Zone euro: la reprise cale au quatrième trimestre

(AFP) - La zone euro a connu une croissance plus faible que prévu par les économistes au quatrième trimestre 2009, de 0,1% comparé aux trois mois précédents, traduisant un net ralentissement de la reprise économique, selon une première estimation publiée vendredi.

Les économistes interrogés par l'agence financière Dow Jones Newswires tablaient sur une croissance plus forte, de 0,3%, après +0,4% au troisième trimestre.

Il s'agit d'une mauvaise nouvelle de plus pour la zone euro, déjà ébranlée par les difficultés budgétaires de la Grèce et les craintes de faillite de ce pays.

La faible croissance de la fin de l'année écoulée est due particulièrement à l'Allemagne, première économie de la zone euro, qui a enregistré une stagnation de son Produit intérieur brut (PIB) sur le trimestre, en raison d'un recul de la consommation privée et des investissements.

Il s'agit d'un coup d'arrêt brutal après une croissance de 0,7% au troisième trimestre.

La France a en revanche connu une croissance de 0,6%, meilleure que prévu par les économistes.

Mais l'Italie qui avait retrouvé le chemin de la croissance au troisième trimestre, a connu une contraction surprise de son PIB au quatrième trimestre à cause de l'industrie. L'Espagne est quant à elle restée en récession, avec une contraction trimestrielle de son économie de 0,1%.

Sur l'ensemble de 2009, les seize pays de la zone euro ont connu un recul record de 4% de leur activité, a également annoncé l'Office européen des statistiques, Eurostat.

Ce repli est conforme aux attentes de la Commission européenne dans ses dernières prévisions économiques publiées en octobre.

L'ensemble de l'Union européenne a également connu une croissance atone de 0,1% au quatrième trimestre, après 0,3% au cours des trois mois précédents. Le PIB y a reculé de 4,1% sur l'ensemble de l'année.

La zone euro comme l'UE étaient sorties de la récession au troisième trimestre 2009, et les économistes espéraient que la reprise continue sur le même rythme au quatrième trimestre, même s'ils mettaient en garde contre les risques d'un ralentissement par la suite, en 2010.

L'économie de la zone euro avait auparavant connu cinq trimestres consécutifs de recul du Produit intérieur brut (PIB), avec une baisse particulièrement forte au premier trimestre 2009 (-2,5%).

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés