Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Œuvrer chaque jour à une électricité plus durable

Ilse Tant (Chief Officer Community Relations chez Elia) et Igor Lefebvre (Head of Environment & CSR chez Elia) ©Studio Dann

Notre société fait face à des défis climatiques importants. L’intégration de la production d’énergie renouvelable dans notre réseau électrique constitue à cet égard une priorité. Elia travaille déjà à des projets innovants et durables qui contribueront à réaliser cette ambition. Car chez le gestionnaire du réseau belge, l’intérêt de la société est primordial dans chaque projet. Ce qui exige une stratégie mûrement réfléchie et une étroite collaboration avec plusieurs parties prenantes.

“Des projets durables commencent par des relations durables – c’est également le cas chez nous”, souligne Ilse Tant, Chief Officer Community Relations chez Elia, le gestionnaire du réseau belge de transport d’électricité. “Les parties prenantes locales et régionales, la société civile, les dirigeants politiques et les citoyens doivent être sur la même longueur d’onde pour maximiser les chances de réussite des petits et grands projets d’infrastructure. Cette cohésion constitue la base idéale pour poursuivre notre évolution. En tant qu’entreprise régulée avec une mission d’intérêt public, cette méthode de travail nous paraît logique. Assurer le transport d’électricité est un service à la communauté. Si nous nous y prenons mal, cela a des conséquences directes pour les Belges, les entreprises et l’économie dans son ensemble.”

Intérêt de la société

Elia intègre l’intérêt général dans tous ses projets d’exécution. Les travaux d’infrastructure sont optimisés en vue de combiner sécurité d’approvisionnement, énergie renouvelable et soutenabilité financière. “Nous cherchons autant que possible à créer un consensus social”, poursuit Ilse Tant. “Cet intérêt de la société est intégré à 100% dans notre stratégie d’entreprise. Un impact n’est possible qu’au travers de collaborations internes et externes parfaitement au point. Souvent, nous nous réunissons plusieurs années avant la réalisation d’un projet, afin d’écouter les opinions et toutes les parties prenantes. En agissant ainsi longtemps avant la décision définitive, nous créons une base de soutien, chacun se sent impliqué. C’est LA façon de créer un consensus dans la communauté.”

Projets d’énergie durable

Elia applique cette méthode de travail pour mettre en œuvre les renforcements du réseau nécessaires au raccordement et au transport de la production d’énergie renouvelable, et jouer ainsi un rôle essentiel dans la transition énergétique.

La transition énergétique nécessaire pour une société neutre en CO2 exige des collaborations européennes, poursuit Ilse Tant. “Pour importer de l’énergie renouvelable depuis les pays voisins, nous collaborons avec la France, les Pays-Bas, l’Allemagne et le Royaume-Uni afin de mettre en œuvre le renforcement indispensable du réseau. Car le soleil et le vent ne sont jamais présents constamment partout, et la Belgique, vu l’espace libre limité, ne dispose pas d’un potentiel infini en matière d’énergies renouvelables. Cela explique les énormes investissements dans l’énergie éolienne offshore, les éoliennes en mer, et le développement d’un réseau offshore.”

“Nos collaborateurs partagent nos ambitions durables, parce qu’ils y croient, parce qu’ils veulent y contribuer sion et parce qu’ils les soutiennent personnellement.”
Ilse Tant
Chief Officer Community Relations chez Elia

“Cet été, nous installerons une plateforme électrique en mer. Une sorte de prise électrique de 2.000 tonnes qui regroupera l’électricité produite par quatre parcs éoliens. Un réseau offshore est en train d’être crée dans toute l’Europe, mais notre plateforme est la première de ce type. De ce fait, les pays membres de l’UE pourront aisément intégrer l’énergie offshore dans le réseau électrique, probablement à partir de 2030.” Transporter cette énergie éolienne sur la terre ferme exige cependant de nouveaux réseaux. C’est pourquoi Elia a récemment renforcé le réseau haute tension en Flandre-Occidentale avec le projet Stevin. Les interconnexions avec les pays voisins sont tout aussi indispensables à l’intégration de l’énergie renouvelable, à la compétitivité des prix énergétiques en Belgique par rapport aux pays voisins, et à la sécurité d’approvisionnement. Ainsi le révolutionnaire Nemo Link relie-t-il les réseaux électriques belges et britanniques via des câbles sous-marins. L’enfouissement de ces câbles à une profondeur suffisante dans les fonds marins constitue une authentique prouesse technique. En outre, il a été réalisé à un endroit encore jonché de munitions de la Seconde Guerre mondiale qui n’avaient pas explosé.

Le gestionnaire du réseau de transport actuellement sur le projet ALEGrO, qui permettra des échanges d’électricité entre l’Allemagne et la Belgique en 2020.

Plateforme digitale

Elia investit par ailleurs dans la révolution digitale. Avec les gestionnaires de réseau de distribution, elle travaille à une plateforme qui place le consommateur au centre de la transition énergétique. “Dans quelques années, nos clients pourront proposer l’exédent de production de leurs panneaux solaires ou de leurs batteries sur le marché de l’énergie via un ‘internet de l’énergie’”, prévoit Ilse Tant. “Nous testons déjà les meilleures manières de procéder avec plus de 100 entreprises et d’autres acteurs du secteur de l’énergie.”

Une image d’employeur durable

Cette association de défis technologiques et de solutions durables a un impact positif sur l’image d’employeur d’Elia. “C’est l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai choisi de travailler ici”, assure l'ingénieur Igor Lefebvre, Head of Environment & CSR chez Elia depuis deux ans. “Je recherchais un emploi qui aurait un impact réel sur la durabilité, avec lequel je pourrais contribuer de manière innovante à un monde meilleur. J’y voyais l’étape suivante de ma carrière. Et j’en ai l’opportunité ici, notamment en contribuant à des projets inspirants comme LIFE.” Le projet européen LIFE a pour objet de transformer la végétation sous les lignes haute tension en corridors écologiques. Au lieu de procéder à des campagnes d’élagage et d’abattage tous les cinq ans, Elia crée aujourd’hui des milieux naturels plus stables, comme des tourbières, des landes et des prairies. “Ils sont plus aisés à entretenir et stimulent la biodiversité”, indique Igor Lefebvre. “Mon employeur lie durabilité et innovation. Et n’hésite pas à sortir des sentiers battus. Car Elia ne fait pas que des lignes à haute tension: nous investissons dans l’intelligence artificielle, la blockchain, les drones, les véhicules électriques, la collaboration avec des start-up… Nous sommes des précurseurs dans de nombreux domaines. Cette combinaison me plaît énormément.”

Talents supplémentaires

Ces réactions sont fréquentes chez les ingénieurs d’Elia, conclut Ilse Tant. “Nos collaborateurs ne se contentent pas de développer et de vendre un produit commercial. Ils soutiennent des projets durables avec énormément de conviction, parce qu’ils y croient, parce qu’ils veulent y contribuer et parce qu’ils les soutiennent personnellement. Il n’existe pas de plus grande source de motivation pour un travailleur. Et nous accueillerons volontiers 180 talents supplémentaires cette année.”

Elia s’est vu décerner le label « Top Employer » pour la seconde année consécutive. Ce qui en fait un de 64 meilleurs employeurs de Belgique. Trouvez chez Elia l’énergie et les défis pour vous motiver via http://www.elia.jobs/fr

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.