Des ingénieurs créent des éoliennes plus grandes, plus efficaces, plus durables

De gauche à droite: Benjamin Foubert, Tom Vermeersch, Geert Weymeis et Fabian Vinck. ©Christophe Ketels

Au large de la côte belge s’élève un parc éolien qui abritera les plus grandes éoliennes du monde. Une équipe multidisciplinaire de Jan De Nul fait preuve d’une incroyable ingéniosité pour mener à bien cette mission de manière efficace et rentable. Avec une bonne dose de créativité et une communication optimale, soulignent quatre ingénieurs impliqués dans ce projet.

1. Offre

“Établir des offres ne se limite pas à remplir des feuilles de calcul”
Fabian Vinck, Tender Engineer

À 48 kilomètres au large de Zeebruges, Jan De Nul Group construit le septième parc éolien belge en mer, Northwester 2. “Les 23 turbines ont chacune une capacité de 9,5 mégawatts, alors que le diamètre des rotors atteint 164 mètres: ce sont les plus grandes éoliennes du monde”, souligne Fabian Vinck, Tender Engineer au sein de la division offshore de Jan De Nul, qui construit notamment des parcs éoliens en mer. Ces dernières années, l’entreprise a fait œuvre de pionnier en participant à la construction de parcs éoliens au large des côtes belges mais aussi anglaises, finlandaises, danoises, allemandes et taiwanaises.

Northwester 2 est une initiative de Parkwind, devenu, avec l’aide de la famille Colruyt, le leader de l’industrie éolienne offshore belge. C’est la troisième fois que le groupe choisit de s’engager avec Jan De Nul, notamment grâce au travail accompli par l’équipe en charge des appels d’offres, dont fait partie Fabian. “Nous établissons un dossier technico-commercial étendu. Dans un tel dossier, nous présentons la solution la plus appropriée. Pour ce faire, nous faisons appel aux autres équipes de l’entreprise, du département Production au service juridique. C’est sur la base de notre dossier que le client décidera s’il s’associe avec Jan De Nul. Nous sommes également son interlocuteur commercial.”

“Ce mélange de nationalités dans l’équipe est intéressant et utile parce que nous travaillons pour des clients du monde entier.”
Fabian Vinck
Tender Engineer

“Notre équipe compte plusieurs nationalités. Ce mix est intéressant et utile parce que nous travaillons pour des clients du monde entier. Chaque projet exige du sur-mesure. En outre, nous nous touchons à tous les aspects d’un projet. Nous nous intéressons au côté technique évidemment, mais nous devons également intégrer les assurances dans notre proposition, par exemple.”

“Mes collègues ont suivi des formations très variées: personnellement, j’ai fait des études de géomatique et de géomètre”, précise encore Fabian Vinck. “D’ailleurs, notre fonction est nettement plus passionnante que vous pourriez le penser. Un responsable des offres n’est pas un calculateur qui se contente d’intégrer des chiffres dans un tableau Excel. Cette activité ne représente qu’une petite partie de notre planning. Nous établissons des documents techniques, contactons des sous-traitants, assistons à des réunions avec des spécialistes…”

2. Design

“Nous devons toujours garder la dimension ‘coût’ dans un coin de notre esprit”
Tom Vermeersch, Project Lead Design & Engineering Department

 L’équipe en charge des appels d’offres est constamment en contact avec Tom Vermeersch, du service d’études – un ingénieur pur jus. Il a mené toute sa carrière chez Jan De Nul, où il est entré voici 10 ans. “J’ai débuté comme ingénieur stabilité dans leur division Génie civil. Pendant les six premières années, j’ai calculé des ponts, des écluses, des murs de quai… Cette expérience m’est très utile au sein du département offshore. Dans un premier temps, nous fournissons un avant-projet architectural auquel les Tender Engineers peuvent accoler un prix. Si nous décrochons le marché, nous commençons à établir le projet détaillé des structures offshore.”

“Nous faisons plus que simplement calculer: nous entretenons des contacts étroits avec les autres départements ainsi qu’avec le client.”
Tom Vermeersch
Project Lead Design & Engineering Department

Jan De Nul a remporté l’appel d’offres pour Northwester 2 l’an dernier. “Jusqu’à présent, nous sous-traitions l’élaboration du projet détaillé à des concepteurs externes, mais l’objectif est de la prendre en charge. Parce que nous aimons disposer de toutes les connaissances en interne, nous recherchons toujours du personnel compétent. Mon équipe assure le suivi des contacts avec les designers externes, ainsi que la communication avec l’équipe de conception du client. En fin de parcours, nous fournissons un projet certifié. Pour y parvenir, nous devons évaluer les risques, imaginer des solutions en tenant compte des exigences de fabrication et d’installation, et veiller à ce que le projet reste rentable. L’aspect commercial est très important. En théorie, nous pouvons tout faire. Mais nous devons garder en permanence un œil sur les coûts.”

Tom Vermeersch insiste au passage sur l’importance d’une bonne communication. “Nous faisons plus que simplement calculer: nous entretenons des contacts étroits avec les autres départements de Jan De Nul, les clients et la société chargée de la certification du projet. Et notre travail n’est pas terminé quand les plans entrent en production: nous continuons à tout contrôler. Nous avons régulièrement des retours de l’installation, on nous demande d’intégrer des vérifications supplémentaires, d’exécuter de nouveaux contrôles, etc.”

©Jan De Nul

“Nous participons aux réflexions sur les solutions de demain”
Geert Weymeis, Teamlead Installation Analysis

Cet été, Jan De Nul entamera l’installation des fondations de Northwester 2. Il s’agira ensuite de poser les câbles et enfin de disposer les turbines sur les fondations. Les éoliennes doivent entrer en service avant la fin de l’année. Le parc sera totalement opérationnel au début de l’an prochain; il produira alors de l’électricité verte pour 220.000 ménages.

Cette volonté de réduire autant que possible la durée d’exécution des travaux est le fruit d’une stratégie délibérée, notamment pour limiter le coût d’un matériel très onéreux. Ce qui constitue un énorme défi pour l’équipe de Geert Weymeis, chargée de l’installation. “Nous recherchons les solutions les plus appropriées pour exécuter notre travail. En contact étroit avec Tom, nous voyons par exemple sur quel navire nous chargerons les fondations. Où pouvons-nous les poser à bord? Le navire est-il stable? Le pont pourra-t-il supporter ces monopiles de 1.000 tonnes? La grue sera-t-elle capable de hisser ces énormes pieux, d’abord du quai sur le pont, puis du navire dans la mer? La clé du succès réside dans la préparation.”

“Les éoliennes en mer seront bientôt aussi grandes que la tour Eiffel.”
Geert Weymeis
Teamlead Installation Analysis

Geert Weymeis se projette dans l’avenir: “Lorsque nous avons fait nos premiers pas dans l’offshore, nous installions en mer les mêmes éoliennes que sur terre. Or, les éoliennes continueront à grandir au fil des années, avec des rotors de 250 mètres de diamètre. Elles seront presque aussi grandes que la tour Eiffel! Les fondations elles aussi grossissent de manière spectaculaire. Voici quelques années, nous avons débuté avec des monopiles de 600 tonnes; aujourd’hui, les monopiles offshore pèsent le double. À l’avenir, nous atteindrons rapidement les 2.000 tonnes. En étroit contact avec tous les acteurs du secteur, nous réfléchissons aux solutions de demain, par exemple concernant les navires que nous utiliserons pour poser de telles masses en mer. Nous travaillons dès lors en étroite collaboration avec le département Construction afin d’adapter aux besoins de l’industrie les nouveaux navires qui se trouvent encore sur la table à dessin.”

3. Exécution

“La collaboration est essentielle”
Benjamin Foubert, Operations Manager

“L’énergie offshore réunit plusieurs disciplines. Le transport maritime, car on utilise des bateaux. La mécanique terrestre, en raison de l’interaction avec les fonds marins. Parfois aussi des travaux de dragage. Cela nécessite donc des ingénieurs aux parcours très variés.” Benjamin Foubert, Operations Manager, a débuté sa carrière dans le département Génie civil. “Quand j’ai voulu partir à l’étranger, j’ai atterri dans le département responsable de la pose des câbles nécessaires pour acheminer jusqu’au réseau terrestre l’électricité produite par les éoliennes offshore. Ce département se composait alors de cinq collaborateurs. J’ai travaillé à bord de navires d’installation dans le monde entier et j’ai été impliqué dans la construction de notre plus grand câblier, l’Isaac Newton.”

“Pour un ingénieur, la qualité la plus importante est la capacité à résoudre les problèmes, à faire preuve de créativité et à sortir des sentiers battus.”
Benjamin Foubert
Operations Manager

Quelques années plus tard, Benjamin Foubert est revenu au bureau. Aujourd’hui, son département totalise une trentaine de collaborateurs. “Il ne faut pas nécessairement séjourner en permanence à l’étranger pour les travaux d’exécution. Je me déplace régulièrement pour me rendre compte de la situation, mais cela en reste là. De plus, nous réalisons de nombreux projets dans nos régions. Ainsi, les bureaux de Northwester 2 se trouvent à Ostende. Et nous sommes une équipe très complète. Ma tâche consiste à gérer toutes ces personnes. Pour ce faire, nous mettons en place une structure rigide et offrons à nos collaborateurs les outils nécessaires pour accomplir leur travail de la manière la plus efficace possible. Je m’occupe de la supervision et je surveille l’avancée de nos projets, mais je ne suis pas impliqué dans tous les détails. Mon rôle consiste surtout à coordonner les activités et à placer les bonnes personnes au bon endroit.”

Pour Benjamin Foubert, il est crucial de prendre en compte l’expérience et les centres d’intérêt de chacun. “Chaque ingénieur développe des préférences personnelles dès ses études. Moi-même, je suis plus à l’aise dans l’approche que dans les calculs. Une entreprise comme la nôtre recèle des possibilités pour tout le monde. Il s’agit surtout de se montrer apte à résoudre des problèmes, à faire preuve de créativité et à sortir des sentiers battus. Et il ne faut pas rester dans sa tour d’ivoire: la collaboration ne cesse de gagner en importance à présent que nous entreprenons de plus en plus souvent des projets clés sur porte, où nous sommes responsables de l’ensemble des opérations, de la conception et de l’installation des fondations à la pose des turbines et des câbles.”

Un job passionant à bord, sur les chantiers ou dans les bureaux? Plus d'info sur jobs.jandenul.com/fr.