Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

“L’ingénieur est l’être humain par excellence”

Filip Van den Abeele ©Emy Elleboog

Ne pas avancer, c'est reculer: les ingénieurs s'en rendent compte tous les jours. Le fait d'aller constamment de l'avant, d'anticiper et d'évoluer avec les tendances nous permet de rester à l'avant-garde des nouvelles innovations et technologies. Et ces solutions sont nécessaires, car elles contribuent à façonner la société de demain. Le besoin de talents (actuels et nouveaux) en matière d'ingénierie n'a jamais été aussi criant.

Depuis l'enfance, je nourris une fascination absolue pour la mécanique et la technologie. Ma passion a commencé avec des puzzles et des jouets bricolés à partir des roues dentées cachées dans des œufs-surprises. Dans la petite communauté de Flandre-Orientale où j'ai grandi, les ingénieurs étaient considérés avec beaucoup d'admiration. Dans l'ombre des hauts-fourneaux de Sidmar (aujourd'hui ArcelorMittal), ils n'étaient qu'une poignée. Ce mélange de fascination, de prédisposition et d'aspiration m'a poussé à suivre une formation d'ingénieur.

Mon travail et mes spécialisations en tant qu'ingénieur pipelines sont en constante évolution. Dans le passé, ce sont surtout le pétrole et le gaz qui circulaient dans les pipelines; désormais, l'accent est mis sur des solutions de rechange comme l'hydrogène et le CO2. À l'avenir, nous serons en mesure de capturer de plus en plus de dioxyde de carbone, par exemple, au lieu de le rejeter dans l'atmosphère. Nous pourrons ensuite le transporter par pipeline et le stocker sous terre. La transition vers des sources d'énergie renouvelables à grande échelle prend du temps, et pendant cette période de transition, le stockage du CO2 peut offrir une partie de la solution.

Expertise et résolution de problèmes

Je conserve avec moi, pour le futur, les connaissances et l'expertise accumulées dans l'industrie pétrolière au cours des deux dernières décennies. Par exemple, les éoliennes doivent répondre à des conditions de conception similaires à celles des plateformes de forage en mer. Le choix des matériaux et la résistance à la corrosion sont tout aussi cruciaux, car les éoliennes et les plateformes de forage doivent pouvoir résister aux vagues et aux marées, et continuer à fonctionner de manière stable dans toutes les conditions. Sans oublier, bien entendu, la question du transfert de connaissances à la nouvelle génération d'ingénieurs.

Nom: Filip Van den Abeele

Âge: 42 ans

Lieu de naissance: Wachtebeke

Diplômes et carrière:

- Ingénieur civil en génie mécanique (UGent)

- Docteur en ingénierie (UGent)

- Master en Pipeline Engineering & Offshore Technology (Cranfield, Royaume-Uni)

- Fondateur de la société de conseil en ingénierie Subseawolf

L’info en +:

- Avec son ami d'enfance et réalisateur de télévision Lieven Scheire, il a écrit le livre What if the oil runs out?

- Expert scientifique pour les émissions De Laatste Show et Ook Getest op Mensen.

- Ancien responsable des sciences à la VRT

- Marié, père de deux fils (13 et 14 ans)

Pour moi, la beauté de l'ingénierie réside dans la créativité et la liberté. Je n'oublierai jamais ce que le philosophe Étienne Vermeersch a déclaré lors d'une conférence consacrée aux implications éthiques de la profession d'ingénieur, à laquelle j’ai assisté durant mes années d'études: “L'ingénieur est l'être humain par excellence.” Je suis tout à fait d'accord avec cette affirmation. L'homme est naturellement curieux et désireux d'apprendre, et de là naît sa créativité. Les ingénieurs sont rompus à la résolution de problèmes. D’ailleurs, ils ne voient pas des problèmes mais une colonne vertébrale de réponses possibles. Mon travail me permet d'utiliser quotidiennement mon bagage intellectuel pour résoudre des problèmes importants avec inventivité. Cela me procure une grande satisfaction.

Un vrai rôle social

Les ingénieurs de demain ne jouent pas seulement un rôle majeur dans la protection de notre planète: ils font la différence dans le secteur des soins de santé, entre autres. L'évolution de l'imagerie médicale est extrêmement rapide – il suffit d'observer l’association de la technologie des caméras et scanners intelligents et de l'intelligence artificielle, qui aide les médecins à diagnostiquer, traiter voire détecter des maladies avant même qu'elles ne soient visibles à l'œil nu. Beaucoup de gens ne réalisent pas qu’un grand nombre d'ingénieurs travaillent dans les hôpitaux pour aider à orienter ces innovations dans la bonne direction.

À mon sens, les ingénieurs peuvent et doivent aussi faire la différence en politique. Ils connectent les artères de notre économie. Nous sommes formés pour penser de manière très rationnelle et analytique. En outre, les ingénieurs sont souvent peu enclins à prendre des risques: ce qu'ils imaginent et conçoivent doit être robuste et durable. Autant de qualités qui peuvent prouver leur utilité dans la prise de décision politique. Les ingénieurs peuvent fournir un feedback très précieux sur ce qui se passe sur le terrain. Ce faisant, ils offrent un contrepoids scientifiquement étayé aux revendications et aux excès politiques. Les ingénieurs veulent pouvoir tout calculer et quantifier sereinement. Si vous tenez compte de nos calculs, vous ne plaiderez pas pour une sortie du nucléaire, par exemple.

Go with the flow…

L'ingénieur de demain doit rester curieux et avide de connaissances. Les compétences que j'avais à 23 ans ne sont plus les mêmes. Et elles continueront de changer dans les années à venir. La numérisation, pour ne citer qu’elle, transforme notre profession à un rythme effréné. Ce qui fonctionne parfaitement pour l’instant peut ne plus fonctionner aussi bien dans le futur. Heureusement, l'enseignement évolue en parallèle. Nos universités et écoles supérieures dispensent toujours la meilleure formation d'ingénieur d’Europe. Néanmoins, j'aimerais donner un conseil à la nouvelle génération d'ingénieurs: quittez le nid après vos études. La qualité de notre formation et notre multilinguisme font que les ingénieurs belges sont très convoités sur le marché international du travail. Pour les ingénieurs, le monde est devenu un village.

Pour les ingénieurs, le monde est devenu un village.
Filip Van den Abeele
ingénieur indépendant dans le secteur de l'énergie

Enfin, je voudrais mettre en garde les personnes qui envisagent de suivre une formation d'ingénieur, ou qui viennent de commencer, contre l'effet paralysant du doute. J'ai moi-même longtemps hésité entre plusieurs orientations professionnelles. Mais vous n'êtes pas obligé de choisir le secteur dans lequel vous voulez travailler dès la première année d'université. C'est là tout l'intérêt du métier d'ingénieur: il ouvre de nombreuses portes. Et grâce à un marché du travail sous tension aujourd'hui et demain, vous aurez l'occasion de trouver votre passion. Au fil de votre parcours professionnel, vous saisirez de nouvelles opportunités et découvrirez des choses que vous n'auriez jamais pu prévoir ou planifier de toutes façons. Je n'ai jamais pensé que j'écrirais un jour un livre, que je participerais à des émissions de télévision… Go with the flow. Laissez-vous surprendre!

Filip Van den Abeele, ingénieur indépendant dans le secteur de l'énergie

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.