Publicité
interview

Les soins de santé de demain

©Aedefica

L’immobilier lié aux soins de santé a le vent en poupe. Le vieillissement de notre société accroît la demande de logements pour seniors, et le marché connaît plusieurs évolutions importantes.

Nous vivons de plus en plus longtemps. Les experts prévoient qu’en Belgique et en Europe, le vieillissement de la génération du baby-boom atteindra son pic vers 2050. Selon une étude allemande, quelque 30% des octogénaires auront, à cette date, besoin de soins sous quelque forme que ce soit. "La demande en matière d'immobilier de santé est donc appelée à croître", affirme Stefaan Gielens, CEO d’Aedifica, société immobilière réglementée spécialisée dans le logement résidentiel depuis 2005. Son portefeuille se compose à 71% de logements pour seniors, à 22% d'immeubles d’appartements classiques (surtout en région bruxelloise) et à 7% d'hôtels.

"Notre stratégie repose sur deux tendances démographiques de fond", révèle Stefaan Gielens. "D’une part, le retour en ville des plus de 65 ans. Ces mediors attachent beaucoup d’importance à la vie socioculturelle et constituent généralement un public à fort pouvoir d’achat. Nous observons en tout cas une hausse de la demande d’appartements – avec équipement de soins et autres services, ou non. Le vieillissement de la population est la deuxième tendance démographique qui dicte notre stratégie. Et il n’a fait que gagner en importance ces dix dernières années."

©Aedefica

Evolutions

Selon Stefaan Gielens, la part de l’immobilier de soins au sein du portefeuille d'Aedifica devrait continuer d’augmenter. "Si nous observons ce qui se passe aux États-Unis, nous remarquons que ce segment reste principalement constitué de logements pour seniors. Outre les maisons de repos, les résidences services seniors montent en puissance. Un glissement semble d’ailleurs s’opérer du care vers le cure. C’est en tout cas ce que révèle la place grandissante des institutions non résidentielles, telles que les hôpitaux, les centres de revalidation, et les hôtels de soins. Cela dit, nous recensons également de plus en plus de cabinets médicaux, de centres de biologie et de laboratoires dans les portefeuilles américains spécialisés dans l’immobilier de soins."

"Sur le marché européen, les logements pour seniors se taillent toujours la part du lion, même si la part des hôpitaux et des centres de revalidation augmente dans des pays comme l’Allemagne et la France. À terme, nous voyons également augmenter le poids des centres de revalidation en Belgique." À l’avenir, les sociétés immobilières réglementées résidentielles comme Aedifica ne donneront sans doute plus droit à un précompte mobilier réduit. De ce fait, le terrain d’action d’Aedifica continuera de se déplacer du pur résidentiel vers l’immobilier de soins.

Investir soi-même?

Vous envisagez d’investir vous-même sur ce marché prometteur? "Sachez qu’il est déterminé par trois grandes tendances macroéconomiques", prévient Stefaan Gielens. "D’abord, citons le vieillissement, omniprésent. Ensuite, il convient de tenir compte de la vague de consolidation qui déferle sur le secteur et entraîne la création de quelques grands acteurs, en Belgique et en France notamment. Il s’agit principalement de parties qui font preuve de transparence qui alimentent le marché. Enfin, les finances publiques jouent un rôle important. Dans un pays comme les Pays-Bas, les réformes actuelles sont par exemple source d’incertitude."

©Aedefica

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés