Publicité
Publicité

Nissan quadruple son bénéfice

Le constructeur automobile japonais Nissan a annoncé jeudi avoir quadruplé son bénéfice au deuxième trimestre 2010/11, à 101,7 milliards de yens (884 millions d'euros), et presque doublé sa prévision de bénéfice net annuel, grâce à de dynamiques ventes de voitures.

L'entreprise détenue à quelque 45% par Renault a réalisé un chiffre d'affaires de 2.268 milliards de yens (19,7 milliards d'euros), en hausse de 21,4% et dégagé un bénéfice opérationnel de 167 milliards de yens (1,45 milliards d'euros), doublé sur un an.

Entre juillet et septembre, le groupe a vendu 17,1% de véhicules en plus, dépassant le million d'unités.

Ses ventes ont bondi en Chine (+38,5%), grâce aux ventes de berlines Sylphy et Teana. Au Japon, elles ont progressé de 12,5%, avec de bonnes performances de sa compacte March, de son véhicule polyvalent Juke et de son monospace Elgrand.

Les modèles compacts de Nissan se sont aussi bien écoulés dans les pays d'Asie du Sud-est, avec un volume de vente doublé en Thaïlande et augmenté des trois-quarts en Indonésie.

Même le continent européen, peu porteur pour les constructeurs automobiles ces derniers mois, a vu les ventes de Nissan progresser de 5,3%, en grande partie grâce à la croissance du marché russe, tandis qu'aux Etats-Unis, les affaires du groupe ont stagné (+0,4%).

Sur l'ensemble du premier semestre, Nissan a déjà accumulé 208,4 milliards de profits nets, 23 fois plus que lors des six premiers mois de l'année 2009/2010, tirant parti d'un bénéfice opérationnel de 335 milliards de yens, plus que triplé.

Parmi les facteurs ayant contribué à cette embellie du profit d'exploitation d'avril à septembre, le constructeur a mis en avant l'amélioration de ses ventes (300 milliards de yens de profits supplémentaires) et les réductions de coût (53 milliards). Cela a largement compensé la hausse du yen (55 milliards perdus par rapport à l'an passé) et la progression des frais de vente (93 milliards).

"Nos résultats du premier semestre démontrent que les efforts de restructuration de Nissan fonctionnent bien", a déclaré le PDG du groupe, Carlos Ghosn.

"Notre bilan est solide et nous allons dans la bonne direction. Au second semestre, le lancement d'une série de produits innovants permettra de poursuivre la croissance rentable de Nissan", a-t-il ajouté dans un communiqué.

Le groupe aura mis dix nouveaux véhicules sur les marchés entre avril 2010 et mars 2011, dont la Leaf, une voiture électrique sur laquelle il mise beaucoup.

Fort de ses bons résultats, le groupe a nettement revu à la hausse ses prévisions annuelles pour l'exercice 2010/11.

Il escompte désormais un bénéfice net de 270 milliards de yens, contre 150 milliards de yens prévus en début d'année budgétaire, un bénéfice d'exploitation de 485 milliards de yens, contre 350 milliards, et un chiffre d'affaires de 8.770 milliards de yens, contre 8.200 milliards.

Nissan espère écouler 4,1 millions d'unités sur l'année, 16,7% de plus qu'en 2009/10.

Les résultats du groupe restent pourtant sous la menace de l'appréciation du yen, qui évolue depuis plusieurs mois à son plus haut niveau en quinze ans face au dollar. Au premier semestre, le dollar s'est échangé en moyenne à 88,9 yens et l'euro à 113,8 yens, mais pour le second semestre, Nissan table sur un billet vert cotant 80 yens et une monnaie unique européenne à 110 yens.

Cette hausse de la devise japonaise pénalise le constructeur dont nombre des coûts de production sont payés en yens dans l'archipel, mais dont la majeure partie des ventes est réalisée à l'étranger, dans des devises parfois plus faibles.

"Des productions vont être délocalisées hors du Japon", a prévenu Toshiyuki Shiga, directeur exécutif de Nissan lors d'une conférence de presse.

"A 85 yens pour un dollar, nous devons délocaliser quelque peu, à 80 yens, davantage. Nos décisions dépendront des taux de change", a-t-il expliqué.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés