Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Star Fund, le 3e pilier par ING Investment Management

Pierre Nicolas, Senior Investment Manager Equities d'ING IM ©rv

Le fonds Star Fund d'ING Investment Management fête ses 27 ans d'existence. Avec 3,5 milliards d'euros d'actifs sous gestion, il représente le type même de l'investissement de "3e pilier". Détails avec Pierre Nicolas, Senior Investment Manager Equities d'ING IM.

Le 3e pilier de pension, ce n'est pas que des avantages fiscaux pour les ménages prévoyants, aimez-vous à rappeler...

En effet, l'épargne-pension individuelle a aussi pour but de permettre aux entreprises de trouver d'autres sources de financement. C’est ce qui ressort clairement de son texte fondateur, à savoir l'arrêté royal du 22/12/1986, qui a conduit à la création de notre fonds d’épargne-pension en février 1987. C'est important, à l'heure où l'on reproche aux banques de ne pas suffisamment jouer leur rôle auprès de l' "économie réelle".

Comment gérez-vous votre fonds de pension, Star Fund ?

D'une façon dynamique, mais non agressive. Ce mode convient le mieux à un placement de moyen et long terme – ce qu'est, par essence, l'épargne-pension. Quatre gestionnaires ont administré ce fonds au fil de ses 27 années d'existence, et trois d'entre eux sont toujours actifs au sein de la société : cette stabilité du management entraîne celle du fonds. Ces gestionnaires, dont je fais partie, s’appuient notamment sur les recommandations de notre équipe Multi-Asset Group, une équipe de 19 personnes, chacune spécialisée dans une classe d'actifs. En conséquence, la composition de notre Star Fund – qui pèse près de 3,5 milliards d'euros et a été choisi par plusieurs milliers de futurs pensionnés - est équilibrée ; ce fond est géré très rigoureusement, à l'abri des effets de mode tout en s'adaptant aux conditions du marché.

Publicité

Concrètement, comment un fonds de 3e pilier est-il ventilé ?

Les contraintes fixées par le législateur sont assez précises. Ainsi, les actions ne peuvent représenter plus de 75 % d'un fonds du 3e pilier. Chez nous, la proportion s'établit à 60 % en position neutre, avec une rotation relativement faible. Les textes précisent également une proportion minimum d'actions de sociétés dont la capitalisation est inférieure à un milliard d'euros. Ils stipulent aussi que la proportion de liquidités pures ne peut excéder 10 %. Enfin, l'exposition au risque de change est limitée. Tout cela, bien entendu, dans une logique de diversification et de protection de l'investisseur. Il n'y a pas de garantie de capital, mais le rapport risque/rendement que nous obtenons est très satisfaisant, avec un rendement moyen annualisé depuis sa création proche des 7 %. La gestion de long terme constitue, en la matière, un atout de poids ; on voit que la quasi-totalité des fonds comme le nôtre ont effacé les pertes encaissées au plus fort de la crise, en 2008 et 2009. Outre l’avantage fiscal qu’elle confère, l’épargne-pension individuelle constitue ainsi un placement très performant et indispensable en vue de la retraite.

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.