La vente comme meilleure alternative

©Shutterstock

On a souvent tendance à lier la vente d’une entreprise familiale à l’absence de succession. Or, cette solution est bien souvent la meilleure tant pour les actionnaires que pour l’entreprise:

• Entreprendre, c’est généralement grandir et réagir face à l’évolution des conditions de marché. Cependant, les chefs d’entreprise ont leurs propres limites et il arrive qu’ils ne veuillent ou n’osent pas continuer à grandir dès qu’ils sortent de leur zone de confort. Parfois, l’étape suivante, comme par exemple l’internationalisation, est celle de trop. Celle qui peut mettre toute l’entreprise en péril. La cession apporte ici une solution: l’entreprise et le personnel sont intégrés dans un plus grand groupe et peuvent continuer à évoluer sous de nouvelles ailes.

• Le monde des entreprises évolue très rapidement: ce qui durait une génération par le passé est désormais possible en une décennie. Ainsi bon nombre de jeunes entrepreneurs s’aventurent désormais très rapidement sur le marché des acquisitions. Ils créent une entreprise et n’hésitent pas à la revendre. Il n’est pas rare que le produit de la transaction soit immédiatement réinvesti dans d’autres projets.

• Une diversification saine demeure la règle d’or en matière d’investissements. Toutefois, plus de 90% du patrimoine des chefs d’entreprises familiales est souvent ancré dans leur propre société. À partir d’un certain âge, il est recommandé de sécuriser une partie de son patrimoine personnel. Par le biais d’une cession totale ou partielle, on obtient une meilleure diversification des risques.

• Une cession peut offrir, au management de l’entreprise, l’occasion rêvée de déployer ses ailes via un management buy-out.

S’accorder

En présence d’un actionnariat morcelé au sein d’une entreprise familiale, certains actionnaires sont de plus en plus remis en question. Les intérêts de chaque actionnaire sont-ils encore alignés aux intérêts de l’entreprise? Il n’est pas rare que les actionnaires inactifs soient "encouragés" plus ou moins explicitement à vendre leur participation à des actionnaires actifs ou nouveaux, qui pourront eux offrir une contribution significative à l’entreprise.

Des investisseurs de type ‘fonds private equity’ pourront par exemple soutenir financièrement la poursuite de la croissance. Il existe une grande société de ces fonds, étant très actifs même dans le segment des entreprises de taille moyen.

La cession partielle ou complète d’une entreprise familiale ne doit pas être considérée comme un échec ou un renoncement, bien au contraire. Si les bons choix sont opérés, elle peut apporter une solution et une véritable valeur ajoutée à l’entreprise et aux parties prenantes. L’environnement économique actuel y est propice: il y a beaucoup d’argent disponible en quête de rendement, et en Belgique, trois transactions de ce type sont finalisées chaque jour.

La vente d'une entreprise familiale

CONTACT:
Xavier Dethier
Director EY Transaction Advisory Services
Tel:+32(0)2 774 92 29
Email: xavier.dethier@be.ey.com

404 Not Found

Not Found

Cannot serve request to /content/echo/fr/connect/envue/entreprisefamiliale/_jcr_content/branding.ssi.html on this server


Apache Sling