Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Qpinch permet aux entreprises d'économiser jusqu'à 30% d'électricité

Wouter Ducheyne, cofondateur et co-CEO de Qpinch

Dans le secteur de la chimie, la vapeur est indispensable au bon déroulement des process. “À la fin de la chaîne, la chaleur résiduelle atteint environ 100 degrés: souvent, les entreprises ne peuvent rien en faire et elles finissent par la rejeter dans l'air ou dans l'eau”, souligne Wouter Ducheyne. Avec sa société Qpinch, il a mis au point une technologie qui réduit les émissions de CO2 via la récupération de cette chaleur résiduelle.

Ingénieur civil en chimie de formation, Wouter Ducheyne a entamé sa carrière chez BASF, grand consommateur d'énergie comme toutes les autres entreprises chimiques. “La société est à tel point concentrée sur l'électricité qu'on en oublierait que nous consommons la majeure partie de notre énergie industrielle sous forme de chaleur”, indique le co-CEO et CTO de Qpinch.

“Nous avons donc mis au point une solution qui constitue la prochaine étape en matière d'efficacité énergétique. Notre approche a été inspirée par la nature: comment les humains, et en fait tous les êtres vivants, stockent-ils et libèrent-ils l'énergie?”

“Nous avons, en collaboration avec l’UGent, perfectionné ce procédé biologique pour la récupération de la chaleur industrielle. Contrairement aux pompes à chaleur, le process Qpinch, qui dispose d’un brevet, ne consomme pratiquement pas d'énergie. Résultat? Jusqu’à 30% d’économie sur la facture électrique, ce qui réduit considérablement le délai de rentabilisation de cette technologie.”

Aussi pour d'autres secteurs

Qpinch existe depuis 10 ans. Son premier client industriel a été l'entreprise chimique internationale Borealis (lire l’encadré). En Flandre, Borealis dispose d'un site à Zwijndrecht, dans le port d'Anvers. “Notre technologie a le potentiel de faire économiser 200 MW de CO2 par an dans le plus grand pôle chimique d'Europe. Cela fait-il de nous la solution par excellence pour la transition écologique? Non, mais nous sommes une pièce du puzzle avec les énergies solaire et éolienne, qui ne sont pas toujours disponibles. Nous pouvons fournir à l'industrie une production constante d'électricité, ce qui est bien sûr crucial.” Ce n'est pas un hasard si le siège de Qpinch – qui s'est transformée ces dernières années en une scale-up comptant une vingtaine d'employés – se trouve dans le port d'Anvers.

Nous sommes une pièce du puzzle dans l'ensemble de la transition énergétique.
Wouter Ducheyne
cofondateur et co-CEO de Qpinch

“Nous avons pu installer notre usine-pilote dans un entrepôt vide au coeur du port, à proximité de nos clients et facilement accessible pour les employés”, déclare Wouter Ducheyne. “Pour avoir un impact avec nos installations, nous devons jouer sur l'échelle. Nous visons de gros volumes. Or, le port abrite justement de grandes entreprises. Il ne s'agit pas nécessairement d'entreprises chimiques: nous nous sommes associés au fil du temps à des entreprises alimentaires, par exemple.” Est-il possible d'appliquer la technologie Qpinch à des fins résidentielles?

“Utiliser cette chaleur pour chauffer des maisons ou des bureaux n'est pas optimal. Les basses températures sont suffisantes pour ce type de chauffage. En outre, pour le résidentiel, vous n'avez besoin d'énergie que pendant environ un tiers de la journée, ce qui engendrerait dès lors beaucoup de gaspillage. L'industrie, en revanche, fonctionne 24 heures sur 24 et a fréquemment besoin de chaleur à des températures élevées."

Les multinationales, pionnières en Flandre

Selon Wouter Ducheyne, toute la région située entre Zeebruges et Anvers constitue une seule et vaste zone économique. “Si l’on regarde la situation d’un point de vue international, en tout cas. Nous ne pouvons dès lors que nous réjouir d'une augmentation de taille. Pour cette raison, je ne vois que des avantages à la fusion de Port of Antwerp-Bruges. L'écosystème va s'élargir de même que la visibilité sur notre activité.

D'ailleurs, ce n'est pas une coïncidence si de nombreuses multinationales sont à l'origine de nouvelles technologies. Nous pouvons également compter sur les subventions flamandes et européennes, ce qui rend l'investissement plus abordable pour les entreprises. Par la suite, elles exportent cette innovation permettant d'économiser du CO2 dans d'autres pays au sein du groupe.”

“Grâce à Qpinch, nous pouvons traiter d'énormes quantités de chaleur résiduelle”

 L'entreprise chimique internationale Borealis a été le premier partenaire commercial de Qpinch. “En tant que start-up, Qpinch a pu compter sur un intérêt massif après avoir remporté le prix Emerging Technology lors du concours annuel de la Royal Society of Chemistry britannique en 2015”, se souvient Erik Van Praet, Vice President Innovation & Technology de Borealis. “Borealis et Qpinch se sont ensuite associées à Christian Steven, professeur à l'université de Gand, pour développer commercialement cette technologie.”

“Contrairement aux pompes à chaleur classiques, le processus en circuit fermé de Qpinch limite nos coûts de fonctionnement et notre consommation d'énergie. Cette technologie est évolutive de 1 à 50 MW et peut donc traiter d'énormes quantités de chaleur résiduelle industrielle. La collaboration avec Qpinch a constitué une étape importante dans la volonté de Borealis de réduire son empreinte carbone et de rendre ses activités plus efficaces sur le plan énergétique et plus durables. Nous économisons désormais environ 2.200 tonnes de CO2 par an, ce qui équivaut aux émissions annuelles de 1.500 petites voitures familiales.” L'installation de récupération de chaleur est située à côté de l'usine de Borealis à Zwijndrecht. “

Cette première installation à l'échelle commerciale ne représentait pas seulement une étape importante pour Qpinch: elle a marqué un tournant pour l'ensemble du secteur chimique”, estime Wouter Ducheyne (Qpinch). “Grâce à notre partenariat avec un client de premier plan tel que Borealis, nous serons en mesure de faire évoluer notre technologie et nous sommes sur la bonne voie pour développer notre activité au niveau mondial.”

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.