Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Un vent durable souffle sur les océans

"La durabilité constitue la seule réponse à la concurrence de la Chine et d’autres pays émergents" Alain Bernard, CEO de DEME ©Frank Toussaint

DEME a adopté le slogan "Creating land for the future". On pourrait toutefois affirmer que "Creating land for a sustainable future" serait plus adéquat, selon Alain Bernard. Il dirige groupe anversois actif dans le monde entier dans le dragage, la récupération de terres sur la mer, les infrastructures portuaires et les services offshore. À l’aide de quatre exemples, le CEO démontre la contribution étonnante et innovante que peut apporter un dragueur à un monde durable.

Des ordinateurs flottants et des grutiers en réalité virtuelle

"Le dragage constitue le cœur de métier de DEME. En volume, cette activité représente environ 60% de nos activités. Et les 40% restants s’inscrivent dans son prolongement. Ceux qui y voient une activité assez classique ont tort: les innovations sont nombreuses dans ce secteur. Nos deux nouveaux navires, par exemple – la drague à élinde traînante Bonny River et la drague à désagrégateur Spartacus – sont des ordinateurs flottants qui fonctionnent de manière entièrement automatique. Ils peuvent même anticiper les tempêtes."

"Voici trois décennies, nous étions le premier à naviguer sur l’Escaut à l’aide d’un GPS. Aujourd’hui, nous faisons appel à l’intelligence artificielle et à la réalité virtuelle. Grâce à des lunettes spéciales, le grutier voit depuis le navire comment il travaille sous l’eau. Tout l’art consiste à intégrer la technologie en provenance de l’industrie métallurgique, de l’informatique et d’autres secteurs dans nos activités. C’est ce qui nous permet de garder une longueur d’avance sur la concurrence."

Énergie éolienne offshore, mais aussi énergie marémotrice

"DEME est un pionnier dans son secteur. Nous sommes leaders dans l’énergie éolienne offshore et nous ne cessons d’investir pour préserver ce leadership. Voyez le navire de levage Apollo que nous avons mis en service en août, ou encore le navire d’installation Orion, qui peut supporter une grue de 5.000 tonnes – de quoi déplacer la tour Eiffel ou la cathédrale d’Anvers. De tels navires sont indispensables pour construire des turbines de 12 MW et plus. Nous sommes également des pionniers dans le stockage et le transport d’énergies renouvelables."

"Ceux qui voient dans le dragage une activité très classique ont tort: l’innovation et la technologie y sont très présentes"
Alain Bernard
CEO de DEME

"À terme, nous voyons cependant encore plus d’avenir dans l’énergie marémotrice, produite à partir des marées. En Belgique, elles ne sont pas assez fortes, mais en Angleterre et en France, pour ne citer que ces deux nations, on observe des marées de 16 mètres. Cette technologie est plus sûre que l’éolien. Les marées sont constantes et parfaitement prévisibles. Nous ne fabriquons pas les turbines nous-mêmes, mais nous développons les câbles et les fondations et nous assurons le travail maritime."

 Assainir la "soupe de plastique" dans les océans

"Même si la Belgique n’occupe pas la pole-position de la transition durable, les entreprises belges sont très présentes dans l’énergie éolienne offshore. Plus dans la construction d’éoliennes, malheureusement, parce que nous ne pouvions pas suivre la course au gigantisme. Pour cela, nous comptons sur nos bons contacts avec Siemens et GE."

"Nos deux nouveaux navires sont des ordinateurs flottants qui travaillent de manière totalement automatique"
Alain Bernard
CEO de DEME

"D’ailleurs, nous n’avons pas seulement construit les premiers parcs éoliens offshore: nous avons participé à leur développement en qualité de concessionnaire. Nous avons pris part au développement et au financement du projet, ce qui était très innovant à l’époque. Nous faisons aussi preuve d’innovation lors de l’assainissement de black-points et de brown-fields, par exemple à Zwijnaarde, où nous avons converti des terrains très pollués en zones pour PME en collaboration avec DOMO. La commercialisation du site assaini nous a permis de récupérer notre investissement. À l’avenir, je nous vois en outre jouer un rôle important dans l’épuration complexe des eaux ou dans l’assainissement de nos rivières et océans, la fameuse 'soupe de plastique'."

 Extraire des minéraux des fonds déserts des océans?

"La durabilité est le défi des décennies à venir. Elle constitue la seule réponse à la concurrence de la Chine et d’autres pays émergents. Nous avons une réputation à défendre. Par ailleurs, les banques y sont de plus en plus sensibles, tout comme le grand public bien entendu, notamment grâce aux médias sociaux. Est-il durable de construire une île au large de nos côtes? Est-il durable d’extraire des minéraux des fonds marins? Est-il durable de construire des parcs éoliens en mer?"

"La vie marine s’est largement développée autour des éoliennes en mer du Nord. Des colonies de moules, de crabes et de homards s’y sont établies. Et cette nourriture attire même des marsouins. Grâce à un atoll, il est possible de stocker de l’énergie, mais on pourrait imaginer le développement d’une île multifonctionnelle qui accueillerait des activités d’aquaculture à l’abri des conditions météorologiques extrêmes. L’exploitation minière des fonds océaniques déserts limiterait l’impact gigantesque des mines à ciel ouvert sur la population, la faune et la flore locales. Il y a encore tant d’activités durables à développer en mer! Nous devons juste veiller à ne pas nous perdre dans des discussions sans fin."

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.