La production industrielle chinoise ralentit

La production industrielle a reculé en Chine pour la première fois en 16 mois, selon une étude de la banque HSBC dont la publication a soutenu lundi le cours des actions chinoises, les investisseurs misant sur une fin des mesures anti-surchauffe prises par le gouvernement.

La production industrielle a reculé en Chine pour la première fois en 16 mois, selon une étude de la banque HSBC dont la publication a soutenu lundi le cours des actions chinoises, les investisseurs misant sur une fin des mesures anti-surchauffe prises par le gouvernement.

L'indice PMI des directeurs d'achat publié par la banque est tombé le mois dernier à 49,4 points contre 50,4 en juin, crevant pour la première fois le seuil de 50 points qui marque une croissance nulle.

"Cela indique que la production manufacturière a continué à ralentir le mois dernier, reflétant l'effet combiné du resserrement du crédit, du refroidissement du secteur immobilier et de mesures pour réduire la capacité des secteurs gourmands en énergie", selon l'économiste en chef de HSBC, Qu Hongbin.

L'indice de HSBC diffère de l'indice officiel établi par la China Federation of Logistics and Purchasing (CFLP), tombé en juillet à 51,2 contre 52,1 points le mois précédent.

L'étude de HSBC est basée sur des entretiens réalisés avec les directeurs d'achat de plus de 400 sociétés, alors que l'indice officiel couvre plus de 700 entreprises.

La Bourse de Shanghai a réagi positivement en gagnant 1,1% en séance lundi après-midi, les investisseurs pensant que le gouvernement évitera de prendre de nouvelles mesures pour refroidir l'économie afin de prévenir un ralentissement trop brutal.

Selon M. Qu, l'économie chinoise devrait continuer à croître à un rythme annuel de 9% pour le restant de l'année ainsi qu'en 2011, grâce notamment à d'énormes dépenses d'infrastructure et à une consommation privée qui résiste bien.

La croissance a commencé à ralentir au deuxième trimestre, notamment suite aux mesures pour mettre un terme à la hausse effrénée des prix dans l'immobilier.

Selon une note de recherche publiée séparément par des économistes de Nomura International, la chute de l'indice des directeurs d'achat ne serait que temporaire et due en grande partie aux inondations qui ont affecté en juillet la production industrielle.

"Nous sommes d'avis que l'indice officiel devrait se redresser plutôt que chuter en août si les pluies torrentielles et les inondations ne continuent pas ce mois-ci", selon cette note.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés