Logo
Echo Connect offre aux entreprises, organisations et organismes publics l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

L'innovation ouverte, un processus maîtrisable

Les entreprises sont de plus en plus convaincues de la nécessité d’adopter une approche structurée en matière d’innovation. CogniStreamer facilite les trajets d’innovation collaboratifs avec des modules logiciels, des formations et des accompagnements de projet. Hein De Keyzer, son CEO, en compagnie de Thomas Sileghem d’EY, lèvent un coin du voile.

Quelle est l’idée sous-tendant l’innovation ouverte ou collaborative?

Hein De Keyzer: “Toute entreprise dispose d’un énorme stock de connaissances dont elle n’exploite généralement qu’une infime fraction. L’innovation peut certes naître spontanément, mais cela demande du temps. Innover, c’est mettre en relation des connaissances, et ces connaissances se trouvent dans la tête des personnes. Il faut donc faire en sorte que les idées puissent se croiser de manière structurée. Vous intensifierez énormément le processus d’innovation si vous vous focalisez sur ce processus et que vous l’ouvrez, à la fois au sein et à l’extérieur de l’entreprise.”

Comment aidez-vous les entreprises à ouvrir leurs processus d’innovation et à en faire une priorité?

De Keyzer: “Nous avons analysé les processus d’innovation, incrémentale comme disruptive, qu’elle soit poussée par la technologie ou tirée par le marché, et étudié les interactions entrant en ligne de compte. Nous avons identifié quelque 150 étapes dans le processus d’innovation, mais grosso modo, il s’agit à chaque fois de mettre en relation les bonnes personnes et les bonnes idées. C’est à partir de cette constatation que nous avons développé notre plateforme logicielle et nos services. Il s’agit de capter des idées, mais surtout de les sélectionner et de les valoriser, de stimuler et de développer des clusters d’idées et d’accompagner les concepts jusqu’à leur concrétisation.”

Quelle technologie utilisez-vous dans ce cadre?

De Keyzer: “Nos modules logiciels exploitent pleinement les innombrables possibilités de l’Internet, du Big Data et des médias sociaux pour approfondir et élargir la collaboration. Nous y ajoutons une couche de technologie sémantique, une sorte d’intelligence artificielle qui découvre des liens entre des données qui n’ont aucun rapport entre elles à première vue. Nous fournissons à des personnes motivées, qui partagent une même vision, les outils adéquats pour collaborer à l’innovation par un échange d’idées, d’informations et de tâches.”

Comment ce processus se déroule-t-il en pratique?

De Keyzer: “Imaginez que deux collaborateurs, l’un en Chine et l’autre au Brésil, travaillent indépendamment à un nouvel emballage de shampoing. La couche sémantique de CogniStreamer attribue automatiquement à leurs contributions des mots-clés pertinents dans la base de données des connaissances de l’entreprise. Dans la pratique, elle le fait en recherchant des liens signifiants. Un lien est découvert? Les personnes concernées sont invitées à évaluer leur apport mutuel et à examiner si elles ont des informations pertinentes l’une pour l’autre, voire si elles connaissent un autre expert qui possède éventuellement ces informations. Le système fonctionne également top-down: les Innovation Managers peuvent lancer un défi. Les experts pertinents de toutes les branches de l’entreprise sont automatiquement invités à y réagir. Des clusters d’idées et des possibilités de collaboration naissent de cette façon, que les Innovation Managers et les modérateurs de la plateforme soutiennent et accompagnent, puis portent éventuellement vers la phase suivante du processus. En connectant aussi étroitement des personnes et des idées, on obtient le terreau idéal pour faire prospérer l’innovation.”

Comment ce processus se présente-t-il concrètement pour une entreprise qui commence à utiliser CogniStreamer?

De Keyzer: “Le projet le plus typique est l’intégration de l’innovation durable dans l’entreprise. Ce processus se déroule en trois phases. Au cours d’une formation de deux jours, nous commençons par expliquer les mécanismes d’un processus d’innovation, de sorte que l’Innovation Team comprenne les mécanismes qui sous-tendent l’innovation et que chacun parle la même langue. Puis nous définissons les premiers défis, qui s’inscrivent dans le prolongement de la stratégie de l’entreprise. Dans une deuxième phase, nous adaptons le logiciel au style maison et l’intégrons dans le système IT. Troisièmement, nous accompagnons l’Innovation Team dans la gestion et le suivi de ces premiers défis sur la base de notre expérience pratique. Après cette phase d’essai qui dure environ six mois, le client est capable de gérer luimême la plateforme, et le processus peut être ouvert à toute l’entreprise.”

L’innovation ouverte, c'est aussi innover par-delà les murs de l’entreprise. Comment facilitezvous cette ouverture?

De Keyzer: “Dans les trajets de cocréation, nous aidons les clients dans la constitution d’une communauté d’experts aptes à travailler ensemble à l’innovation. Nous avons entretemps développé notre propre réseau de départements de design dans 25 universités, qui collaborent activement aux trajets d’innovation que nous accompagnons. Nous travaillons ainsi depuis trois ans en étroite collaboration avec Procter & Gamble, l’un des précurseurs du crowdsourcing, autour du design. Sept innovations sont nées de cette collaboration, dont plusieurs sont mûres pour le marché. Si vous souhaitez innover de manière radicale, vous ne pouvez le faire de façon isolée.

En revanche, si vous collaborez par-delà les murs de l’entre - prise, la sécurité et les droits de propriété intellectuelle constituent autant d’aspects délicats. Notre plateforme dispose de mécanismes de sécurité solides qui peuvent être paramétrés en toute flexibilité. Une autre manière de sortir des murs de l’entreprise est de s’associer à des sources de connaissances externes. Nous proposons ainsi un module qui parcourt une base de données de brevets en amont du processus pour vérifier si des innovations semblables ont déjà été brevetées, afin d’éviter tout frais inutile. Un autre outil veille à ce que les demandes de brevets puissent être introduites au bon moment.”

Comment envisagez-vous l’avenir de CogniStreamer?

De Keyzer: “CogniStreamer est né d’une mission pour le département R&D de Bekaert, qui désirait un outil pour soutenir ses processus d’innovation. Nous existons sous la forme d’une entreprise indépendante depuis 2011. J’ai vu l’innovation collaborative gagner en maturité très rapidement. Nous avons débuté avec un bureau à Courtrai; nous sommes désormais implantés à Paris, aux États- Unis et en Inde, avec une myriade de grands clients internationaux en portefeuille.

Des entreprises comme Bekaert, Case New Holland, ING, Bpost, KBC, Alcatel-Lucent, L’Oréal, BNP Paribas Fortis, Eastman, AB InBev, Heineken et le groupe indien L&T nous font confiance. Durant cet exercice, nous allons plus que doubler notre chiffre d’affaires à environ 1,5 million d’euros. Nous nous donnons trois ans pour rejoindre les leaders de notre branche, qui enregistrent un chiffre d’affaires de quelque 10 millions d’euros. Cet objectif semble ambitieux, mais nous avons de bonnes références. Les bureaux de recherche Forrester et Gartner nous classent dans le Top 3 des logiciels d’innovation. Notre plateforme est le catalyseur de quelque chose de beaucoup plus grand: l’accompagnement et la gestion de trajets d’innovation complets. À présent que le marché découvre l’innovation ouverte, nous avons besoin de partenaires solides pour soutenir notre croissance. C’est pourquoi nous nous sommes alliés avec EY afin de concevoir et d’implémenter les meilleures solutions. Notre vision est identique dans ce domaine. Nous fournissons la plateforme, eux les consultants. Nous sommes prêts pour l’avenir.”