Crise de la dette: l'Allemagne peine aussi à se financer

La crise de la dette a affecté une émission obligataire à dix ans de l'Allemagne, qui a rencontré mercredi une demande extrêmement faible.

La dernière émission en 2011 de "Bund", un titre qui fait référence pour tout le marché européen, n'a été placée qu'à hauteur de 3,6 milliards d'euros contre une offre de départ de 6 milliards d'euros.

"Ce résultat ne signifie en aucun cas une pénurie de refinancement pour le budget allemand", a pourtant assuré l'Agence financière allemande, l'organisme responsable de l'émission. Le Bund émis mercredi, un emprunt qui fait référence pour tout le marché obligataire européen, porte un taux moyen de 1,98%.

L'Allemagne avait proposé une offre de départ de 6 milliards d'euros pour cette procédure d'enchères. Mais les investisseurs ne se sont montrés prêts qu'à apporter 3,9 milliards d'euros environ, et la somme finalement placée n'atteint que 3,6 milliards d'euros, selon des chiffres publiés par la banque centrale allemande.

Le différentiel de 2,4 milliards d'euros a été mis en réserve par la Bundesbank, qui entend le placer peu à peu sur le marché.

Bien que cette pratique soit usuelle, les analystes de la banque ING avaient déjà prévenu que tout différentiel de plus de 1 milliards d'euros serait "un signe de faiblesse".

"Faute d'alternative, le Bund reste une valeur sûre en zone euro. Mais les investisseurs étrangers perdent peu à peu confiance dans la zone euro dans son ensemble, et cela vaut aussi (...) pour les obligations allemandes", selon la banque Helaba.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés