Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Une expertise adaptée aux projets hors normes

Le projet de musée porté par BESIX prend place au cœur des pyramides. ©BESIX

Solidement implanté au Benelux et en France ainsi qu’au Moyen-Orient, le groupe belge BESIX poursuit son expansion internationale grâce à la réalisation de projets d’exception. Parmi ceux-ci, la construction de l’imposant nouveau musée du Caire ou encore l’édification en zone protégée d’un pont qui enjambe le fjord de Roskilde au Danemark.

Au-delà des activités déployées dans son marché domestique, qui englobe le Benelux et la France, BESIX développe de nombreux projets au Moyen-Orient depuis une cinquantaine d’années. L’entreprise y a accumulé les records, dont le plus notoire est la construction de la Burj Khalifa, tour qui culmine à 828 mètres au-dessus de Dubaï. “Grâce à nos références dans les Émirats, nous nous imposons progressivement sur l’échiquier mondial”, souligne Mathieu Dechamps, General Manager International de BESIX. “C’est ainsi que nous nous apprêtons à bâtir, au Maroc, la plus haute tour d’Afrique. Nos business developers font valoir notre expertise dans les domaines où nous sommes le plus compétitifs, à savoir les bâtiments de grande hauteur, les travaux maritimes et le traitement des eaux.” Parmi les projets en cours, deux sont emblématiques des compétences techniques et environnementales du groupe, ainsi que de sa capacité à mener à bien des réalisations d’exception.

Construction du grand musée du Caire

Le Grand Egyptian Museum en chiffres

Grand Egyptian Museum

  • Un complexe de bâtiments de 230 m de large à son point maximum sur 575 m de long
  • Un design complexe et audacieux, conçu par Heneghan Peng Architects, fondé sur des formes géométriques triangulaires et aligné sur les pyramides
  • Une diversité de matériaux: verre, métal, béton blanc, marbre, etc.
  • 200.000 m² de marbre
  • 320.000 m³ de béton
  • 6.500 ouvriers, 500 collaborateurs d’encadrement
  • Plus de 100 corps de métier
  • Le musée accueillera quelque 50.000 antiquités, dont la collection Toutânkhamon

“Au cours des 25 dernières années, nous avons construit en Égypte des hôtels, un centre commercial et des terminaux gaziers en partenariat avec Orascom”, indique Mathieu Dechamps. “Aussi, quand les autorités du pays ont lancé l’appel d’offres pour la construction de leur nouveau musée archéologique, c’est en association intégrée avec notre partenaire égyptien que nous avons remporté le marché. La construction a démarré en 2012.” Le gigantesque bâtiment se compose d’un ensemble de six vastes halls accolés formant une pointe qui se profile en contrebas des trois pyramides de Gizeh. “Les dimensions du bâtiment sont monumentales. Les parties tant intérieures qu’extérieures sont recouvertes de marbre, tandis qu’une immense pyramide de verre sera insérée dans l’une des façades.”

Une conception complexe

"Le musée du Caire ne compte ni angles droits ni lignes parallèles."
Mathieu Dechamps
General Manager International de BESIX

“Le hall d’entrée a été édifié autour de la statue de Ramsès II de 10 mètres de haut et de 80 tonnes, trop imposante pour y être transportée par la suite. Le bâtiment ne compte ni angles droits ni lignes parallèles. Tout, dans sa conception, rappelle la forme des pyramides. Le gigantesque hall d’entrée est surmonté de plafonds suspendus en métal grillagé, destinés à créer des jeux de lumière. Le métal déployé est produit en Belgique, étiré en Angleterre et anodisé en Égypte.” La complexité du projet, sur le plan tant de la géométrie que des matériaux utilisés, a nécessité un travail en amont considérable de la part des équipes chargées des méthodes de construction et de la planification, démontrant l’étendue de l’expertise de BESIX en matière d’engineering. "Le projet est stratégique pour l’Égypte, qui mise sur ce nouveau musée pour relancer le tourisme. La phase 1 du chantier, qui comprend les travaux de gros-œuvre et de finition de l’ensemble du bâtiment, ainsi que l’aménagement intérieur des halls A et B, devraient être terminés en juin 2019. L’ouverture du musée est quant à elle prévue pour 2020,” explique David De Visscher, Country Manager chez BESIX.

Construction d’un pont en zone protégée 

Le Fjordforbindelsen Frederikssund en chiffres
  • Le premier projet de BESIX dans les pays scandinaves
  • Une voie rapide de 8,2 km
  • Un viaduc de 1,4 km de long
  • 11 structures secondaires (petits ponts, passages à faune et pistes cyclables)
  • 54 pieux de 2 m de diamètre et jusqu’à 50 m de profondeur destinés aux fondations du viaduc
  • 492 segments de tablier en béton de 20 m x 3,5 m x 2,8 m
  • Les contraintes environnementales d’une construction monumentale en zone Natura 2000

En 2016, les équipes de BESIX ont entamé la construction d’un pont et d’une portion d’autoroute qui permettront aux habitants de la péninsule de Hornsherred de raccourcir de plusieurs kilomètres leurs trajets et surtout, d’éviter le passage par un ancien pont à bascule régulièrement embouteillé. “Le principal défi lié à ce chantier est qu’il traverse un village et une zone Natura 2000. Il est donc soumis à une série de mesures destinées à limiter les nuisances pour la communauté locale et à protéger la faune et la flore, telles que l’imposition de normes strictes en matière de bruit et de vibration, ainsi que d’émissions de poussières et de contrôle des sédiments. Des équipements et méthodes appropriés ont donc été sélectionnés, en particulier  pour le forage des pieux dans le fjord et pour l’installation silencieuse des palplanches supportant les murs antibruit de part et d’autre de la nouvelle voie dans le village. Les travaux ont été limités à certaines périodes de la journée, tandis que des enregistrements ont été effectués afin de vérifier que les limites de bruit et de vibration n’étaient pas dépassées”, indique Xavier Debruche, Project Manager pour BESIX.

Analyse des impacts environnementaux

Le projet Roskilde se déroule dans un fjord au Danemark.

Le même niveau de précautions et d’exigences a été adopté pour préserver les eaux du fjord. Par conséquent, chaque opération a dû être planifiée en tenant compte de son impact environnemental. “Ainsi, lors du forage des piles, les sédiments ont été récupérés grâce à des bassins de décantation flottants avant d’être amenés sur terre. Par ailleurs, les segments de tablier du pont ont été préfabriqués en Pologne et acheminés par bateau, puis par la route.” Le chantier prendra fin en juillet 2019, trois mois plus tôt que prévu. “Dans ce type de projet, notre département Engineering se concentre sur le value engineering, qui consiste à privilégier des solutions améliorant la valeur globale de l’ouvrage pour le client, sur le plan économique mais aussi en termes de durabilité des installations, par exemple. Enfin, nous intégrons de jeunes ingénieurs à nos équipes, qui apportent des idées novatrices tout en acquérant les connaissances de nos collaborateurs expérimentés.”

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.