UCB déplace son rempart anti-OPA

Bruxelles (L'Echo) - Fort de ses trois nouveaux traitements, le groupe UCB se sent désormais apte à se prémunir lui-même d'une éventuelle offensive d'un candidat repreneur. La société biopharmaceutique s'apprête dès lors à remplacer la "pilule empoisonnée" ("poison pill") mise en place en 2003 par un dispositif permettant au groupe de procéder à une augmentation de capital de 10 % pour contrer une éventuelle OPA.