reportage

Plus agréable, plus conviviale et plus sûre

©Bloomberg

Nos voitures sont de plus en plus souvent connectées. Ce qui crée un large éventail de possibilités dans trois grands domaines. Car conduire n’en devient pas uniquement plus simple et plus agréable: c’est surtout l’occasion rêvée d’améliorer sensiblement la sécurité routière.

Il ne faut guère plus qu’un réseau 4G relativement fonctionnel et qu’une carte SIM pour connecter une voiture à Internet. Des marques comme BMW et Audi le font depuis quelques années déjà. Les services de musique en ligne comme Spotify, avec lequel collabore Mini, sontdéjà monnaie courante. Audi, quant à lui, ne base pas son système de navigation intégré sur une carte dessinée, mais sur les images satellites de Google Maps.

Pour beaucoup d’applications, il est également possible de se passer de carte SIM. La plupart des marques disposent d’un système multimédia qui, même sur des modèles compacts comme la Renault Mégane, se connecte au smartphone du conducteur et affiche son contenu sur l’écran tactile. Ajoutez-y une reconnaissance vocale, et vous pouvez dicter des SMS et faire lire des messages entrants. Nous avons récemment essayé le concept dans une BMW Série 7: il fonctionne parfaitement bien.

Assistance

La voiture connectée permet aux constructeurs de fournir leur propre éventail de services aux clients. Comme Opel avec OnStar, BMW avec BMW Connected et Mercedes avec ses Concierge Services. Cette dernière dénomination reflète très bien les possibilités du système: le concept vient en aide au conducteur comme un concierge dans un immeuble. Il suffit d’appuyer sur un bouton pour avoir quelqu’un en ligne qui recherchera pour vous un restaurant italien à proximité de l’endroit où vous vous trouvez, par exemple. Après quoi ce "concierge" pourra introduire lui-même l’itinéraire dans le système de navigation. De tels services sont souvent gratuits pendant quelques mois à l’achat d’une voiture neuve. Ensuite, des frais d’abonnement sont facturés.

Un rendez-vous dans votre agenda? Après analyse du trafic, l'application vous avertit qu'il est temps de partir

Les combinaisons avec une application sur le smartphone concernent aussi ceux qui ne se trouvent pas dans la voiture. Pensez à l’activation de la climatisation ou du chauffage alors que vous payez l’addition au restaurant. Ou à la possibilité de laisser la voiture se garer dans le garage: c’est ce que font déjà de main de maître les modèles de luxe de BMW et de Mercedes.

L’avantage des applications, c’est qu’elles gagnent sans cesse en intelligence. L’application  Connected de BMW analyse constamment votre mobilité, notamment vos itinéraires favoris. De plus, les applications collaborent très bien, ce qui ouvre encore de nouvelles portes: si vous avez un rendez-vous noté dans l’agenda, l’application vous avertit qu’il est temps de partir après analyse du trafic.

Prévention

Outre le divertissement et le confort d’utilisation, un troisième terrain est prêt à être exploré par la voiture connectée: la sécurité. Des voitures connectées peuvent déjà envoyer un diagnostic à la centrale qui, en retour, prévient le conducteur que la voiture doit être entretenue. Dans des situations plus graves, comme en cas d’accident, la voiture peut appeler elle-même les services de secours. Opel est très avancé dans ce domaine, avec le concept OnStar.

Parmi les terrains encore inexplorés mais riches en promesses: la communication entre les voitures. D’un point de vue technique, il est déjà parfaitement possible de transmettre des informations comme le sens de la conduite, la vitesse et l’itinéraire qui a été programmé dans le GPS entre des voitures qui roulent à proximité les unes des autres. Si un processeur puissant traite rapidement ces données, les voitures communicantes pourront se prévenir mutuellement.

Ces applications ne pourront pleinement être mises en oeuvre qu’avec le déploiement de la 5G, la prochaine génération de réseaux de données pour smartphones et tablettes. Et surtout quand les voitures autonomes apparaîtront dans les rues. Car la voiture autonome est par définition un véhicule qui intervient lui-même. Elle ne devra donc pas prévenir son conducteur, mais adaptera la vitesse pour éviter les problèmes.

Le concept de voitures qui communiquent entre elles promet une diminution considérable du nombre d’accidents. Parce que l’ordinateur est toujours plus rapide que l’être humain. Pensez aux accidents sur l’autoroute, souvent conséquence d’un freinage trop tardif. La voiture connectée transmettra directement à celle qui la suit à quel moment elle freine, invitant cette dernière à freiner automatiquement. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés