canon et Nikon ou le constructeur automobile Mazda. Tokyo a clôturé sur un gain de 0,42%.

La tendance était également modérément positive sur la plupart des autres marchés d'Asie-Pacifique, où l'optimisme suscité par le plan de sauvetage de la Grèce était refroidi par les craintes liées aux troubles en Thaïlande.

AGENDA

ETATS-UNIS

  • Chiffres de l'exécution budgétaire mars (20h)

JAPON

  • La décision de la Banque du Japon (BoJ), le 17 mars, de doubler l'enveloppe destinée à offrir aux banques des prêts d'urgence à taux très bas, a donné lieu à un vif débat au sein du comité de politique monétaire, révèlent les minutes de la réunion rendues publiques lundi. Une des membres du comité, Miyako Suda, a déclaré qu'il n'existait "pas de justification solide" pour cette mesure, tandis qu'un autre, Tadao Noda, a estimé qu'elle donnait l'impression d'avoir été dictée par les médias.

Le dispositif de prêts d'urgence aux banques au taux symbolique de 0,10% avait été adopté le 1er décembre dans le but de provoquer une baisse des taux d'intérêt à long terme et, ce faisant, d'aider la reprise économique au Japon et de combattre la déflation. Le 17 mars, la BoJ a décidé de doubler à 20.000 milliards de yens (163 milliards d'euros) l'enveloppe destinée à cet effet.

Ce doublement a été adopté par 5 voix contre 2, Mme Suda et M. Noda, les deux plus anciens membres du comité, s'y étant opposés.

ISLANDE

  • Reykjavik: publication du rapport d'enquête parlementaire sur les causes de la faillite des banques islandaises

VALEURS

DEXIA

Pierre Mariani, l’administrateur délégué de Dexia, devrait recevoir 750.000 euros de bonus au titre de 2009 d’ici la fin 2012 dont 300.000 euros dès la fin du mois de juin de cette année, à condition de respecter un certain nombre de conditions, a appris l’Echo.

FORTIS / DEXIA / KBC

Les valeurs financières devraient profiter de l’annonce dimanche par les pays de la zone euro d'un plan sans précédent pour aider la Grèce à surmonter sa grave crise budgétaire.

Fortis Holding détenait pour 3,8 milliards d’euros d’obligations souveraines grecques début mars. Côté banques, Dexia et BNP Paribas Fortis se refusent à communiquer leur exposition. KBC a annoncé une exposition de 1 milliard d’euros sur la Grèce.

DELHAIZE

UBS a réduit sa participation dans Delhaize et franchit à la baisse le seuil des 5%. UBS détient 4,98 % des droits de vote de Delhaize, soit une baisse de 0,14 % par rapport au niveau précédent.

UBS détient désormais 5.035.729 actions Delhaize contre 5.172.672 actions précédemment.

NYRSTAR

Le leader mondial du zinc prépare une nouvelle offre pour acquérir l'australien CBH Resources Limited. L'offre porterait sur l'ensemble des actions du groupe à un prix de 0,195 dollars australiens par titre.

LEASINVEST

La Banque Degroof a réduit son objectif de cours sur la valeur à 65,5 euros contre 67,5 euros avant. «Jusqu’à présent Leasinvest a fait en sorte de garder son taux d’occupation à un taux élevé. Nous considérons que les temps difficiles sont encore à venir et plus particulièrement les années 2011 et 2012. » explique l’analyste de la Banque Degroof. La recommandation passe à « conserver » contre « accumuler » avant.

PORTHUS

Offre de reprise par Descartes contre 12,50 euros par action. Dernier jour de l’offre.

D.C.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés