Publicité

USA/Obama: le plan de relance n'est "que le début" des efforts pour l'économie

(afp) - Le président américain Barack Obama a insisté vendredi sur le fait que le plan de relance de l'économie américaine de 789 milliards que le Congrès s'apprêtait à voter n'était "que le début" de son action pour rétablir la situation économique.

"Adopter ce plan est une étape décisive mais, aussi importante soit-elle, ce n'est que le début de ce qui (...) va être un long et difficile processus pour remettre notre économie sur pied", a déclaré le président Obama devant des responsables du monde des affaires à la Maison Blanche.

La Chambre des représentants et le Sénat doivent voter le plan de relance vendredi soir.

Mais avant même ce vote, M. Obama a évoqué ses nouvelles priorités, parmi lesquelles la crise des emprunts immobiliers et les lourdes dettes du secteur financier, devant le Business Council, un réseau de responsables d'entreprises.

Les Américains ont "une fois par génération la chance d'agir avec audace et de tourner les difficultés à leur avantage", a affirmé le président.

"Pour traiter vraiment la crise, nous devrons aussi traiter la crise du secteur financier afin de refluidifier les crédits pour les familles et les entreprises", a-t-il détaillé. Sur la crise de l'immobilier, il a assuré qu'il ferait des propositions "bientôt".

Alors que son plan de sauvetage a été accueilli avec scepticisme par Wall Street, M. Obama a affirmé qu'il allait appuyer une réforme globale de la finance de manière à ce que le gouvernement "s'entende avec les marchés financiers" afin de restaurer la confiance et de s'assurer que l'actuelle confusion ne se reproduise pas.

Il a en outre promis que son administration aborderait le budget de "manière responsable". "Nous devons vivre dans la limite de nos moyens, et non laisser des dettes aux générations futures", a-t-il assuré. "Ce ne sera pas facile, notre guérison se mesurera sans doute en années et non en mois".

M. Obama a à nouveau invoqué son prédécesseur Franklin D. Roosevelt qui présidait les Etats-Unis pendant la grande crise des années 30 en lui empruntant sa rhétorique optimiste.

"J'ai une confiance absolue dans le fait que si nous sommes intelligents et si nous sommes courageux, si nous travaillons ensemble, si nous acceptons de mettre de côté certaines théories qui nous ont fait vaciller, nous pouvons guider notre pays au travers de cette période de transformation pour qu'il en sorte plus fort et plus prospère qu'il ne l'était auparavant", a-t-il déclaré.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés