Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Les terrains publics pollués deviennent des zones de vie et de travail vertes

Minerve, Edegem

Les terrains à bâtir se font de plus en plus rares dans notre pays. Une solution? Assainir les zones polluées afin d’y créer des quartiers durables. ReVive, qui se spécialise dans ce type de projet, a déjà déployé 75 hectares de sites durables. Des sites où “les solutions écologiques l’emportent sur l’objectif financier”.

Le promoteur ReVive applique une méthode de travail unique: en tant que pionnier des projets de renouvellement urbain, l’entreprise gantoise transforme les terrains abandonnés ou sous-exploités, les brown fields, en environnements de vie agréables et durables. Cette approche a entre autres permis de transformer l’ancienne usine gantoise du fabricant de lubrifiants Elektrion en l’un des quartiers les plus durables de Belgique, composé d’appartements et de logements, d’un parc communal et d’un centre d’affaires hypermoderne.

Accent sociétal et écologique

“Nous partons toujours des besoins de la société: les solutions écologiques l’emportent sur l’objectif financier”, souligne Benoit Dubrulle, Head of Digital Marketing chez ReVive. “L’industrie de la construction exploite chaque jour six hectares d’espace ouvert pour de nouveaux projets et constructions. Notre méthode de travail fait exactement le contraire: nous n’exploitons pas de zones vertes, nous les créons.” Dans ce cadre, ReVive choisit des brown fields situés dans des zones urbaines, des terrains que personne d’autre ne veut ou ne peut acheter, notamment en raison d’une pollution élevée du sol.

“Nous n’exploitons pas des zones vertes existantes, nous les créons.”
Benoit Dubrulle
Head of Digital Marketing chez Revive

Expertise et maîtrise des coûts

Si ces terrains sont généralement moins chers que les terrains à bâtir traditionnels, le processus d’assainissement nécessaire rend le projet global plus coûteux. “Notre méthode de travail ESG tient compte dès le plan directeur de tous les coûts connus et inconnus possibles – une expertise dont nous disposons en interne”, précise Jan Van Schaeren, Environmental Manager chez Revive.

“Nous cherchons par ailleurs à optimiser les coûts. Pendant les travaux d’excavation réalisés dans le cadre de l’assainissement, nous construisons par exemple un parking sous-terrain.” ReVive collabore fréquemment avec les administrations locales, nationales et européennes. “Grace à cette collaboration conjuguée à plusieurs subsides, les unités d’habitations et de bureaux ne sont finalement pas plus chères que la variante traditionnelle.” 

“L’industrie de la construction exploite chaque jour 6 hectares d’espace ouvert. Notre méthodé de travail fait précisément le contraire.”
Benoit Dubrulle
Head of Digital Marketing chez Revive

Paré pour l’avenir

ReVive opte dans tous les cas pour une approche à l’épreuve du futur. “La frontière entre vie privée, vie professionnelle et loisirs ne cessera de s’atténuer”, prédit Benoit Dubrulle. “C’est la raison pour laquelle nombre de nos projets reçoivent une affectation multiple. Logements, bureaux et lieux de rencontre sont mêlés de manière réfléchie, assortis de zones vertes publiques et parfois d’espaces commerciaux comme des restaurants. Nous planchons également sur des solutions d’immobilier as a service . Sur un site de Molenbeek, les locataires ont ainsi accès à plusieurs types de services.”

Durabilité

Tous les bâtiments de ReVive sont développés de la manière la plus durable possible. “Nous privilégions les constructions quasi neutres en énergie”, confirme Jan Van Schaeren. “Les combustibles fossiles tels que le gaz sont par ailleurs évités, au profit notamment de panneaux solaires ou de pompes à chaleur géothermiques, qui extraient la chaleur des sols en hiver et assurent le refroidissement en été.”

“Nous cherchons à optimiser les coûts: pendant les travaux d’excavation réalisés dans le cadre de l’assainissement, nous réalisons par exemple un parking sous-terrain.”
Jan Van Schaeren
Environmental Manager chez Revive

Le projet suit en général un modèle ESCO, dans le cadre duquel une organisation publique ou privée livre l’intégralité des solutions énergétiques aux habitants/utilisateurs. “Sur le site Minerve d’Edegem, nous allons même plus loin”, prolonge Jan Van Schaeren. “Nous y étudions avec Water-link la possibilité d’exploiter une installation d’assainissement des eaux locales qui purifie l’eau de pluie collectée sur le site en eau potable pour les 350 unités de logement.”

Des efforts récompensés

Cette approche porte ses fruits. ReVive a obtenu la certification “B Corp” pour la troisième année consécutive. Seules les entreprises qui visent les standards les plus élevés en matières sociale et écologique, de responsabilité et de transparence, reçoivent ce certificat international. Et cette année, elle a été nominée pour un award dans la catégorie “Best For The World: Environment”.

“Nous avons été la première entreprise belge à recevoir cette certification, preuve que les objectifs sociétaux et écologiques sont au moins aussi importants pour nous que le bénéfice”, conclut Benoit Dubrulle. “Et nous continuerons de mettre cette philosophie en pratique dans le futur.”

 

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.