Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Les grands rêves coûtent autant d'énergie que les petits"

©AB InBev

Avec l’acquisition de SABMiller, AB InBev a conclu cette année la plus grande transaction de l’histoire du secteur brassicole. Carlos Brito, CEO du géant louvaniste, évoque le rêve que partagent toutes les parties prenantes d’AB InBev.

Au sein du premier groupe brassicole au monde, dont les racines plongent toujours profondément dans le sol belge, on ne parle pas de mission mais de rêve. Et chez AB InBev, on rêve en grand: être la Meilleure Entreprise Brassicole qui Unit les Gens pour un Monde Meilleur. Ce n’est pas qu’un slogan, affirme son CEO, Carlos Brito: c’est sa raison d’être. "Notre entreprise s’articule autour de trois éléments importants: un rêve ambitieux, les meilleurs collaborateurs et une culture de l’ownership. Ces principes sont la base de notre réussite, ils nous portent dans tout ce que nous entreprenons. Car nous sommes convaincus qu’un grand rêve coûte autant d’énergie qu’un petit."

Etre le meilleur est un défi constant, reconnaît Carlos Brito. "Le concept de la meilleure entreprise brassicole accepte de nombreuses définitions. Nous devons constamment combler l’écart qui sépare l’entreprise que nous sommes de celle que nous voulons être. Et nous devons toujours placer la barre plus haut. Les entreprises qui n’existent que pour survivre ne connaissent pas cet écart. Leur seul défi est de subsister." La deuxième partie du rêve d’AB InBev revêt un aspect plus social: unir les gens. "La bière fut le premier réseau social", souligne Carlos Brito.

Ici, on ne se contente pas d’exercer un emploi: il faut être passionné.
Carlos Brito
CEO chez AB InBev

"On savoure ce produit à différents moments et endroits, lors du dîner, d’une sortie, en discutant avec des amis ou en famille… Comprendre ce qui unit les personnes – par exemple le sport ou la musique – et améliorer encore cette expérience de partage: tel est le coeur de notre activité. Pensez à la fantastique campagne Jupiler que nous avons déployée pendant la Coupe du monde de football de l’an dernier." Quant au volet "monde meilleur", il implique de promouvoir une consommation responsable, de limiter l’impact sur l’environnement et d’investir dans les communautés. "L’an dernier, nous avons formé plus d’un million de barmen, de garçons de café et d’employés de magasin à vendre et servir nos produits de manière responsable", illustre le CEO.

Le rêve d’AB InBev se traduit par une culture d’entreprise unique. "Les personnes s’épanouissent idéalement dans une culture basée sur le principe de l’ownership, de la méritocratie et des relations informelles", assure Carlos Brito. "Ici, on ne se contente pas d’exercer un emploi: il faut être passionné. L’état d’esprit est crucial. Et c’est également sur ces principes que nous sélectionnons les candidats. Comparez nos collaborateurs à des athlètes de haut niveau: le rêve est grand, le talent rare, la sélection impitoyable et les sacrifices nombreux. En bout de course, c’est cela qui fait la différence."

Mieux ensemble

Avec l’acquisition de SABMiller pour la modique somme de 92 milliards d’euros, AB InBev est devenu l’une des plus grandes entreprises de produits de grande consommation au monde. Le groupe brassicole est désormais actif sur à peu près tous les grands marchés de la bière. "Nous sommes convaincus que nous pouvons réaliser plus et devenir meilleurs ensemble", justifie Carlos Brito. "Bien entendu, de nombreux détails doivent encore être finalisés. Mais nous espérons atterrir au second semestre de 2016."

Ce n’est pas la première fois qu’AB InBev réunit des entreprises auparavant concurrentes. "Nous recherchons sans cesse des opportunités d’apprendre les uns des autres et d’optimiser nos activités", affirme Carlos Brito. "Les procédures de qualité strictes de Budweiser sont par exemple devenues une norme mondiale après l’acquisition d’Anheuser- Busch.

Nous profitons également de l’expertise de Grupo Modelo dans la constitution d’une marque Premium mondiale comme Corona." L’époque des acquisitions ne touche-t-elle pas à sa fin? L’attention ne se concentrera-t-elle pas davantage sur la croissance organique, désormais? "Nous consacrons 90% de notre temps à notre coeur d’activité: développer de nouveaux produits, déployer nos marques et donner des opportunités à nos collaborateurs", répond Carlos Brito.

"La croissance organique est notre priorité. Mais nous restons évidemment attentifs aux nouveaux marchés et aux nouvelles marques. Car cela implique davantage de choix pour le consommateur, ainsi qu'une disponibilité mondiale de nos bières."

Les extraits ci-dessus proviennent de plusieurs conférences et interviews récentes de Carlos Brito. Pour de plus amples informations sur l’union avec SABMiller: www.globalbrewer.com

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.