Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Tous sous le même toit ?

L’allongement de l’espérance de vie amène de plus en plus de générations à se côtoyer. Cet “élargissement intergénérationnel” a un impact considérable sur notre vie de famille.

Les parents restent autonomes plus longtemps, et cela influence les relations avec la famille. C’est l’opinion de Ria Grommen, docteur en psychologie à la KUL et ancien professeur à l’Institut supérieur des sciences de la famille. “Aujourd’hui, les retraités ont des ambitions et une vie sociale et culturelle intense”, explique- t-elle. “L’allongement de la durée de vie n’est donc pas un phénomène isolé : il engendre toute une série de changements. L’autonomie accrue, mais aussi l’amélioration de la mobilité et l’essor des multimédias y jouent un rôle important. La baisse de la natalité et de la durée moyenne des relations de couple a également un impact sur la vie de famille.”

 Avec près de 25.000 divorces prononcés en 2013, la Belgique n’est pas particulièrement bien lotie en matière de durée des relations matrimoniales. L’âge moyen au moment du divorce se situe autour de 45,5 ans. Ceci étant dit, les personnes âgées aussi choisissent de plus en plus souvent de mettre fin à leur relation. À titre d’illustration : on a enregistré environ 8.000 divorces chez les plus de 50 ans, ce qui représente un tiers des séparations. Les sexagénaires seuls prennent à leur compte 2.260 divorces : c’est 9% du total. Et 50% des (re)mariages concernent les plus de 50 ans, alors que les sexagénaires représentent environ 5% des nouveaux marriages.

Vécu plus intense

Le vieillissement de la population amène un nombre croissant de générations à se côtoyer. Ce phénomène social global se fait aussi sentir au sein des familles. “Auparavant, il était plutôt exceptionnel d’avoir des arrière-grands-parents”, explique Ria Grommen. “Aujourd’hui, il n’est plus rare que quatre générations se côtoient ou vivent ensemble. La vitalité accrue des seniors intensifie également le vécu des relations, par exemple avec les petits-enfants. Cela renforce le lien affectif dans les deux directions. En outre, une cohabitation intergénérationnelle favorise la solidarité et l’entraide. Un exemple typique : les grands-parents gardent les petits-enfants, alors que ceux-ci leur servent de guides pour leurs premiers pas dans l’informatique.”

La baisse de la natalité et de la durée moyenne des relations de couple a également un impact sur la vie de famille.
Ria Grommen
docteur en psychologie à la KUL

Pour garantir cette combinaison d’autonomie et de solidarité, un habitat adapté est indispensable. Ria Grommen est en tout cas séduite par le concept de l’habitat kangourou, qui permet aux plus jeunes et aux plus âgés de vivre sous le même toit, tout en ayant une vie de famille autonome. Vivre ensemble tout en préservant son intimité ! “Cela ne doit pas nécessairement se faire au sein d’une même famille”, convient-elle.

“Dans une habitation kangourou, des seniors peuvent parfaitement cohabiter avec un ménage plus jeune avec lequel ils n'ont aucun lien de parenté. Ce type de cohabitation exige naturellement une architecture et un aménagement du territoire spécifiques. Et bien que les autorités soient à mon avis de plus en plus attentives à cette forme alternative d’habitat, les infrastructures actuelles y sont rarement adaptées.”

Lieux de rencontre et vie commune

“Car si les plus jeunes et les plus âgés habitent aujourd’hui côte à côte, la proximité physique seule ne suffit pas. Voyez l’anonymat de nombreux blocs d’appartements. Il est essentiel de créer un espace où les gens puissent se rencontrer. En prévoyant de tels lieux de rencontre dans les quartiers où cohabitent plusieurs générations, on favorise les relations entre voisins. Les plus âgés sont plus proches de la vie, et peuvent compter sur de l’aide lorsqu’ils doivent sortir les poubelles ou nettoyer la gouttière. De leur côté, les plus jeunes générations peuvent bénéficier d’un plus grand contrôle social, voire d’un accueil extrascolaire informel de leurs enfants.”

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.