Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

La chasse aux "champions cachés"

©KBC Asset Management

Ces dernières années, les small caps ont enregistré un rendement supérieur au marché, sans risque supplémentaire. Le secret de leur succès? La focalisation.

Les investisseurs dont le portefeuille se composait exclusivement d’actions de grandes entreprises se sont privés d’un important potentiel. "Les small caps ont affiché un return supérieur au marché global ces dernières années", souligne Leon Cappaert, gestionnaire de fonds chez KBC Asset Management. "En outre, ces actions se sont montrées moins volatiles que les autres. Étonnant, car en général, un surcroît de rendement s’accompagne d’un surcroît de risque."

Les small caps sont des actions d’entreprises dont la capitalisation boursière est relativement réduite. Il n’existe cependant pas de plafond "officiel", chaque maison de fonds appliquant sa propre définition. "Par exemple, les fonds de pension belges placent le curseur à 3 milliards d’euros, alors que la plus grande entreprise du Small Cap Index de MSCI pèse nettement plus lourd", illustre Leon Cappaert.

"Nous nous basons quant à nous sur une capitalisation de marché moyenne légèrement inférieure à 1 milliard d’euros."

Loin des yeux…

En raison de leur taille, les actions de petite capitalisation sont moins suivies par les investisseurs professionnels. Si, en moyenne, 15 analystes se penchent sur chaque grande entreprise, on n’en recense que trois pour les petites capitalisations. "Dès lors, les informations économiques pertinentes sont moins rapidement intégrées dans leur cours de Bourse", prolonge Leon Cappaert. "Les investisseurs attentifs peuvent donc en tirer profit."

À noter également que les small caps enregistrent en moyenne une croissance supérieure à celle des grandes capitalisations. Cela s’explique en partie par le fait qu’elles ont tout simplement une marge de croissance plus importante, mais aussi par la concentration dont fait preuve le management de ces entreprises.

"Le management de ces entreprises est plus accessible que celui des grandes capitalisations. Nos analystes peuvent ainsi mieux faire leur travail."
Leon Cappaert
gestionnaire de fonds chez KBC Asset Management

"Alors que les conglomérats exercent un large éventail d’activités dans plusieurs secteurs et domaines, le management des petites entreprises se concentre généralement sur une seule activité", poursuit Leon Cappaert. Elles se montrent ainsi plus performantes que leurs "grandes soeurs". Plus réactives, elles commettent aussi moins d’erreurs.

"Ce sont souvent ce qu’on appelle en anglais des hidden champions, des champions cachés: peu connues du grand public mais acteurs de niche dominants, elles présentent un énorme potentiel de croissance."

Investissements thématiques

Dans la mesure où elles opèrent souvent sur un marché spécialisé, les actions de petite capitalisation permettent de miser sur des tendances structurelles propres à certains secteurs.

"Prenez l’automatisation actuelle en Chine. Un nombre croissant de grandes usines y investissent dans la robotique pour remplacer les salariés." La méthode la plus évidente pour profiter de cette évolution? Investir dans Siemens, leader sur ce segment. Attention cependant: les apparences sont trompeuses. "Siemens est un conglomérat", nuance ainsi Leon Cappaert.

"La robotique y représente 15% du chiffre d’affaires."

L’effet positif de la demande croissante d’automatisation peut donc être atténué par les résultats des autres activités. "À l’inverse, Dürr est un acteur relativement modeste qui se concentre entièrement sur la robotique. Un bien meilleur choix!"

MISER SUR DES TENDANCES STRUCTURELLES

L’e-commerce

La performance des entreprises actives dans les biens de consommation dépend largement des évolutions macroéconomiques. On note néanmoins une constante ces dernières années: l’augmentation des ventes en ligne, quelle que soit la croissance économique. Cette tendance profite aux grands magasins en ligne comme Zalando, mais pas uniquement. La logistique doit en effet accompagner la croissance, des entrepôts au matériel. “Kion”, producteur de chariots élévateurs, se porte à merveille depuis l’essor de l’e-commerce. Auparavant, l’entreprise enregistrait une croissance supérieure de 40 points de base à l’économie mondiale; aujourd’hui, elle affiche une avance de 400 points de base.

Les éoliennes offshore

Les énergies alternatives sont en plein essor depuis quelques années. Ainsi produisons- nous de plus en plus notre électricité grâce à la force du vent. Et bien que la croissance exponentielle des éoliennes soit derrière nous, les parcs éoliens en mer ne cessent de s’étendre. “Vestas”, leader du marché de l’énergie éolienne, ne profite pas de cette évolution à 100%, car elle ne se concentre pas uniquement sur les parcs éoliens offshore. Il en va tout autrement de “Sif”, une entreprise néerlandaise qui dispose d’une expertise particulière. Sif produit en effet les mâts sur lesquels sont installées les turbines offshore. On ne recense qu’une poignée de fournisseurs dans le monde capables de fabriquer cet élément indispensable d’une éolienne.

Manger à l’extérieur

Nous mangeons de plus en plus à l’extérieur. Cette tendance structurelle est en cours depuis plus d’un siècle. Mais les Starbucks et autres McDonald’s ne sont pas seuls à en profiter: les grandes chaînes de restauration ont également leurs fournisseurs… Parmi ceux-ci, on peut citer “Huhtamaki”, une entreprise finlandaise spécialisée dans les emballages jetables. En raison de l’accent placé sur la durabilité, Huhtamaki se distingue de deux façons: grâce à la demande croissante pour des emballages jetables, et par le fait que le consommateur exige des produits plus respectueux de l’environnement.

 

Pourquoi maintenant?

Dans le climat boursier actuel, est-il judicieux d’opter pour les small caps? Assurément, estime Leon Cappaert. "La conjoncture est positive tant à court qu’à plus long terme. Depuis le dernier trimestre de 2016, nous nous trouvons dans une phase d’essor économique. Les petites et moyennes entreprises sont surreprésentées dans les secteurs sensibles à la conjoncture, comme l’industrie et l’immobilier, qui, historiquement, sont plus performants en période de croissance."

Ceci étant, les entreprises de petite capitalisation sont surtout un choix judicieux à long terme. "Nous sommes à la veille d’une longue période de croissance modeste et de taux bas.

Dans un tel climat, il est préférable d’opter pour les actions d’entreprises qui récompensent les investisseurs au moyen d’un dividende élevé. Ou de miser sur une tendance structurelle de croissance indépendante des conditions macroéconomiques, comme l’e-commerce et l’automatisation."

Or, quel est précisément le meilleur moyen de miser sur des tendances spécifiques? Vous l’avez compris: les petites capitalisations.

Stock-picking

"Les small caps sont intéressantes pour tous les investisseurs en actions", résume Leon Cappaert. "Cela reste des actions, cependant, et par définition, la volatilité sera toujours présente. Pour les investisseurs qui disposent d’un horizon à long terme, le potentiel est réel." Il est notamment possible de cibler des "champions cachés" en investissant dans un fonds spécialisé. "

De cette manière, vous ne misez pas tout votre argent sur un seul cheval mais sur différents thèmes simultanément." Les fonds de petites capitalisations font l’objet d’une gestion bottom-up.

"Autrement dit, nous partons des entreprises elles-mêmes. C’est le règne du stock-picking. Nous procédons à une sélection par thèmes sur base desquels nous répertorions les tendances structurelles en cinq secteurs: les biens de consommation, les applications industrielles, les technologies, les sciences de la vie et l’immobilier.

Nous analysons ensuite les entreprises qui peuvent justement profiter de ces tendances. La sélection se fait donc sur base d’une analyse individuelle. Nous intégrons aussi des entreprises de croissance que nous avons sélectionnées et qui évoluent indépendamment de ces tendances."

Après une première sélection thématique, un deuxième tri s’effectue sur la base de l’analyse individuelle. "Ici intervient un avantage supplémentaire des small caps: le management y est plus accessible que dans les grandes entreprises", apprécie encore Leon Cappaert. "Nous pouvons ainsi travailler plus en profondeur et nous optons pour des entreprises qui peuvent produire un return intéressant à long terme."

"De grands poissons dans de petits bocaux"

De nombreuses personnes considèrent les small caps comme de petits poissons dans un grand bocal. Je préfère voir en elles de grands poissons dans un petit bocal. Le management de ces entreprises se concentre presque toujours sur une seule activité. De ce fait, elles sont meilleures dans ce qu’elles font et occupent souvent une position dominante dans un marché de niche. Au travers des small caps, vous pouvez investir dans des thèmes d’investissement spécifiques. Les marchés sur lesquels opèrent ces entreprises sont peut-être plus réduits que ceux des conglomérats et des multinationales, mais cela n’exclut pas qu’elles puissent enregistrer une forte croissance. Au contraire! Et parce que ce sont de gros poissons sur un petit marché, elles ont fréquemment un plus grand pouvoir de tarification. Cela atténue la volatilité de leur chiffre d’affaires.

Lire également

Logo
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.