Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Vaccin contre le coronavirus: Novasep mise sur Seneffe

La plus grande partie de la production du principe actif d’un futur vaccin contre le coronavirus sera produit à Seneffe. Ce site de la société française de biotech Novasep fabriquera les vecteurs viraux pour le compte du géant pharmaceutique anglo-suédois AstraZeneca. Le contrat devrait entraîner la création d’une centaine de postes. Le CEO de Novasep, Michel Spagnol, plaide pour une politique industrielle européenne du médicament.

“Pour fabriquer des vecteurs viraux, principe actif du futur vaccin, on inocule l’ADN d’un virus modifié,dans une cellule-hôte afin d’initier la production d’un virus pouvant induire une réponse immunitaire tout en étant inoffensif ”, entame Michel Spagnol, qui dirige l’entreprise depuis 2013.

“Novasep est le leader européen de la production de ces substances, il était donc logique qu’AstraZeneca et l’Alliance inclusive pour le vaccin, fondée par la France, l’Allemagne, l’Italie et les Pays-Bas, se tournent vers notre société pour la fabrication d’un vaccin contre le coronavirus pour le marché européen. Nous allons produire la grande majorité de la substance active nécessaire à la fabrication de ce vaccin.”

Il s’agit de l’un des “candidats-vaccins” les plus avancés, celui de l’Université d’Oxford. Il devrait être mis sur le marché en 2021 siles tests cliniques en cours sont positifs . La technologie des vecteurs viraux a également été utilisée pour la fabrication d’un vaccin contre le SARS-2, tandis que les techniques “traditionnelles” recouraient à des techniques plus traditionnelles (sur des œufs en particulier). Novasep compte 1.500 employés sur 10 sites répartis dans trois pays et réalise un chiffre d’affaires annuel de 300 millions d’euros.

La technologie comme atout concurrentiel

“Ce contrat prouve que notre pari stratégique de miser sur l’immunothérapie et les vaccins était gagnant”, se réjouit Michel Spagnol, lui-même docteur en chimie de l’Université de Stanford.

“En investissant fortement dans la technologie, nous nous démarquons de la concurrence internationale, grâce à l’innovation.”
Michel Spagnol
CEO de Novasep

“Investir fortement dans des technologies pointues, très différenciantes, permet de rester compétitifs sur les principaux marchés pharmaceutiques – l’Amérique du Nord et l’Europe – en créant des barrières d’entrée technologiques qui nous démarquent de la concurrence.”

Concrètement, Novasep, dont le profil était auparavant assez généraliste en chimie traditionnelle et organique, a lancé voici trois ans un vaste programme d’investissements dans le secteur biologique, à hauteur de 180 millions d’euros sur cinq ans. Outre les virus les vaccins, l’entreprise opère dans le secteur des thérapies géniques. “Le principe est similaire: on utilise un vecteur viral pour " réparer " un défaut génétique”, poursuit le scientifique.

“Si nous avons choisi la Belgique, c’est grâce à la présence d’un terreau industriel et universitaire très fort en biotechnologie mais aussi grâce au soutien indéfectible de notre banque, BNP Paribas Fortis”, reconnaît Michel Spagnol.

“Depuis six ans, nous avons mis en place des Innovation hubs pour accompagner les sociétés comme Novasep”, confirme Catherine Delforge, Relationship Manager de BNP Paribas Fortis, qui suit la société. “Les personnes dédiées à ces clients innovants sont formées pour comprendre leur business model et les conseiller au mieux. C’est un vrai tournant dans l’accompagnement des entreprises, être là depuis la création de l’idée, suivre leur développement, pour enfin atteindre la commercialisation.”

“Produire de façon plus intelligente”

"Le Covid-19 a confirmé que nous nous trouvions au cœur d’une chaîne vitale d’approvisionnement – nous fabriquons également des médicaments pour l’oncologie”, conclut Michel Spagnol.

“Les acteurs du secteur ont montré leur résilience. Mails il faut aller plus loin pour être plus indépendant à échelle européenne dans cette chaîne de valeur: il faut investir dans la flexibilisation de nos sites et dans des technologies offrant la possibilité de réaliser ces opérations selon les normes écologiques. Et ce, dans une réflexion stratégique portée à l’échelle du continent européen.”

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.