Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L'éco-quartier made in France

©RV DOC

Les responsables communaux et les porteurs de projet s'accordent à le dire : une vision intégrée est indispensable pour un urbanisme durable.

La préoccupation environnementale doit être présente dans tous les services, à commencer par l'aménagement du territoire, puisqu'il faut à tout prix éviter l'étalement urbain, comme le rappelle Arnaud Gavroy, échevin de Namur. Les villes ont en effet tendance à s’étendre sur des espaces ruraux essentiels pour la biodiversité.

Pour pallier à ce genre de problème, il peut être intéressant de s’inspirer d’autres projets, d’expériences précédentes, chez nous ou chez nos voisins, et d’en échanger les " bonnes pratiques ", comme c’est le cas pour la France et la Belgique. Grenoble est fière d'avoir le premier éco-quartier de France. Un espace de 8,5 hectares en plein centre ville, est ainsi devenu un poumon vert. Bilan et perspectives avec le directeur de l'Urbanisme de Grenoble, Laurent Gaillard. Grenoble jouit d’une incroyable vue sur les montagnes. Une situation privilégiée pour la " capitale des Alpes " première métropole alpine, comptant 155 000 habitants intra-muros et près de 670 000 dans l'agglomération. Mais il s’agit aussi d’un défi à relever: celui du manque d'espace, car la superficie de la

Quelques pistes pour la ville de demain  

Comme le souligne Arnaud Gavroy (Namur), la politique des transports doit « désinciter » les habitants à prendre leur voiture et plutôt prévoir des espaces de stationnement économes en espace. Le tout en tenant compte des contraintes locales : ainsi, à Grenoble, les parkings des immeubles de l'écoquartier ont été creusés sur deux niveaux, atteignant la nappe phréatique très abondante dans la ville, et créant un surcoût de 15 à 20 %. D'où la réflexion sur la mutualisation des places. Et le lancement d'une « app » spécifique pour convaincre les habitants de choisir les transports en commun.

Toutes les expériences ne sont pas reproductibles. Et l'effort d'éducation, déjà souligné par Alain Hubert, est crucial. Laurent Gaillard (Grenoble), le résume à son tour : « Nous avons formé des artisans, des syndics de copropriété, nous avons organisé des réunions avec les habitants ; nous avons tous appris en même temps ». Les échanges de bonnes pratiques entre communes permettent ensuite de réduire la « courbe d'apprentissage » de celles qui commencent leur démarche : un exemple de plus des dynamiques positives qui sont en train de faire émerger la ville de demain. 

commune n'est que de 18 km2.  Quand l’armée a quitté la caserne de Bonne en 1994, la commune a engagé une réflexion globale sur l'avenir du quartier.

C’est finalement en 2000 que le projet d'éco-quartier a été lancé, et en 2008 que les premiers logements ont été mis à disposition. Aujourd'hui, l'éco-quartier de Bonne abrite 900 logements, dont 38 % de logements sociaux. " Nous avions commencé par mener des études sur la reconversion de la caserne en nouveau quartier, se remémore Laurent Gaillard, directeur de l'Urbanisme de Grenoble. Notre projet -qui conjuguait notamment souci d'accessibilité, de mixité sociale et de qualité d'espaces publics- est devenu précurseur en 2003, lorsqu’il a intégré la performance énergétique et l'emploi des énergies renouvelables, avec un contrôle a posteriori des performances. Ceci nous a permis d'intégrer le programme européen Concerto.  

A cette époque, nous préparions un nouveau plan local d'urbanisme, et nous avions la volonté d'appliquer le développement durable à l'urbanisme et à la construction dans une action à long terme. C'était également une nécessité pour notre ville dense, souvent embouteillée (il n'existe que 3 voies d'accès à Grenoble), manquant d’espaces verts urbains, et où nous souhaitions développer les transports en commun, le vélo et la marche à pied. Il s'agissait donc

d'une démarche intégrée requérant bien plus qu’un travail en surface." À l'époque, la France était nettement en retard en matière d'urbanisme durable.  " C'était 5 ans avant le 'Grenelle Environnement' (NDLR : des négociations sur l'écologie, menées en 2007 en France, qui ont abouti au vote de deux lois), autant dire la préhistoire : on a essuyé les plâtres avec notre projet, véritable laboratoire en plein centre- ville. Heureusement, la situation géographique et le boom immobilier de l'époque nous étaient favorables.

Nous avions des exigences très élevées : isolation par l'extérieur des bâtiments, étanchéité à l'air, ventilation double flux, panneaux solaires et des performances énergétiques dites ‘bâtiment basse consommation’, équivalentes à celles entrées en vigueur en France en janvier 2013.  Un ingénieur spécialisé en performance énergétique a été intégré au projet dès l'origine, et a également été chargé du suivi. Ce fut capital pour la suite. " La commune a estimé à 40 millions d'euros les aménagements nécessaires (achat de terrains, démolition, réseaux, voirie, jardins). La somme a été financée par la vente des terrains aux promoteurs, lesquels ont bénéficié de cette expérience au moment de l'entrée en vigueur du fameux " Grenelle Environnement " car ils savaient construire des bâtiments respectant les nouvelles exigences avant leurs concurrents.  

Partenariat et innovation

" Nous avons ressenti un esprit de partenariat et d'innovation fort, se réjouit Laurent Gaillard. Nous avons appris ensemble, en répondant aux besoins spécifiques de notre ville, où les amplitudes thermiques sont très fortes – il peut faire -10 °C en hiver et + 40°C en été, et la différence jour/nuit atteint souvent 20°C. " Le quartier de Bonne a reçu en 2009 le Grand prix national EcoQuartier, et en 2013, le label national EcoQuartier. La zone a été métamorphosée, avec notamment une série d'espaces verts en enfilade (5 hectares en tout), deux résidences pour étudiants, une école, un cinéma, un centre commercial et 5 000 m2 de bureaux. Aujourd'hui, d'autres projets similaires sont à l'étude.  

Quelques initiatives belges 

UGent oeuvre au développement durable  

Dans le cadre d’un séminaire consacré au rôle de l’enseignement supérieur dans le développement durable, UGent, l’université de Gand, a lancé un mémorandum destiné à inciter la direction de l’université, le personnel et les étudiants à travailler dans le respect des principes de développement durable.  

Première piscine biologique en Wallonie  

Dour rénove son ancienne piscine sur le site du Belvédère. En été 2014, vous pourrez vous rafraîchir dans la première piscine biologique à ciel ouvert de la Wallonie. L’eau sera filtrée de manière naturelle.  

Le métro affiche son côté vert  

Découvrir la nature le long des voies du métro de Charleroi ? La société de transports publics TEC Charleroi a organisé des visites guidées pour mettre en valeur la biodiversité de la région.  

Centre de soins du futur  

Le nouveau " Zorgcentrum van de Toekomst " (centre de soins du futur) de Zolder se compose de 43 appartements-services et de 64 chambres en maisons de repos, et peut accueillir plus de 250 seniors. Ceux-ci pourront expérimenter toute une série de nouveautés, comme le miroir intelligent.  

Découvrez d’autres initiatives significatives sur www.lacommunelaplusdurable.be

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.