Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"La durabilité est au cœur de nos activités"

Richard White présente la stratégie durable d'AB Inbev. ©Studio Dann

La bière résulte du brassage de quatre ingrédients de base: l’orge, le houblon, la levure et l’eau. Ces matières premières naturelles ont besoin d’un écosystème sain pour se développer. “La durabilité représente le cœur biologique de nos activités”, confirme-t-on au sein du plus grand brasseur au monde.

"En tant que leaders du marché, nous voulons inspirer l’ensemble du secteur."
Richard White
VP Procurement & Sustainability bij AB InBev

La durabilité est depuis plus de 600 ans une composante majeure du modèle d’exploitation d’AB InBev et de ses prédécesseurs. Et le brasseur continue de prendre l’initiative en la matière. “Nous avons lancé une série de nouveaux objectifs de durabilité à l’horizon 2025”, précise Richard White, VP Procurement & Sustainability Europe chez AB InBev. “Ce sont les projets les plus ambitieux de l’histoire du groupe. Ils s’appuient sur les objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies.”

AB InBev se focalise sur quatre piliers: l’agriculture intelligente, la gestion durable de l’eau, les emballages recyclables et les mesures en faveur du climat. Dans chaque domaine, le brasseur se fixe des objectifs aux plans tant local que mondial. “En tant que leaders du marché, nous voulons inspirer l’ensemble du secteur et inciter nos confrères à suivre notre exemple. Nous prenons ainsi nos responsabilités envers nos collaborateurs, nos clients et la société dans son ensemble.”

Souffler des bulles dans la bière

Label LIFE

Le projet “Simmer & Strip” d’AB InBev a décroché le label LIFE de la Commission européenne. “Grâce à notre taille, nous bénéficions d’un impact important avec ces technologies innovantes. Plus les brasseries utiliseront notre technique, plus l’effet sur l’environnement sera important. C’est pourquoi nous partageons notre brevet ‘Simmer & Strip’ avec d’autres brasseries, gratuitement pour les petites structures et en échange d’une participation pour les grandes brasseries. Cet argent est investi à 100% dans des innovations durables. De nombreux brasseurs nous ont déjà fait part de leur intérêt.”

L’une des innovations les plus durables porte sur l’amélioration du processus de brassage appelé “Simmer & Strip”, une technique écologique grâce à laquelle il est possible de brasser la bière tout en réduisant la consommation énergétique. “Depuis juin 2015, nous testons cette technologie à l’échelle industrielle, entre autres dans la brasserie de Jupille et au Royaume-Uni”, détaille Richard White. “Cette technique permet de générer de bulles de gaz dans la bière sans la cuire. Ces bulles sont essentielles dans le processus de brassage et définissent notamment le goût de la bière, qui n’a pas encore fermenté à ce stade précoce.”

Avec le processus traditionnel, les bulles de gaz sont produites par de la vapeur et une technique de cuisson naturelle. Problème: ce procédé consomme beaucoup d’eau et de chaleur. La nouvelle technique durable mène au même résultat mais d’une manière énergétiquement plus efficace. “Nous injectons du gaz dans la cuve, ce qui provoque la naissance de bulles qui donnent son caractère propre à la bière avant fermentation. Le goût est identique mais nous réduisons nos émissions de CO2 et notre consommation d’eau.”

“Si nous adoptons cette technique dans le monde entier au cours des prochaines années, nous pourrons réduire nos émissions de CO2 de plus de 5%, soit la consommation énergétique annuelle de 120.000 familles. Et comme cette technique réduit de 80% l’évaporation, notre consommation d’eau diminue fortement. 

Bénéfices écologiques et économiques

En faisant décroître sa consommation d’énergie et d’eau ainsi que ses émissions de CO2, le brasseur a un impact durable sur l’environnement et sur ses activités opérationnelles. “Nos ambitions en termes de durabilité se concentrent sur les aspects cruciaux du modèle économique d’AB InBev”, souligne Richard White. “Grâce à nos efforts, nous employons par exemple 47 milliards d’hectolitres d’eau de moins qu’en 2016. C’est un gain à la fois économique et écologique. D’ici à 2025, nous souhaitons réduire notre empreinte carbone de 25%. Et nous comptons produire 100% de notre électricité à partir de sources d’énergie renouvelables.”

En Belgique, les brasseries d’AB InBev ont déjà diminué de 40% leur consommation d’eau en 10 ans. Pendant la sécheresse de l’été dernier, le groupe avait tellement réduit sa consommation qu’il a pu proposer 70.000 litres d’eau à la Ville de Louvain, sans mettre en danger sa production. Des chiffres fantastiques, se réjouit Richard White. “Nous jugeons néanmoins que ce n’est pas suffisant. Nous pouvons faire mieux encore! Nous nous efforçons sans cesse de revoir à la baisse la consommation d’eau dans toutes nos implantations au niveau mondial. Et nous recherchons des solutions de transport multimodal, avec des camions plus respectueux de l’environnement roulant au gaz naturel liquéfié, davantage de transport ferroviaire et l’utilisation de véhicules électriques sur terre et sur mer. 

Emballages recyclables

“Notre responsabilité va bien au-delà de la qualité de la bière.”
Richard White
VP Procurement & Sustainability Europe chez AB InBev

AB InBev est pleinement conscient de l’impact environnemental des déchets plastiques. D’ici à 2025, Le brasseur souhaite que tous ses emballages soient recyclables ou composés essentiellement de matériaux recyclés. “Notre responsabilité va bien au-delà de la qualité de la bière”, estime Richard White. “Même si notre production a augmenté depuis 2012, nous avons réussi à réduire nos emballages de plus de 141.976 tonnes à l’échelle internationale. Dans notre brasserie louvaniste, nous recyclons déjà plus de 98% de nos matériaux.”

Le personnel du géant brassicole n’est pas en reste. L’an dernier, le siège social à Louvain a abandonné les gobelets en plastique à usage unique au bénéfice de gobelets biodégradables. “Cela nous permet d’économiser chaque année 400.000 gobelets en plastique”, chiffre Richard White. “À l’extérieur aussi, nous donnons le bon exemple. Avec des partenaires importants, nous travaillons sur la sensibilisation du grand public à la problématique des déchets. Un exemple? Tomorrowland, où nous avons collecté plus de 500 kilos de gobelets en plastique. Nous les avons transformés en bancs grâce à une imprimante 3D. Nous en avons recyclé une autre partie en nouveaux gobelets pour la prochaine édition du festival.

Agriculture intelligente

AB InBev tente par ailleurs de nouer des relations durables avec les milliers d’agriculteurs avec qui elle collabore partout dans le monde. Cela implique notamment que l’entreprise paie des prix conformes au marché, ce qui assure la sécurité financière des fermiers et de leurs travailleurs. “Nous misons aussi sur l’amélioration des compétences et des connaissances des agriculteurs, entre autres grâce à des programmes de formation et aux conseils de nos experts. Nous proposons même une formation en ligne. ‘SmartBarley’ est une plateforme technologique qui rassemble les cultivateurs et via laquelle nous créons de la valeur pour leurs fermes et notre chaîne d’approvisionnement. Les agriculteurs y échangent leurs meilleures pratiques et leurs expériences, ou s’y familiarisent avec les techniques de pointe que nous proposons. Ils acquièrent de nouvelles connaissances et apprennent les uns des autres. Résultat: nous avons accès à l’orge de la plus haute qualité, un atout supplémentaire pour nos bières.”

Programme d’accélération pour start-up

Richard White ©Studio Dann

AB InBev considère que la durabilité est une responsabilité collective. La brasserie collabore avec des entreprises publiques, ONG et autres petites entreprises. Le programme “100+ Accelerator” mise sur les start-up dotées d’idées novatrices susceptibles d’aider AB InBev à atteindre ses objectifs de durabilité à l’horizon 2025. “Nous proposons l’encadrement nécessaire aux start-up ayant développé des concepts innovants, par exemple via des mentors, du coaching et les investissements nécessaires pour démontrer l’efficacité de leurs nouvelles technologies.”

Parmi plus de 600 candidatures, AB InBev a sélectionné 21 entreprises. Quatre sont européennes, dont deux belges: Do Eat conçoit des emballages comestibles, tandis que Proteus fabrique des présentoirs intelligents et durables pour les grandes surfaces. “Ces présentoirs sont produits à base de matières plastiques et d’aluminium entièrement réutilisables, ce qui réduit de 85% notre consommation de cartons par rapport à nos présentoirs traditionnels.”

L’union fait la force

"Nous sommes une multinationale avec une mentalité de start-up."
Richard White
VP Procurement & Sustainability Europe bij AB InBev

Il y a plus dans deux têtes que dans une seule, conclut Richard White. “En dehors du programme ‘100+ Accelerator’, nous recherchons des partenaires innovants, prêts à nous accompagner sur le chemin de la durabilité. Les entreprises ne doivent pas hésiter à nous contacter et à nous inspirer. Nous sommes une multinationale avec une mentalité de start-up. En particulier sur le plan de la souplesse, de la flexibilité et de la volonté d’apprendre et d’avancer. L’union fait la force.”

BIO

Nom: Richard White

Nationalité: britannique

Résidence: Bruxelles

Carrière: VP Procurement & Sustainability chez AB InBev Europe. Après avoir exercé des fonctions de management chez PepsiCo et Bass Brewers au Royaume-Uni, il rejoint en 2001 le plus grand groupe brassicole au monde. Il se focalise depuis 2016 sur la durabilité, au sens large du terme. Une responsabilité qu’il prend, selon ses propres termes, en tant que “père de quatre enfants, homme d’affaires, travailleur, et citoyen conscient des enjeux environnementaux”.