Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Fonds thématiques: populaires mais capricieux

©Shutterstock

Le monde évolue, et votre portefeuille de placements a tout intérêt à évoluer avec lui. Par exemple en se diversifiant dans des fonds thématiques.

Les fonds thématiques n’ont cessé de gagner en popularité ces dernières années. “De plus en plus de maisons de fonds complètent leur gamme à l’aide de fonds qui se concentrent sur certaines mégatendances”, éclaire Gert Van Osselaer, expert en fonds chez BinckBank. “Il peut s’agir de fonds qui investissent sur un sujet durable, comme l’eau potable, l’électricité verte, la diversité des genres, etc. Ou de fonds dotés d’une forte dimension technologique, comme la robotique, l’intelligence artificielle et les FinTech. Et désormais, il est possible d’investir dans de nombreuses tendances sociales, de la demande croissante de solutions de sécurité au vieillissement de la population.”

Les fonds thématiques misent beaucoup sur l’intuition de l’investisseur, ce qui explique en partie cette popularité croissante. “Via des fonds thématiques, vous investissez dans des idées ou tendances concrètes et reconnaissables”, analyse Gert Van Osselaer. “Un fonds thématique lié à l’énergie durable est plus proche de l’univers de nombreux investisseurs qu’un simple fonds d’actions. Ceci dit, les investissements thématiques plaisent aussi parce qu’ils permettent d’investir de manière ciblée dans des valeurs qui sont importantes aux yeux des investisseurs: la lutte contre le cancer, le progrès technologique, la mobilité durable… L’investisseur a ainsi le sentiment d’avoir ‘bien’ investi ses économies.”

Plus que des modes passagères

“Les investisseurs en fonds qui désirent investir dans des fonds thématiques ont intérêt à disposer déjà d’une base solide de fonds mixtes."
Gert Van Osselaer
expert en fonds chez BinckBank
©BinckBank

Les fonds thématiques sont greffés sur des mégatendances qui, loin de ressembler à des modes passagères – qui peuvent disparaître aussi vite qu’elles sont apparues –, reposent sur des bases plus larges et sont liées aux évolutions démographiques, à l’urbanisation croissante, au changement climatique et à la pénurie de matières premières, notamment. “En ce sens, on confond parfois les fonds thématiques avec les fonds sectoriels”, note encore Gert Van Osselaer. “La grande différence entre les deux tient au fait que les fonds thématiques peuvent investir dans plusieurs secteurs. Un fonds sectoriel spécialisé dans la technologie n’investira que dans des entreprises technologiques, et un fonds sectoriel spécialisé dans l’énergie, uniquement dans des producteurs d’énergie. À l’inverse, un fonds thématique centré sur l’énergie intelligente peut à la fois investir dans des producteurs d’énergie et des entreprises technologiques.”

Les fonds thématiques offrent souvent un complément intéressant à un portefeuille de fonds. “Dans la mesure où leurs performances dépendent d’une seule tendance, il n’est pas recommandé de composer un portefeuille uniquement à partir de fonds thématiques”, souligne néanmoins Gert Van Osselaer. “Les investisseurs en fonds qui désirent investir dans des fonds thématiques ont intérêt à disposer déjà d’une base solide de fonds mixtes. De cette façon, les risques sont en partie couverts.”

Enfin, les fonds thématiques conviennent mieux aux investisseurs dynamiques dotés d’un horizon d’investissement étendu. “Quand le rendement potentiel est élevé, cela signifie que les risques sont plus élevés et que le parcours peut se révéler accidenté”, prévient Gert Van Osselaer. “Ceux qui investissent dans des fonds thématiques doivent donc être prêts à supporter des fluctuations de cours, puisque ces fonds peuvent se montrer plus sensibles aux caprices du marché.”

Plus d’informations et de conseils sur les fonds?
Découvrez ici notre guide pratique des fonds

 

 

Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.