Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"L'argent arrive rapidement sur notre compte"

Isabelle Defossez, sandwicherie Le Petit Boucher: “Payer avec Payconiq, c’est très rapide. Cela représente un énorme avantage pendant les heures de pointe.” ©Marco Mertens

La grande enquête de Bancontact Payconiq Company 2019 le démontre: les Belges trouvent le paiement sans contact - avec leur carte bancaire ou leur smartphone - rapide et facile. Mais tous les commerçants n'offrent pas encore cette possibilité. Petit tour d'horizon.

Le mode de paiement utilisé par les clients est souvent déterminé par le montant et la vitesse à laquelle l’opération doit s’effectuer. “Dans notre café, les clients peuvent payer par carte ou via Payconiq by Bancontact”, explique Isabelle, collaboratrice au Kaaicafé à Bruxelles. “Nous sommes un établissement horeca assez atypique, parce que la plupart de nos clients aiment être servis très rapidement. À midi, nous avons surtout des personnes en pause-déjeuner, et le soir, des gens qui assistent à un spectacle et n’arrivent qu’à la dernière minute, voire en retard. Ils paient essentiellement en liquide. Pour nous, Payconiq est pratique parce que la procédure est rapide et l’argent arrive vite sur le compte.”

Plus on apprend jeune…

Les jeunes semblent plus prompts à adopter le paiement sans cash que les générations plus âgées, observe Caroline Viatour, collaboratrice logistique à la Haute École Louvain en Hainaut (HELHa), où Payconiq est proposé à la cafétéria. “Nous répondons ainsi aux étudiants et au personnel désireux de pouvoir payer automatiquement sans que nous ayons à investir dans un terminal de paiement.”

“Un autre avantage est la convivialité: le paiement est direct et nous pouvons suivre toutes les opérations sur une tablette. J’estime que Payconiq représente environ 25% des paiements, le reste étant réglé en espèces. Personnellement, je n’utilise plus que l’application Payconiq by Bancontact. Je ne dois plus penser à aller retirer de l’argent avant de déjeuner. Selon moi, cette tendance à la vie sans cash ne peut que prendre de l’ampleur.”

Yves De Moor, épicerie Moor&Moor: “Dès le premier jour, nous avons décidé de n’accepter que les modes de paiement électroniques: par carte bancaire ou mobile, via Payconiq.” ©Marco Mertens

Transparence

Yves De Moor, de l’épicerie Moor&Moor à Gand, le constate lui aussi: les jeunes paient de moins en moins en liquide. “Dès le premier jour, nous avons décidé de n’accepter que les paiements électroniques: par carte bancaire ou mobile, via Payconiq. Un choix qui s’explique par la transparence du système. Ainsi, nous ne commettons plus d’erreur au moment de rendre la monnaie, par exemple. Et si nous nous trompons en saisissant un montant, nous pouvons immédiatement le corriger de manière électronique.”

“Mon comptable me confirme par ailleurs que les paiements arrivent sur notre compte 24 heures plus tard. Au début, certains clients étaient réticents à l’idée de payer sans cash. Mais ce phénomène demeure limité, car notre clientèle est plutôt jeune. Nous constatons une hausse des paiements avec Payconiq.”

Bancontact, le grand frère

Ceux qui ne veulent pas payer en liquide optent toujours en premier lieu pour Bancontact, révèle notre petite enquête de terrain. À la Librairie du Bois d’Avroy à Liège, 60% des transactions se font en liquide, 38% avec Bancontact et 2% avec Payconiq. À la boucherie traiteur Catteeu à Bruges, 5% des paiements sont effectués via Payconiq, contre 70% avec Bancontact et 25% en liquide.

Ceci dit, ceux qui proposent Payconiq semblent très satisfaits de la convivialité du système. Isabelle Defossez tient la sandwicherie Le Petit Boucher à Charleroi: “C’est pratique. Le code QR Payconiq est affiché sur le comptoir, le client le scanne avec son téléphone et le paiement est exécuté. Payer sans contact, c’est très rapide. Cela représente un énorme avantage aux heures de pointe.”

Part de marché en hausse

Au Café Lucien à Anvers, Lucas De Muynck se montre lui aussi très enthousiaste envers Payconiq. “Dans notre coffee-shop, les clients ne peuvent payer qu’en liquide et avec l’application Payconiq by Bancontact. Nous constatons une augmentation du nombre de paiements avec l’application. Aujourd'hui, ils doivent représenter environ un tiers du total. Et ce système est adopté par toutes les tranches d’âges. Il nous arrive de devoir aider un client à installer l’application sur son smartphone, mais il peut alors l’utiliser immédiatement. Et pour nous, c’est très pratique, car nous disposons d’un relevé comptable transparent de toutes les opérations réalisées dans notre établissement.”