Sous la responsabilité de
Microsoft

Microsoft,
a passion for modern times

Cinq tendances technologiques dans les soins de santé

 © Vincent Dupont, Microsoft

 © Vincent Dupont, Microsoft

Collaboration plus intense, partage d'informations et enrichissement de données dynamiques à partir de calculs de prévisibilité: tel est l’avenir réservé aux soins de santé. “Nous nous dirigeons vers un nouveau modèle intégré, avec des soins qui seront administrés à la fois dans et en dehors de l’hôpital – et cette évolution sera soutenue par la technologie", prédit Vincent Dupont (Microsoft). Il plaide de façon passionnée en faveur de cette technologie qui, forte d'une progression constante, permet d’améliorer la qualité et l’efficacité de la collaboration entre établissements de soins.

Publicité

Publicité

Publicité

Director Western Europe Health, Vincent Dupont est en prise directe avec les tendances actuelles dans le secteur des soins et les opportunités offertes par la " disruption ". Il suit ce segment de près, qu’il s’agisse de clients, de partenaires ou de start-ups. “Les soins de santé incarnent l’un des derniers secteurs où la transformation technologique aura le plus fort impact”, estime-t-il.Avec lui, nous parcourons plusieurs tendances et leur signification pour le marché et le patient, "dans un secteur mis sous pression par le vieillissement de la population et les maladies chroniques”.

1. Soins continus

Les soins de santé ne se limitent plus à l’hôpital. “Il s’agit de soins intégrés, qui englobent à la fois la partie " cure " et la partie care”, analyse Vincent Dupont. Les soins se pratiquent de plus en plus extra-muros, en une chaîne continue qui englobe tous les acteurs : les prestataires de soins et les mutuelles, mais aussi les auxiliaires de vie par exemple. “La prévention et la numérisation ne cessent de gagner en importance dans ce processus”, souligne Vincent Dupont. “Grâce à des technologies comme l’Internet des objets et l’analyse des données, nous pouvons par exemple dépister certains modèles de maladies à un stade très précoce et passer immédiatement à l’action.”

“La gestion des données se traduira par une amélioration des résultats dans le secteur de la santé.”
Vincent Dupont Director Western Europe Health

Vincent Dupont en est convaincu: cette tendance aux soins intégrés va s’accentuer fortement dans les années qui viennent. Des entreprises innovantes jouent un rôle important dans l’ensemble de la filière. Vincent Dupont prend l’exemple de la start-up belge UgenTec, spécialisée dans les analyses d’ADN. En identifiant certains modèles, UgenTec est à même de dépister et d’évaluer des maladies chroniques à un stade précoce. “Cette entreprise a démarré avec l’appui de Microsoft”, précise-t-il. ”Par le biais d’ateliers ciblés, nous avons aidé UgenTec à déployer cette application d’analyse ADN dans le cloud Microsoft Azure.”

2. Le poste de travail numérique fonctionne

Dans la mesure où les prestations de soins sont de plus en plus délocalisées, la collaboration est plus importante que jamais. Vincent Dupont cite ici l’UZ Brussel. Cet hôpital universitaire fait en effet largement appel à Skype for Business dans ses processus de collaboration et de communication. “Les médecins, le personnel soignant et même les prestataires extérieurs sont ainsi interconnectés et la communication gagne en efficacité”, affirme-t-il. L’hôpital devient une sorte de hub qui réunit et coordonne tout et tout le monde.

Souhaitez-vous savoir ce que ces solutions technologiques peuvent signifier concrètement pour votre entreprise ?
Contactez-nous à l’adresse goedele.weynants@microsoft.com

3. Le patient veut avoir accès à ses données, en permanence et où qu’il soit

Le profil des patients évolue. La nouvelle génération est plus exigeante et mieux informée. Ces patients contribuent à la tendance au décloisonnement et au partage de données dans les soins de santé. “Selon une étude du bureau de consultance PwC, 49% des patients veulent pouvoir consulter leurs données médicales en ligne”, chiffre Vincent Dupont. Ce constat, tout comme la nécessité de réaliser des économies dans le secteur, est un argument fort en faveur du cloud computing. “Les organisations ne doivent plus acheter de matériel informatique ni de logiciels, et bénéficient d’une flexibilité qu’elles ne possédaient pas avec les anciennes applications. Notamment grâce à sa plateforme cloud Azure, Microsoft offre la flexibilité et l’extensibilité nécessaires.”

49%des patients veulent pouvoir consulter des données médicales en ligne (Source: PwC, 2013)

4. Les logiciels de dernière génération recèlent de nombreuses opportunités

L’investisseur Mark Andreesen, créateur du navigateur Netscape, a récemment déclaré que “les logiciels mangeaient le monde”. Il n’en va pas autrement dans les soins de santé : “Chaque établissement de soins doit embrasser les logiciels", prévient Vincent Dupont. "C’est aussi une possibilité de se distinguer. La technologie ne détruira pas d'emplois, elle permettra aux salariés de se concentrer plus que jamais sur leur cœur de métier.”

Les nombreux processus manuels constituent un nouvel obstacle pour les établissements de soins. “Dans certains hôpitaux allemands, l’inscription est rapide grâce à une sorte de pré-enregistrement, comme on en voit d’ailleurs dans de nombreux autres secteurs.”

5. Sécurité et protection de la vie privée

L’externalisation des données dans le cloud progresse. “Ceci dit, une organisation doit toujours commencer par classer ses données, car elles ne sont pas toutes adaptées au cloud", nuance Vincent Dupont. Et ce, même si le cloud est déjà bien intégré : “71% des entreprises actives dans les soins de santé adoptent déjà la technologie cloud, un pourcentage très élevé. Le cloud n’est plus objet de débat. Pour les organisations de soins, la question est plutôt: comment l’appliquer, quelles possibilités offre-t-il?"

Dans les soins de santé particulièrement, le partage et l’ouverture des données requièrent une grande attention portée à la sécurité et à la protection de la vie privée. “Il est possible de rendre des données numériques plus sûres que des données papier”, affirme Vincent Dupont, qui fait référence au “règlement général sur la protection des données” de la Commission européenne. Par celui-ci, l’Europe contraint les organisations à documenter les données à caractère personnel qu’elles recueillent, ainsi que la manière dont elles les utilisent et les protègent. Microsoft n’est pas uniquement le fournisseur qui dicte la tendance mondiale, mais aussi celui qui s’adapte le plus étroitement à la législation européenne en matière de cloud. “Je note encore une grande ignorance en matière de sécurité et de protection de la vie privée: c’est souvent un facteur émotionnel”, conclut Vincent Dupont.

 © Frank Muller/Hollandse Hoogte/Hollandse Hoogte © Frank Muller/Hollandse Hoogte/Hollandse Hoogte

Publicité

Publicité