Publicité
Publicité

Pourquoi les entreprises familiales sont-elles intéressantes pour les investisseurs?

©KBC Asset Management

Les investisseurs se montrent de plus en plus intéressés par les entreprises familiales. En raison de leurs produits reconnaissables, mais aussi de leur rendement parfois attrayant. “Pour ceux qui veulent profiter de manière réfléchie de la reprise européenne, l’entreprise familiale constitue assurément un bon complément dans un portefeuille diversifié”, conclut-on chez KBC Asset Management.

‘Depuis plusieurs années, nos clients nous interrogent fréquemment au sujet des entreprises familiales, ce thème est très présent dans l’esprit des investisseurs”, révèle Jens De Latthauwer, gestionnaire de produits chez KBC. “L’entreprise familiale inspire confiance. La Belgique est un véritable pays de PME, un grand nombre de nos compatriotes sont salariés de ces entreprises ou consommateurs de leurs produits et services. Elles sont donc très proches de l’univers de nos clients. En outre, on trouve un grand nombre d’actions performantes d’entreprises familiales sur la Bourse belge. Elles sont ancrées dans notre culture!” Qu’entend-on exactement par "entreprise familiale"? “Chez KBC, nous appliquons trois critères”, répond Leon Cappaert, gestionnaire de fonds chez KBC.

Les entreprises familiales constituent une catégorie à part. La manière unique dont elles sont gérées, avec une politique financière prudente, l’accent placé sur leur coeur de métier et une vision à long terme, en fait des actions de qualité. Or, la qualité finit toujours par se voir, et il n’en va pas autrement en Bourse.

Ces dernières années, les entreprises familiales ont non seulement offert un rendement plus élevé sur le capital investi, mais elles ont également prouvé leur capacité à résister à un creux. Lors de la correction boursière du troisième trimestre de 2015 par exemple, les actions des entreprises familiales ont perdu nettement moins de terrain que le reste du marché.

Surtout dans une période comme celle que nous connaissons, avec une volatilité qui reste élevée en Bourse, la qualité dans un portefeuille diversifié est un choix à envisager pour les investisseurs. Une action d’entreprise familiale reste une action, il y a toujours un risque. Mais c’est un bon choix pour ceux qui désirent profiter de manière réfléchie de la reprise de la zone euro.

Leon Cappaert, gestionnaire de fonds chez KBC

“Au moins un cinquième du capital doit rester entre les mains de la famille. Celle-ci doit être représentée au comité de direction ou au conseil d’administration. Et il doit exister une forme de planification de la succession – en d’autres termes, une ou plusieurs générations doivent être actives dans l’entreprise.” Ces critères de sélection produisent une liste variée d’entreprises partageant quelques caractéristiques spécifiques.

Publicité

“Environ 40% de ces entreprises s’adressent aux consommateurs”, précise Leon Cappaert. “On y trouve également 30% d’entreprises industrielles.” Le secteur financier, les services d’utilité publique et les télécommunications sont peu représentés. “Il s’agit alors surtout de petites et moyennes entreprises (small & middle caps) sensibles aux évolutions macroéconomiques (cycliques).”

Surcroît de rendement

Cet univers à présent balisé, on peut se demander si le sentiment d’un certain nombre d’investisseurs se justifie: les entreprises familiales représentent-elles des investissements intelligents? Pour le savoir, KBC Asset Management a mené une étude en interne. “Nous avons calculé le rendement que nous aurions obtenu si nous avions acheté des actions d’entreprises familiales en septembre 2000 pour les conserver jusqu’à aujourd’hui”, dévoile Leon Cappaert.

Les résultats sont impressionnants. Les actions reprises dans l’étude ont enregistré – la plupart des années – un rendement nettement supérieur à celui des grandes entreprises de la zone euro. “Remarquable”, souligne Leon Cappaert. “Normalement, un investisseur n’obtient un surcroît de rendement qu’en prenant davantage de risques.” Pourquoi les entreprises familiales se sont-elles révélées si performantes en Bourse ces dernières années? “Elles sont actives dans les bons secteurs, c’est une partie de l’explication”, analyse Leon Cappaert. “Car d’autres entreprises actives dans des secteurs cycliques ont elles aussi affiché d’excellentes performances.” Leur taille joue également un rôle: “De manière générale, les plus petites entreprises ont très bien tiré leur épingle du jeu*.”

Caractère familial

Pour autant, l’allocation sectorielle et l’effet “small cap” ne constituent qu’une partie de l’explication. Un troisième facteur important intervient: le caractère familial de ces entreprises. “Les actionnaires familiaux impliqués dans la stratégie réfléchissent sur plusieurs générations, ils sont moins obnubilés par le court terme”, poursuit Leon Cappaert. Les actionnaires se montrent également plus disposés à laisser le capital à la disposition de l’entreprise pour une longue période. Cette perspective de long terme entraîne souvent, in fine, de meilleurs résultats. “De plus, les entreprises familiales sont généralement un peu plus conservatrices dans leur politique financière.” Les actionnaires ont moins tendance à procéder à des acquisitions et font preuve d’une grande discipline afin d’éviter un endettement trop élevé en agissant sur les prix. “Ce sont souvent des leaders dans une niche attrayante”, prolonge Leon Cappaert.

“Dans la mesure où les entreprises familiales se concentrent énormément sur leur coeur de métier, elles possèdent souvent une part de marché importante.” Cette excellente position commerciale leur procure un pouvoir de tarification. Ceci dit, elles ne dictent pas uniquement la tendance en matière de prix: “Les entreprises familiales sont souvent innovantes”, ajoute Leon Cappaert. “Prenez l’exemple de l’industrie automobile. Il ne s'agit pas d'un secteur de forte croissance, mais il est très innovant. Cependant, cette innovation est généralement externalisée à des sous-traitants techniques. Des marchés de niche qui comptent – ce n’est pas un hasard – de nombreuses entreprises familiales.”

Opportunités européennes

Les entreprises familiales européennes sont-elles toujours un bon choix d’investissement? Chez KBC, on en est convaincu. “Si la volatilité devrait rester élevée quelque temps sur les marchés boursiers, l’essentiel de la baisse est à présent passé”, affirme Leon Cappaert. “Nous entrevoyons à nouveau des opportunités, surtout pour les actions européennes. Les signaux macroéconomiques sont positifs, nous ne prévoyons pas de récession et les Bourses présentent des valorisations attrayantes.” Les entreprises familiales sont bien placées pour convertir la reprise économique de la zone euro en rendement intéressant. “Dans le climat boursier actuel, nous entrevoyons de nombreuses opportunités pour les entreprises cycliques”, confirme Leon Cappaert.

“En outre, la confiance des consommateurs est élevée en Europe, aux États-Unis et en Chine. Les entreprises dont les clients finaux sont surtout des consommateurs, à l'instar de nombreuses entreprises familiales, constituent donc un choix logique pour les investisseurs.” La géographie aussi joue un rôle. “Nous faisons preuve de prudence vis-à-vis des pays BRIC, la Chine notamment, mais les entreprises familiales européennes y sont peu exposées.” Dans les conditions actuelles, les entreprises familiales séduisent également les investisseurs en raison de leurs caractéristiques spécifiques. “Il s'agit généralement d'actions de qualité”, apprécie Leon Cappaert.

“Les actions restent des actions, le risque est réel. Mais compte tenu de leurs perspectives à long terme, de leur politique financière prudente et de leur position solide sur leur marché, les entreprises familiales méritent assurément une place dans un portefeuille.” La valorisation des entreprises familiales européennes leur est toujours favorable, conclut Leon Cappaert. “En raison de leurs excellentes performances en Bourse ces dernières années, les actions des entreprises familiales européennes sont un peu plus chères que la moyenne. C’est le cas de toutes les actions de qualité, cependant. Cette prime n’a rien d’excessif.”

1 Allocation sectorielle

Les entreprises familiales sont principalement actives dans des branches cycliques. Des secteurs où l’évolution du bénéfice et du chiffre d’affaires dépendent de l’évolution macroéconomique. Des exemples typiques en sont les industries de base et des biens de consommation, telles que les entreprises agroalimentaires et les sous-traitants automobiles. Ces secteurs cycliques se sont montrés particulièrement performants ces dernières années en Bourse*.

2 Effet small cap

Les entreprises familiales sont principalement de petites entreprises. Et les petites entreprises, les “small caps”, engrangent des résultats remarquables en Bourse depuis plusieurs années*.

3 Caractère familial

Les actionnaires familiaux se distinguent par leur stratégie de long terme. Comme ils réfléchissent sur plusieurs générations, ils n’hésitent pas à sacrifier les intérêts à court terme si ceux-ci menacent la continuité de l’entreprise. Ils prennent plus souvent le temps de faire fructifier leurs investissements et évitent les "aventures" financières. Puisqu'elles se concentrent sur leur coeur de métier et sont souvent actives dans des niches, les entreprises familiales disposent plus fréquemment d’une position commerciale solide. Ces facteurs garantissent une croissance stable et d’excellentes performances à long terme.              

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.