La BoJ laisse son taux directeur inchangé à 0,1%

La Banque centrale du Japon (BoJ) a annoncé mardi, à l'issue de sa réunion mensuelle de deux jours, le maintien de son taux directeur au jour le jour à 0,1%, niveau très bas conservé depuis décembre 2008 afin de faciliter la circulation d'argent et de lutter contre la déflation.

Cette décision a été rendue à l'unanimité des neuf membres, a précisé l'institut d'émission dans un communiqué.

Pressée par le gouvernement et les milieux d'affaires inquiets de la chute de la Bourse et de l'instabilité sur le marché des changes, la BoJ s'était déjà réunie en urgence le lundi 30 août afin de prendre diverses dispositions nouvelles pour contrer les effets négatifs sur l'ensemble de l'économie de la très forte récente hausse du yen.

Elle n'avait alors pas non plus touché à son principal taux directeur.

La BoJ avait cependant décidé d'offrir de nouveaux prêts exceptionnels d'une durée de six mois via des opérations spéciales d'injection de fonds sur le marché interbancaire, afin de faire baisser les taux du marché et de détendre les circuits financiers.

Dans son communiqué de mardi, la BoJ indique que l'économie japonaise montre toujours des signes de reprise modérée, grâce aux exportations vers les pays émergents notamment et, dans une moindre mesure, aux investissements des entreprises et à la demande privée.

"La consommation intérieure a aussi rebondi en général, aidée récemment par un été extrêmement chaud (favorable aux ventes de boissons, glaces, vêtements légers, etc.) et par les achats de dernières minutes de biens durables (automobiles, téléviseurs, etc.) bénéficiant de subventions avant que ces dernières ne prennent fin", a noté la BoJ.

La banque centrale pointe néanmoins les risques d'affaiblissement liés à l'évolution incertaine de la reprise américaine. Ces doutes sont une des causes de l'envolée récente de la monnaie japonaise face au dollar, un facteur extrêmement pénalisant pour les entreprises et l'économie nippones.

"Compte tenu d'une augmentation des incertitudes, particulièrement aux Etats-Unis, et de l'instabilité subséquente des Bourses et des marchés d'actions, il convient de faire attention aux risques négatifs induits sur l'économie japonaise", a écrit la banque centrale.

Le yen a touché récemment son plus haut en 15 ans face au dollar et en neuf ans vis-à-vis de l'euro.

Ayant bâti leurs prévisions financières et stratégies commerciales internationales sur des taux de change plus favorables, les firmes japonaises sont piégées par la flambée du yen et voient leurs actionnaires se défaire de leurs titres, d'où la chute des indices boursiers tokyoïtes.

Par ailleurs, en faisant mécaniquement baisser les prix des marchandises importées, le taux de change actuel du yen favorise le phénomène pernicieux de déclin continu des tarifs (déflation), un frein à l'activité économique.

La BoJ a de ce fait réaffirmé son intention de maintenir une politique monétaire ultra accommodante.

"La banque reconnaît que l'économie japonaise affronte un important défi, celui de venir à bout de la déflation et de revenir sur une trajectoire de croissance durable sur fond de stabilité des prix", a-t-elle à nouveau écrit.

Egalement sous pression et demandeur d'une collaboration plus étroite avec la BoJ, le gouvernement japonais a pour sa part annoncé la semaine dernière qu'il préparait un nouveau train de mesures afin de stimuler l'activité économique nippone, un ensemble de dispositions évalué à 920 milliards de yens (8,5 milliards d'euros).

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés