interview

‘L'innovation ne repose pas forcément sur de coûteuses inventions'

Jan Gabriël, Joury Van Gijseghem et Luc Vandenbulcke ©Wim kempenaers

La R&D est certes importante, mais elle ne suffit pas pour rendre une entreprise véritablement innovante. ‘Les bonnes idées ne servent à rien si elles ne permettent pas de créer de la valeur’, estime Jan Gabriël (DEME).

‘Je dois encore déposer ma propre idée’, souffle Luc Vandenbulcke, Managing Director de la filiale GeoSea et Deputy COO de DEME, les yeux brillants. Ses collègues, assis autour de la table, l’observent avec curiosité. ‘Pas question pour autant que je vous livre le moindre indice’, poursuit-il. ‘Je veux gagner.’ Chacun des plus de 4.600 collaborateurs du groupe de dragage et d’environnement pourra bientôt participer au DEME Innovation Contest. Par ce concours, l’entreprise entend démontrer que l’innovation est l’affaire de tous les collaborateurs, et pas uniquement celle du département de recherche et développement. Le premier Innovation Manager de l’histoire de l’entreprise sera également nommé dans quelques semaines.

Sa tâche spécifique sera de porter ce message dans l’ensemble du groupe, du chantier à la salle de direction. ‘Ce n’est pas au niveau des charges salariales que nous pourrons concurrencer les entreprises de dragage chinoises’, explique Jan Gabriël, responsable de la conception et de la construction de nouveaux navires chez DEME. ‘Nous sommes beaucoup plus avancés que les Chinois en termes de technologie et d’innovation, mais nous avons besoin de conserver cette avance, sous peine d’être évincés du marché dans quelques années.’

‘Naturellement, l’innovation doit toujours se fonder sur une analyse objective et un business- case chiffré. Car l’investissement doit être rentable. Les bonnes idées ne servent à rien si elles ne permettent pas de créer de la valeur.’ Les innovations ne doivent pas nécessairement être majeures ou coûteuses, ni sortir du cerveau d’un ingénieur pour faire la différence. C’est pourquoi un matelot peut également remporter l’Innovation Contest. Joury Van Gijseghem, responsable du département Énergie bleue chez DEME, acquiesce. ‘À Anvers, tout tourne autour du temps de travail efficace. Le temps, c’est de l’argent.’

ROCHERS

L’innovation permet également de distancer la concurrence pour décrocher un contrat. Jan Gabriël ne doit pas chercher bien loin un exemple: ‘Récemment, notre département offshore Tideway devait enrocher un câble de télécommunications. Comme cela se fait en mer, à 200 kilomètres des côtes, cette opération s’avère particulièrement onéreuse.

‘Les idées, c’est comme les lapins: vous en achetez deux, vous les soignez bien, et vous en avez rapidement une douzaine’, affirmait l’écrivain américain John Steinbeck. C’est en quelque sorte la culture d’entreprise sur laquelle mise DEME et dont elle fait la promotion avec les DEME Innovation Awards, un concours ouvert à tous les collaborateurs du groupe.

Car l’innovation, c’est l’affaire de chacun, quelle que soit l’ampleur des idées. Les collaborateurs peuvent déposer un projet individuellement ou en groupe dans sept catégories, dont les nouveaux instruments ou techniques innovantes, les propositions favorisant l’orientation client ou le bien-être social, et les idées permettant de renforcer la sécurité ou de réduire l’impact sur l’environnement.

Chaque idée est notée en fonction de son caractère innovant et de son effet sur l’en - treprise. Par ce concours, il est plus facile à DEME de partager toutes les connaissances qui circulent au sein de l’entreprise et de faire connaître les innovations à l’intérieur du groupe. Outre la gloire éternelle, les lauréats pourront compter sur un petit bonus financier.

Mais notre expertise nous permet de travailler avec une grande précision, ce qui implique qu’on a besoin de moins de pierres et qu’on sera donc moins chers.’ Les avantages de l’innovation se font également sentir à bord des navires. Ainsi DEME utilise-t-il un câble ‘intelligent’ en plastique spécial pour maintenir de grands navires amarrés en pleine mer.

‘Que se passe-til lorsqu’un câble d’acier, qui doit tenir des milliers de tonnes en mouvement, rompt? Il claque comme un fouet’, prolonge Jan Gabriël. ‘C’est extrêmement dangereux. Nos câbles ‘intelligents’ sont huit fois plus légers que les câbles d’acier, et ne s’envolent pas en cas de rupture. Ils sont donc plus faciles à utiliser et beaucoup plus sûrs.’

BLEU AZUR

L’innovation consiste aussi à rechercher la manière la plus appropriée d’accomplir une mission, continue Jan Gabriël. Il fait référence à Wheatstone, un projet en Australie. DEME utilise des modèles sophistiqués qui tiennent compte de la phase de la marée, des vagues, des courants, de la température et du vent. Tout est surveillé très minutieusement afin que le processus de dragage puisse être adapté à tout moment. La turbidité de l’eau causé par le dragage pouvait ainsi être contrôlée. En mer, le mot d’ordre est ‘faisabilité’.

‘Nous sommes beaucoup plus avancés que les Chinois.’
Jan Gabriël
responsable des nouvelles constructions

‘Notre capacité à draguer ou à travailler sur un parc éolien offshore dépend notamment de la hauteur des vagues’, précisent Luc Vandenbulcke et Jan Gabriël. ‘Celle-ci est difficile à prévoir. Ceci dit, grâce à des modèles mathématiques, nous y parvenons de mieux en mieux. Cela permet un calcul plus précis du prix des offres et limite les dégâts en mer. Car nous pouvons nous arrêter à temps et recommencer plus rapidement.’ Innover, c’est également anticiper, remarque enfin Joury Van Gijseghem. Dans la phase de conception de son équipement, DEME applique le principe de la ‘conditionbased maintenance’. ‘Nous devons anticiper. Comment? Par exemple en intégrant, dès la conception de nos équipements, un appareillage de mesure capable de prévoir les détériorations.

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés