Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

ASIT biotech: "Nous voulons changer la façon dont les allergies sont traitées"

Spin-off de l'ULB, ASIT développe un traitement des allergies de nouvelle génération. ©David Plas

Quelque 73 millions d'Européens souffrent de rhinite allergique. Un tiers d’entre eux ne sont pas satisfaits par les traitements symptomatiques. Dans ce cas, la seule option est la désensibilisation, mais les traitements actuels sont des plus contraignants. La désensibilisation de nouvelle génération proposée par ASIT biotech dispose dès lors, toutes allergies confondues, d'un marché potentiel de plusieurs milliards d'euros.

"Les allergiques qui consultent leur médecin généraliste reçoivent des corticostéroïdes et des antihistaminiques, qui traitent les symptômes mais pas la cause", indique Thierry Legon, CEO d'ASIT biotech. "Ils en constatent vite les limites, et sont alors orientés vers un allergologue qui leur propose une désensibilisation en trois ans, avec 40 à 60 visites. On comprend que la moitié des patients préfèrent décliner l'offre et que 80% de ceux qui acceptent abandonnent en cours de route."

ASIT est une spin-off de l'ULB (1997) qui recherche une solution aussi efficace, mais moins astreignante, pour "reprogrammer" le système immunitaire afin qu'il cesse de surréagir à certaines substances, les allergènes. Et la société semble bien avoir trouvé la martingale. Elle purifie et fractionne les allergènes afin d'en extraire des peptides qui permettent de désensibiliser beaucoup plus facilement, plus rapidement, et sans adjuvant ni conservateur.

Vaincre le rhume des foins

 "La première démonstration d'efficacité de notre technologie, nous l'avons obtenue sur la rhinite allergique, le célèbre 'rhume des foins'", déclare Philippe Ghem, CCO d'ASIT. "Une étude de phase III menée sur 550 patients a prouvé l'innocuité et l'efficacité de notre traitement de trois semaines. Une seconde étude est prévue lors de la saison des pollens 2019 pour confirmer ces résultats afin d’obtenir l'homologation de notre produit en Europe."

"Notre technologie, validée pour la rhinite allergique, est déclinable aux autres allergies."
Thierry Legon
CEO d'ASIT biotech

Atout supplémentaire pour la société: la première étude a permis d’identifier les mécanismes d’action du premier produit ASIT+TM sur un échantillon de 33 patients recrutés par le Pr Claus Bachert, de l'hôpital universitaire de Gand. Le sang de ces patients a été analysé par l'Imperial College de Londres, un des centres de recherche en immunoallergologie les plus prestigieux du monde.

Les résultats ont été publiés dans les meilleures revues d'immunologie, comme le Journal of Allergy and Clinical Immunology et Allergy. "Pour une PME belge, travailler avec de tels partenaires est très révélateur de la qualité scientifique de ses développements", se félicite Thierry Legon. "Désormais, de société mono-produit, nous passons à une logique de plateforme. Notre technologie brevetée ASIT+ s'avère en effet utilisable pour d'autres types d'allergie. Nous allons poursuivre le développement de nos traitements contre l'allergie aux acariens et l'allergie aux cacahuètes."

La société a levé 73 millions d'euros depuis ses débuts, dont 23 dans le cadre de son entrée en Bourse. Elle a par ailleurs reçu une subvention de 7,5 millions d'euros de la Région wallonne. La société d’analyse financière Edison vient de lui consacrer une étude d’initiation de couverture consultable en ligne. Elle suivra dorénavant le titre en bourse et valorise l’entreprise à 119,6 M€, soit 7,3€ par action. "Beaucoup d'investisseurs s'étonnent que nous soyons arrivés si loin avec des sommes aussi modestes à l'échelle des biotechs", s'amuse Thierry Legon. "Je crois que nous pouvons être fiers de notre gestion! Et du potentiel de notre plateforme".

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.