Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Une société d'ingénierie après un doctorat

Kenny Vanreppelen, fondateur Act&Sorb ©Studio Dann

Chaque année, 70 millions de tonnes de panneaux MDF non recyclables sont jetés. L’ingénieur industriel Kenny Vanreppelen a découvert avec sa start-up une solution unique pour les recycler.

Après son doctorat consacré à la transformation des déchets industriels en nouveaux matériaux de base, Kenny Vanreppelen a fait face à un choix cornélien: accepter la proposition de carrière académique d’une université ou lancer sa propre entreprise. C’est la seconde option qui l’a emporté.

Étape logique

“Cette idée me taraudait”, confie le fondateur d’Act&Sorb: “Je ne pouvais pas accepter l’idée que les panneaux MDF usagés finissent à la déchèterie. Il devait y avoir une solution. Pendant mon doctorat, j’avais conçu une usine sur le papier et je rêvais de la construire. Il m’a donc semblé logique de lancer ma propre entreprise.”

Actuellement, Act&Sorb finalise les études préparatoires et les demandes de permis. La construction de la première usine de recyclage de panneaux MDF devrait être lancée l’an prochain pour être totalement opérationnelle en 2021. Son principal produit fini? Du charbon actif, qui pourra être utilisé dans l’épuration de l’eau, la médecine et la production de batteries.

Soutien, formation et compétences

La Commission européenne a sélectionné la solution d’Act&Sorb parmi les 13 applications les plus prometteuses en économie circulaire. La start-up bénéficie de l’aide de son actionnaire InnoEnergy, une agence européenne qui offre soutien financier et conseils aux jeunes entrepreneurs innovants. “Grâce à cette formation complémentaire, j’ai amélioré mes compétences dans des domaines très utiles aux chefs d’entreprise”, assure Kenny Vanreppelen. “Par exemple, j’ai pratiqué le pitching, une technique de présentation qui recèle une réelle valeur ajoutée.”

“Les ingénieurs restent un maillon incontournable entre la direction et les collaborateurs d’une entreprise.”
Kenny Vanreppelen
fondateur d'Act&Sorb

“En sortant de l’université, on peut être d’emblée un bon chef d’entreprise ou le devenir. C’est très personnel, je pense. Mais il faut disposer de nombreux talents innés que l’on peut ensuite développer. Cet apprentissage se fait aussi en partie pendant les études d’ingénieur. J’ai appris à organiser et à communiquer, entre autres.”

Les ingénieurs, un maillon indispensable

Les ingénieurs restent un maillon incontournable entre la direction et les collaborateurs d’une entreprise, estime Kenny Vanreppelen: “Ils doivent transposer les décisions et la stratégie dans la vie réelle.” Par ailleurs, un ingénieur doit continuer à se former en permanence s’il souhaite répondre à l’évolution des besoins de l’entreprise.

“Et cela concerne autant les connaissances techniques que les soft skills, comme motiver ses collaborateurs, gérer des équipes, collaborer avec des partenaires internes et externes, etc. Tous ces aspects sont de plus en plus importants. Je suis convaincu qu’au cours des prochaines années, le travail d’un ingénieur ne cessera d’évoluer.”

Steven Debaere, CIO et cofondateur de Mealhero et Anton Claeys, CTO et cofondateur de Mealhero ©Studio Dann

Quitter un emploi de salarié pour une start-up

 

Un concept global qui assure la livraison à domicile d’ingrédients surgelés sains, un cuiseur vapeur qui prépare automatiquement les repas, et une app: c’est le “bébé” d’Anton Claeys, Steven Debaere et Jeroen Spitaels, trois ingénieurs qui ont créé de toutes pièces leur entreprise.

L’idée est née en 2015, pendant des vacances en Hongrie. Trois ingénieurs, devenus amis lors d’une formation complémentaire à la Vlerick Business School à Gand, travaillaient comme salariés dans des entreprises privées. “Pourquoi ne trouve-t-on pas de restauration rapide qui soit bonne pour notre santé? Cette question nous a fait réfléchir”, se souvient Anton Claeys, CTO et cofondateur de Mealhero.

“Nous avons imaginé un concept qui combine la facilité d’une pizza surgelée à la qualité nutritionnelle d’un repas fait maison. Tout a commencé de manière artisanale mais réfléchie. Certes, nous étions satisfaits de notre travail d’ingénieurs salariés, mais nous avons eu cette idée et nous voulions absolument la développer.”

Communiquer et collaborer

Il n’a pas fallu longtemps pour que les trois amis créent leur entreprise. La gestion d’une société n’exige pas uniquement des talents techniques, cependant. “Les ‘soft skills’ jouent elles aussi un grand rôle”, assure Steven Debaere, CIO et cofondateur de Mealhero. “Nous les avons améliorées lors de notre formation à la Vlerick School. Nous y avons appris à communiquer et à collaborer. Vous ne pouvez pas avoir une idée, la faire mûrir et la vendre tout seul dans votre coin. Les défis qui permettent aux ingénieurs du futur de déployer au mieux leurs talents sont ceux qui requièrent des connaissances dans plusieurs domaines. Et qui impliquent de mettre en pratique les idées les plus innovantes.”

La complémentarité entre les partenaires est tout aussi importante. “Nous formons une dream team”, sourit Anton Claeys. “Jeroen est expert en nutrition et s’occupe de la composition de repas sains. Steven est en charge de la programmation de notre infrastructure cloud et de l’app. Et j’ai conçu le cuiseur vapeur intelligent. Tout le monde apporte son expertise dans un domaine technique spécifique.”

Voler de ses propres ailes

Le trio n’aurait jamais pu créer l’entreprise sans diplôme d’ingénieur… et sans une bonne dose d’audace. “Abandonner la sécurité d’un emploi salarié afin de se lancer comme chef d’entreprise, avec tous les risques que cela comporte, en particulier dans un monde où les ingénieurs ont l’embarras du choix au plan professionnel, cela demande du courage”, souligne Anton Claeys. “Mais pour rien au monde je ne voudrais revenir à mon ancienne situation.”

Et le cofondateur de conclure: “Nous sommes désormais nos propres patrons et nous déployons notre idée. C’est un vrai challenge de résoudre les problèmes au sein de l’entreprise, d’améliorer nos produits, de concevoir de nouveaux services, de recruter du personnel, de conquérir des segments de clientèle et de lancer des campagnes de marketing. Nous avons conçu une stratégie globale et nous la mettons en œuvre. Nous tirons énormément de satisfaction de cet apprentissage permanent. Et il est très gratifiant de voir grandir notre entreprise.”

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.