Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“Agir aujourd’hui pour pouvoir encore déguster de la bière dans 100 ans”

Un coup d’œil unique dans les coulisses d’AB InBev

Au Global Innovation & Technology Center (GITEC) de Louvain, AB InBev développe les procédés de brassage, les emballages et les boissons de demain. Avec, pour fil rouge, la durabilité et les technologies intelligentes. “Nous fusionnons des traditions séculaires et des technologies nouvelles”, souligne David De Schutter, qui dirige le centre mondial de R&D depuis 2020.

Qualité, durabilité et expérience forte pour le consommateur: c'est ce qu'AB InBev s'efforce de faire avec son GITEC, cœur battant de l'innovation de l’entreprise. Le brasseur dispose de six centres d'innovation dans le monde, notamment aux États-Unis, au Mexique, au Brésil et en Chine. Il y teste les nouvelles technologies au plus près du marché, même si le développement et la planification mondiaux et technologiques se font ici, en Belgique. Une centaine de scientifiques et d'ingénieurs originaires de plus de 20 pays travaillent ensemble à Louvain: depuis les ingénieurs produits et spécialistes des matériaux qui connaissent tout du verre, du métal, du plastique et du carton, jusqu'aux neuroscientifiques.

Net zéro

“La R&D a pour objectif la résolution des problèmes”, résume David De Schutter, VP Global Innovation & Technology Development chez AB InBev. “Nous ne faisons pas cela en vase clos mais en collaboration avec toutes les parties prenantes de notre entreprise, telles que les brasseries, la logistique, les ventes et le marketing, et avec nos partenaires. Cela crée des solutions pour l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement, de l'agriculteur au consommateur.”

L'un des principaux défis auxquels s'attaque le brasseur est le changement climatique. La bière est en effet le résultat de la transformation de quatre ingrédients naturels principaux: l'eau, la levure, le malt et le houblon. Or, nous dépendons de la générosité de la planète pour ces matières premières naturelles. “Si nous voulons pouvoir encore déguster une bière de qualité dans 100 ans, nous devons agir dès aujourd'hui”, prévient David De Schutter. “C'est pourquoi la création de valeur durable n'est pas un effet de mode pour notre entreprise: elle est une nécessité absolue. C'est d’ailleurs ce que les consommateurs attendent de nous.”

Un premier objectif concret pour AB InBev consisterait à brasser “net zéro” d'ici à 2028 à Louvain et Jupille (ainsi que dans trois autres brasseries européennes). Et le géant brassicole vise l'objectif “net zéro” sur l'ensemble de la chaîne logistique d'ici à 2040. Pour y parvenir, il déploie sans attendre plusieurs innovations et processus pionniers.

Simmer & Strip

Le GITEC a notamment développé la technique écologique “Simmer & Strip”, qui permet de brasser de la bière en consommant moins d'énergie grâce à l'injection de bulles de gaz dans la bière plutôt que par vapeur et évaporation. Ces bulles sont cruciales dans le processus de brassage et déterminent entre autres l'expérience gustative de la bière. “Cette technique est désormais utilisée dans plus de 50 brasseries AB InBev”, se félicite David De Schutter. “Lorsque nous déploierons ce processus dans toutes nos brasseries du monde entier au cours des prochaines années, nos émissions annuelles de CO₂ seront réduites de plus de 5% d'ici à 2025.”

Et dans la mesure où il y a moins d'évaporation, la consommation d'eau se voit elle aussi réduite, jusqu'à 80%, soit l'équivalent de 1.200 piscines olympiques. “Nous avons déjà partagé gratuitement ce brevet avec les petits brasseurs”, souligne David De Schutter. “En tant que leader du marché, nous voulons inspirer et encourager l'ensemble du secteur à suivre notre exemple.” AB InBev entend en effet assumer pleinement ses responsabilités: envers l'industrie, ses employés, les consommateurs et la société.

Nouveaux produits et ingrédients

Le GITEC développe également de nouvelles boissons. Il s'agit bien sûr de bières – comme la récente Stella Artois Unfiltered au Royaume-Uni – mais AB InBev regarde plus loin. Par exemple, un shake/smoothie protéiné a été développé à Louvain (via EverGrain), dont le lait d’origine végétale provient des résidus céréaliers du processus de brassage. Grâce à ce procédé innovant mis au point en Belgique, il est possible de recycler ces fibres nutritives et ces protéines de haute qualité provenant des résidus de céréales (la drêche) après le processus de brassage, ce qui réduit considérablement l'empreinte écologique.

“Pendant 600 ans, nous n'avons utilisé l'orge que pour la bière, mais aujourd'hui, nous avons réussi à trouver des applications pour cette céréale”, sourit David De Schutter. “Il existe des milliers d'applications pour ce nouvel ingrédient dans l'industrie alimentaire. Nos résidus de céréales peuvent être transformés en pain, en céréales pour petit-déjeuner, en aliments sportifs, en barres énergétiques et en substituts de viande.”

Conditionnements innovants

Outre les boissons et les bières, le GITEC réfléchit à révolutionner les emballages. Ainsi, le géant de la bière a réussi à produire une bouteille de 30 cl qui pèse à peine 150 g, un nouveau record mondial. “L'impact de la bouteille en termes de CO2 diminue de près de 20%”, chiffre David De Schutter. “Il est bien sûr important qu'avec tous ces emballages plus légers et plus durables, nous répondions aux attentes des consommateurs en leur proposant un look haut de gamme, des matériaux solides et un prix attrayant. C'est un défi complexe.”

Relations durables

AB InBev vise enfin à nouer des relations durables avec des milliers d'agriculteurs dans le monde. “Nous nous engageons à améliorer leurs compétences et leurs connaissances”, avance David De Schutter. “Via SmartBarley, par exemple, une plateforme technologique sur laquelle les cultivateurs échangent leurs expériences ou se familiarisent avec des techniques avancées. De cette manière, ils apprennent les uns des autres. “Cette initiative contribue à produire une orge de la plus haute qualité et constitue un avantage supplémentaire pour nos bières et nos consommateurs”, conclut David De Schutter.

Le GITEC en chiffres

  • Fondé en 2006
  • Constitué d'une équipe internationale de 170 personnes
  • Travaille en étroite collaboration avec 250 partenaires internationaux, dont plusieurs en Flandre (KU Leuven, VLAIO, Imec, VITO, Flanders’ FOOD, Flanders Investment & Trade, etc.)
  • Stocke 1.500 levures de bière dans un laboratoire hautement sécurisé
  • Emploie 24 collaborateurs titulaires d'un doctorat
  • AB InBev a investi plus de 240 millions d'euros dans la recherche au cours des 4 dernières années

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.