Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"La tendance à la téléconsultation, tout comme celle du télétravail, est irréversible"

Karel Coudré, head of product management pension, protection & health chez AXA.

Les soins de santé de demain seront numériques, placeront le patient au centre des préoccupations et déchargeront les établissements de santé. “La crise du coronavirus a exposé les forces et faiblesses du secteur”, affirment Serge Martin et Karel Coudré (AXA).

Le système de santé belge est organisé de manière beaucoup plus efficace que celui de nombreux autres pays européens. La façon dont nos établissements de santé et leur personnel ont fait face à l'épidémie de coronavirus l’a récemment démontré.

“Et pourtant, au début de la crise, le besoin de numérisation était plus criant que jamais, avec un vrai besoin de téléconsultation entre les médecins et les patients, évoque Serge Martin, head of life chez AXA. Un cadre juridique temporaire a été mis en place pour réglementer le remboursement.”

La santé, au bout du fil

Selon AXA, les examens effectués tant par les médecins généralistes que par les spécialistes à distance, notamment au travers de consultations vidéo, revêtiront encore plus d'importance dans les années à venir. Tout le monde, en effet, n'a pas toujours la possibilité de se déplacer chez le médecin.

"Beaucoup de personnes sont couvertes par l’assurance hospitalisation. Mais seules 5% sont assurées pour les soins ambulatoires."
Serge Martin
Head of life chez AXA

“Si les téléconsultations suscitaient encore quelques interrogations l'année dernière, le secteur de la santé s'engage aujourd'hui pleinement dans ce type d'initiative… et cette tendance est irréversible”, assure Karel Coudré, head of product management pension, protection & health chez AXA. Cette évolution trouve également écho au sein de la société. Elle est comparable à celle du télétravail, que les entreprises et les salariés ont adopté massivement.

Dans le domaine des téléconsultations, AXA a fait office de pionnier l'an dernier avec le lancement de sa propre plateforme Doctors Online. Celle-ci offre aux personnes couvertes par les assurances hospitalières AXA l'accès à un réseau de médecins indépendants pour une consultation vidéo. Ces consultations peuvent avoir lieu 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, à une heure convenue ou dans les 30 minutes si nécessaire.

Corona et numérisation

Selon AXA, la crise du coronavirus fut le catalyseur de la numérisation dans d'autres domaines des soins de santé.

“Regardez ce qui se passe actuellement avec l'échange électronique de données de santé, illustre Serge Martin. Les portails de santé numériques tels que eHealth et Personal Health Viewer décollent enfin. Une évolution résolument positive, car les prestataires de soins et les patients ont accès plus rapidement, et de façon nettement plus conviviale, aux données de santé.”

Serge Martin, head of life chez AXA.

Soins ambulatoires

Que reste-t-il à améliorer? “Le secteur des assurances doit relever le défi posé par le développement de la numérisation des soins ambulatoires”, répond Karel Coudré. “Une coordination, une interaction et une concertation accrues entre les hôpitaux, les centres de soins résidentiels et le secteur des soins ambulants est tout aussi cruciale, et la numérisation peut y contribuer. Toutefois, la fragmentation des pouvoirs politiques aux niveaux régional et fédéral freine certaines évolutions dans les soins de santé.”

Les besoins des patients en matière de soins médicaux à domicile augmentent également. De plus en plus d'interventions sont effectuées en one day clinic et la durée des hospitalisations ne cesse de diminuer. Durant la crise du coronavirus, l'effort maximal s'étant concentré sur les interventions essentielles, les autres interventions devront être rattrapées dans les prochains mois. “Les soins ambulatoires aident le gouvernement à maîtriser ses dépenses en matière d'hospitalisations tout en garantissant la qualité des soins”, déclare Serge Martin.

Prévention

"Si les téléconsultations suscitaient encore quelques interrogations l'année dernière, le secteur de la santé s'engage aujourd'hui pleinement dans ce type d'initiative."
Karel Coudré
Head of product management pension, protection & health chez AXA

AXA a constaté un intérêt croissant pour la couverture des soins ambulatoires dans ses polices d'assurance. “Nous y voyons un marché de croissance majeur dans les années à venir”, confie Serge Martin. “De nos jours, beaucoup de personnes ont une assurance hospitalisation, mais seules 5% sont assurées pour les soins ambulatoires.”

La prévention peut par ailleurs alléger le fardeau qui pèse sur les soins de santé. La crise du coronavirus a mis plus que jamais en évidence l'importance de l'hygiène, de l'activité sportive, d'une alimentation saine et du bien-être mental.

“L'éducation à la santé est une tendance qui continuera de se développer dans les mois et années à venir, et de s'ancrer en profondeur dans notre société”, conclut Serge Martin. “Cela peut se résumer par l’adage bien connu: mieux vaut prévenir que guérir.”

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.