Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

La Flanders Metals Valley métamorphose le secteur du métal

Bart Blanpain, professeur de gestion durable des matériaux à la KU Leuven: "Le secteur joue aussi un rôle majeur, bien que sous-estimé, dans la transition vers une société durable.”

Fin mars, plus de 30 entreprises métallurgiques flamandes se sont réunies dans la Flanders Metals Valley. Ensemble, elles veulent jouer un rôle de catalyseur pour un secteur métallurgique climatiquement neutre et circulaire.

“Beaucoup d’entreprises métallurgiques flamandes travaillent déjà en étroite collaboration, mais cette coopération leur permet surtout de gagner en notoriété sur la scène internationale”, note Bart Blanpain, professeur de gestion durable des matériaux à la KU Leuven et cofondateur de la Flanders Metals Valley. “Trop peu de gens ici se rendent compte de l’importance de la métallurgie pour notre économie et pour l’emploi! Le secteur joue aussi un rôle majeur, bien que souvent sous-estimé, dans la transition vers une société durable.”

48 milliards d’euros
Chiffre d'affaires annuel
D’après l’office belge de statistique Statbel, l’industrie métallurgique représente un chiffre d’affaires annuel total de 47.904 millions d’euros en Flandre. “Soit 18,7% du chiffre d’affaires cumulé de l’ensemble des secteurs industriels”, calcule Bart Blanpain, professeur de gestion durable des matériaux à la KU Leuven.

La Flanders Metals Valley veut remédier à cela par le biais de trois groupes de travail centralisés. “Nous désirons renforcer l’image du secteur en dopant la communication, en suscitant l’enthousiasme des talents – jeunes ou seniors – pour les nombreuses possibilités de carrière, via l’enseignement et la formation, et en attirant de nouveaux appuis et moyens pour la recherche et l’innovation”, détaille Bart Blanpain.

Quand les résidus deviennent matières premières

Nyrstar croit dur comme fer en la force unificatrice de la Flanders Metals Valley: “Nous n’avons pas hésité une seule seconde à participer à cette aventure”, confie Rob Ballet, Technology Manager chez Nyrstar. “La Flanders Metals Valley est poussée par le monde de l’entreprise. Nous y voyons l’occasion rêvée de rendre notre production plus durable encore. Parallèlement, grâce à des collaborations avec d’autres entreprises, nous pouvons assurer la compétitivité du secteur, en Flandre comme dans le reste du monde.”

Plus de 30 entreprises flamandes, soutenues par des instituts de recherche, se sont affiliées à la Flanders Metals Valley; elles forment un écosystème qui stimule les nouvelles collaborations et renforce les collaborations et synergies existantes.

“Les entreprises font preuve d’un grand enthousiasme car elles réalisent qu’elles peuvent vraiment faire la différence, notamment en rendant les processus de production plus écologiques, en remettant en question l’utilisation des matériaux et en misant encore davantage sur la circularité”, estime Bart Blanpain. “Ce qu’une entreprise considère comme un flux résiduaire ou de déchets peut être une matière première pour une autre entreprise.”

Rob Ballet, Technology Manager chez Nyrstar: “Notre site de Balen met des produits dérivés métallifères à la disposition de Metallo à Beerse, qui en recueille le cuivre. Umicore, à Hoboken, récupère le plomb et les métaux précieux, tels que l’argent et l’or, du résidu de lixiviation.”

Enthousiasme

Nyrstar travaille beaucoup sur cet aspect. Les sidérurgistes recyclent par exemple la ferraille d’acier pour récupérer le fer, tandis que le flux résiduaire découlant de cette opération était auparavant éliminé avec les déchets. “Nous tirons désormais de ce flux du zinc de haute qualité qui peut être recyclé à l’infini”, annonce Rob Ballet. “Sur notre site de Pelt, la dernière purification s’opère au sein de cette chaîne de recyclage. Nous obtenons alors une matière première secondaire précieuse pour nos fonderies de Balen en province d’Anvers, Budel aux Pays-Bas et Auby en France.”

Nyrstar met également ses produits dérivés métallifères à la disposition d’entreprises comme Metallo à Beerse, “qui en recueille le cuivre. Umicore, à Hoboken, récupère le plomb et les métaux précieux, tels que l’argent et l’or, du résidu de lixiviation de Balen. La Flanders Metals Valley peut aussi renforcer des collaborations de ce genre pour les rendre encore plus écologiques, durables et économiquement rentables.”

Trop peu de gens ici se rendent compte de l’importance de la métallurgie pour notre économie et pour l’emploi.
Bart Blanpain
professeur à la KU Leuven et cofondateur de la Flanders Metals Valley

Bart Blanpain affiche ses ambitions: “Nous voulons doper la circularité au sein des entreprises et au niveau du secteur.” L’idéal, à ses yeux, serait que la Flanders Metals Valley devienne un groupe actif où toutes les initiatives naîtraient des entreprises participantes. “Ce sont elles les ambassadrices du secteur. Elles sont les plus à même de détecter des opportunités en nouant des contacts via l’écosystème. Et elles ont la possibilité de transmettre leur enthousiasme aux générations suivantes.”

Des métiers en pénurie

Selon les calculs du centre de connaissances universitaire Steunpunt Werk, l’industrie métallurgique emploie plus de 191.000 personnes en Flandre. Soit près de 40% des postes tous secteurs industriels confondus.

Il devient de plus en plus difficile de trouver des jeunes talents techniques qualifiés, cependant. “Opérateurs, métallurgistes, chimistes, collaborateurs de maintenance et ingénieurs projet: tous les profils techniques sont des métiers en pénurie”, indique Frederik Heylen, HR Manager chez Nyrstar.

“Opérateurs, métallurgistes, chimistes, collaborateurs de maintenance et ingénieurs projet: tous les profils techniques sont des métiers en pénurie”, indique Frederik Heylen, HR Manager chez Nyrstar.

Nyrstar est indirectement à l’origine de 1.500 emplois dans la région de Balen/Pelt. Plus de 600 personnes travaillent sur les sites de l’entreprise. Mais 20 postes vacants sont difficiles à pourvoir. Frederik Heylen espère que la Flanders Metals Valley va promouvoir la notoriété du secteur auprès des jeunes talents, afin d’accroître les dépôts de candidature.

Le directeur des ressources humaines souligne les nombreux atouts du secteur pour les jeunes: “Dans notre région, les formations ayant trait au métal sont d’excellent niveau et notre secteur repose sur la transmission de plusieurs années d’expérience de génération en génération. Contrairement à des industries qui travaillent toujours avec les mêmes matières premières pour fabriquer les mêmes produits finis, la métallurgie offre bien plus de diversité. Comme nous devons adapter nos processus en permanence, le travail est toujours différent et passionnant.”

Qu’est-ce que la Flanders Metals Valley?

La Flanders Metals Valley met en relation des entreprises, des instituts de recherche et d'autres organisations actives dans la production et le traitement du métal. L’économie circulaire et le traitement durable des produits dérivés et des flux résiduaires y jouent un rôle essentiel.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.