Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Je découvre à chaque fois des entreprises dont je ne savais rien"

Jean Stéphenne, président du jury de l'Entreprise de l'Année® ©Thierry du Bois

On ne présente plus Jean Stéphenne. L’ex-CEO emblématique de GSK Biologicals revient sur son rôle de président du jury de l’Entreprise de l’Année®, souligne l’importance d’un tel prix pour la réindustrialisation de la Wallonie… et estime que la petite taille de notre pays est une force, non une faiblesse.

Vous présidez le jury du prix de l’Entreprise de l’Année® depuis une dizaine d’années. Pourquoi cet engagement ?

Jean Stéphenne : Les années passent et pourtant, je découvre à chaque fois des entreprises dont je ne savais rien. On connaît souvent leurs produits mais pas forcément leur nom. Et puis, je travaille constamment au redéveloppement du tissu industriel en Wallonie. Ce prix y contribue, puisque l’entreprise lauréate bénéficie d’une reconnaissance tant en Belgique qu’à l’international. Enfin, l’implication des jurés dépasse largement le cadre du prix lui-même. Les entreprises nous recontactent pour leur fournir des conseils, leur ouvrir l’accès à un réseau, les faire connaître auprès d’autres entreprises. Nous avons l’habitude de revoir tous les candidats après la cérémonie, afin de discuter avec eux de leurs forces et de leurs faiblesses, ce qui s’avère très utile dans le cadre de leur réflexion stratégique.

Quel est votre rôle spécifique en tant que président du jury ?

Jean Stéphenne : Je veille à ce que la discussion et le choix final reposent sur des éléments objectifs – il ne faut pas oublier que les membres du jury sont eux-mêmes des entrepreneurs. En cas d’égalité, ce qui est arrivé par le passé, je dois arbitrer, mais toujours dans le dialogue afin de dégager un consensus.

L’un des mots-clés, dans l’attribution du prix de l’Entreprise de l’Année®, est " croissance ". Ce terme englobe une réalité très vaste et variée…

  • Président du jury de l’Entreprise de l’Année®
  • Président de BePharBel Manufacturing
  • Ex-CEO de GSK Biologicals
  • Ex-président de l’Union wallonne des entreprises (de 1997 à 2000)
  • Président, notamment, de BioWin, Besix, TiGenix, Nanocyl et Vasalius
  • Administrateur, entre autres, de l’UWE, BNP Paribas Fortis, GBL

Jean Stéphenne : Nous nous intéressons à la croissance du chiffre d’affaires, mais pas seulement. Celle du personnel est tout aussi importante pour le tissu économique : il faut que l’entreprise crée de l’emploi. Les perspectives pour les années à venir entrent également en ligne de compte. Observez les lauréats des années précédentes, vous réaliserez que nos choix ont été les bons !Nous contrôlons enfin la gouvernance : le patron est-il bien entouré ? Est-il capable de déléguer ? Car un patron n’est jamais seul.

Les finalistes de l’édition 2014 affichent d’excellents résultats en matière d’exportations. La croissance des entreprises belges passe-t-elle forcément par l’international ?

Jean Stéphenne : C’est crucial. La Belgique est un petit pays : pour de nombreux produits, notre marché ne peut être le marché de référence. C’est pourquoi, dans nos critères d’évaluation, nous mettons l’accent sur le potentiel d’internationalisation de l’entreprise. Nous vérifions que son concept stratégique est applicable – et convaincant – hors de nos frontières.

La taille de la Belgique s’avère ainsi une force pour nos entrepreneurs : ils sont obligés de penser à l’exportation et, pour cela, de se montrer plus créatifs que les autres. Le prix de l’Entreprise de l’Année® contribue à soutenir ces entreprises innovantes, en dopant leur réputation, leur notoriété en Belgique et à l’étranger, leur développement. En période de crise économique, cette récompense fait des entreprises lauréates des exemples, et montre que les difficultés recèlent toujours des opportunités… pour celles et ceux qui savent les saisir.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.