Attaque en règle sur les valeurs bancaires

Les marchés européens sont en baisse ce mardi à la mi-séance, dans le sillage du repli des valeurs bancaires et, dans une certaine mesure, des valeurs minières. La prudence prévaut également avant la réouverture de Wall Street après un long week-end.

Les indices européens pointent en baisse ce mardi à la mi-séance, dans un marché qui reprend son souffle et qui joue la prudence avant la reprise des transactions à Wall Street. La Bourse de New York était fermée lundi à cause du Labor Day. Le marché subit également le net recul des valeurs bancaires et la publication de commandes industrielles en Allemagne ressorties en nette baisse après le bond du mois précédent.

Aux alentours de 12h, l'indice DJ Stoxx 600 rétrograde de 0,7 %. Paris corrige de 1,37 %, Amsterdam de 1,16 %, Londres de 0,98 % et Francfort de 0,87 %

Les valeurs financières pointent en fort recul, tirant le marché vers le bas, victimes des doutes émis par le Wall Street Journal sur les résultats des tests de résistance. "On constate une attaque en règle sur le secteur bancaire après l'article du Wall Street Journal qui remet en cause la fiabilité des tests de résistance", explique Yves Marçais, vendeur d'actions chez Global Equities.

Le quotidien américain a estimé que les résultats, publiés le 23 juillet, des tests de résistance des banques menés dans l'Union européenne avaient sous-évalué le montant de titres de dette publique potentiellement risqués détenus par certains établissements. Le Wall Street Journal rappelle que les tests portaient sur les comptes des banques au 31 mars, soit juste avant la forte perte de valeur de certains titres de dette publique sur les marchés.

En outre, les valeurs bancaires souffraient des répercussions que les nouvelles normes prudentielles pourraient avoir sur les établissements allemands. La fédération allemande des banques privées (BdB) a averti lundi que ces normes pourraient obliger les banques à considérablement renforcer leurs fonds propres et à réduire leurs activités de prêts.

Selon un scénario jugé "réaliste" par la BdB, les 10 plus grandes banques allemandes auraient besoin de lever jusqu'à 105 milliards d'euros pour s'adapter à l'ensemble du nouveau cadre réglementaire.

Globalement, le compartiment des valeurs bancaires corrigent de 1,27 % selon l'indice DJ Stoxx 600. Les valeurs belges du secteur ne sont pas épargnées par ce mouvement vendeur: Dexia et KBC affichent des reculs supérieurs à 3 % dans un marché globalement en baisse de 1 % selon l'indice Bel 20.

Toujours dans le groupe des bancaires, l'action Barclays perdait près de 4 % après avoir annoncé mardi la nomination comme directeur général de l'Américain Bob Diamond. Ce dernier est considéré comme un des banquiers les plus riches du monde après avoir empoché des bonus mirobolants, au risque d'embarrasser le gouvernement.

Hors Bel 20, le titre Aedifica prend 0,7 %, les investisseurs saluant une augmentation de capital supérieure à ce qui était prévu (60 à 70 millions d'euros contre 50 millions initiatelement).

Par ailleurs, les valeurs minières sont sous pression dans le sillage du repli des matériaux de base et alors que le Premier ministre travailliste australien Julia Gillard a obtenu de justesse la majorité au Parlement. Le Labor compte introduire une nouvelle taxe minière et l'annonce du maintien de Julia Gillard est une mauvaise nouvelles pour les actions des grands groupes miniers.

Parmi les technologiques, Nokia bondissait de plus de 4 %, le titre profitant d'un relèvement de recommandatation de la part de JP Morgan à "surpondérer" contre "sous pondérer" avant.

La journée restera en revanche dépourvue de tout indicateur américain. Les investisseurs doivent se contenter des commandes industrielles de juillet en Allemagne. "Cette semaine écourtée aux Etats-Unis s’annonce pauvre en publications économiques. Le Beige Book et, éventuellement, la publication de l’encours de crédit à la consommation (sur juillet), seront les deux événements économiques phares de la semaine", relève le courtier Aurel BGC dans une note.

Les investisseurs restent sur plusieurs bonnes impressions après la publication la semaine passée d'indicateurs rassurants aux Etats-Unis, dans l'emploi et le secteur manufacturier.

STATISTIQUES

Allemagne

Les commandes à l'industrie allemande ont subi un retour de bâton en juillet, accusant un recul de 2,2% sur un mois après une forte hausse en juin, selon des chiffres publiés mardi. Le chiffre de juin a été revu à la hausse, à +3,6% contre un chiffre de +3,2% publié initialement.

Japon

La Banque centrale du Japon (BoJ) a annoncé mardi, à l'issue de sa réunion mensuelle de deux jours, le maintien de son taux directeur au jour le jour à 0,1%, niveau très bas conservé depuis décembre 2008 afin de faciliter la circulation d'argent et de lutter contre la déflation. Cette décision a été rendue à l'unanimité des neuf membres, a précisé l'institut d'émission dans un communiqué.

VALEURS A SUIVRE

SOLVAY

Solvay a annoncé un investissement de 4 millions d'euros dans une participation minoritaire dans Polyera Corp., un leader dans le développement de matériaux pour le marché de l’électronique imprimable, basé à Skokie (Illinois, Etats-Unis).

AEDIFICA

La sicafi prépare une augmentation de capital de l'ordre de 60 à 70 millions d'euros en vue de poursuivre la croissance de son portefeuille. Si tout se passe comme prévu, l'offre publique devrait avoir lieu au cours du second semestre 2010. Par ailleurs, la sicafi a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 23,3 millions d'euros, contre 23 millions au terme de l'exercice précédent. Le résultat net s'est élevé à 9,2 millions d'euros, ce qui représente 1,99 euro par action, alors que les prévisions s'établissaient à 1,80 euro par action. Compte tenu de ce qui précède, le conseil d'administration d'Aedifica a décidé de proposer la distribution d'un dividende (brut pour net) de 1,82 euro par action, supérieur aux prévisions.

PAIRI DAIZA

La croissance du dividende risque d’être quelque peu ralentie ces prochaines années. Après un bond de 0,48 à 0,75 euro net l’exercice précédent, le management propose pour l’exercice 2009 un dividende net de 0,78 euro, soit une progression de 5% par rapport à l’exercice précédent. Eric Domb, CEO, le justifie face aux investissements programmés les prochaines années.

PUNCH TELEMATIX

Offre de reprise par Trimble à 3,20 euros par action.

MOVETIS

Shire détient déjà 65,37 % des actions Movetis.

Offre de reprise par Shire contre 19 euros par action. L’offre court jusqu’au 27 septembre.

CMB

Cotation ex-dividende

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés