Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Quand le capitaine reste sur la terre ferme

Louis-Robert Cool, Seafar

Si, pour l'instant, les voitures à conduite autonome semblent encore relever de projections futuristes, plusieurs navires sans équipage traversent déjà l'océan. Sur les voies navigables flamandes, le capitaine n’est plus nécessaire… du moins sur le bateau, avance Louis-Robert Cool, CEO de Seafar: “Grâce à l'intelligence artificielle et au machine learning, les capitaines peuvent faire naviguer plusieurs navires depuis le rivage.”

1. Comment décririez-vous votre activité?

LOUIS-ROBERT COOL: “D'ici à 2030, l'Union européenne a pour ambition d'augmenter de 30% le transport de marchandises par voie côtière et fluviale, et même de moitié à l'horizon 2050. Dans le même temps, nous sommes confrontés à un problème épineux: de moins en moins de jeunes optent pour une carrière maritime. Ils préfèrent rechercher un meilleur équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée plutôt que de passer deux semaines sur l'eau, avec toutes les conséquences qui cela implique pour leur vie sociale. Au terme de mes études de droit, j'ai commencé à travailler dans le secteur des technologies maritimes et j'ai vu de quelle façon les solutions technologiques peuvent dynamiser les secteurs traditionnels.

Un port est un environnement strictement réglementé. Heureusement, nous pouvons compter sur le soutien total de Port of Antwerp- Bruges.
Louis-Robert Cool
fondateur et CEO de Seafar

En 2018, j'ai fondé Seafar, une entreprise qui développe des solutions logicielles pour le secteur maritime. Désormais, elle compte une trentaine d'employés. Seafar comble par la technologie le fossé qui s'est creusé entre la demande croissante de transport maritime et la diminution de l'afflux de personnel. Nous avons développé un logiciel permettant de numériser entièrement un navire. Tout ce qu'un capitaine voit, entend et ressent sur son navire, nous pouvons le capturer et le visualiser bien plus rapidement qu'à l'oeil nu.

Avec notre centre de contrôle à terre – notre Shore Control Center – et les systèmes de navigation existants, nous pouvons prendre le contrôle d'un navire. Cela se fait bien sûr avec un capitaine officiel, qui effectue une journée de travail de huit heures dans notre centre de contrôle et peut ensuite simplement rentrer chez lui. Six capitaines suffisent pour faire naviguer vingt navires en même temps."

2. Pourquoi collaborez-vous avec Port of Antwerp-Bruges?

LOUIS-ROBERT COOL: “Seafar n'est pas un armateur. Nous équipons les navires de la technologie ad hoc. Or, le secteur maritime est un domaine très traditionnel, par définition très orienté sur le long terme. Il n'est pas facile de pénétrer cet écosystème… Heureusement, nous pouvons compter sur le soutien total de l'équipe de Port of Antwerp-Bruges en charge de l’innovation. Elle nous assiste notamment dans la mise en oeuvre pratique de nos systèmes – un port est un environnement strictement réglementé. De plus, Port of Antwerp-Bruges nous a ouvert sa plateforme. Et en 2018, elle nous a prêté un vaisseau, le Tuimelaar, pour tester notre technologie en situation réelle.” 3.

3. Que vous réserve l'avenir?

LOUIS-ROBERT COOL: “Grâce à cette collaboration avec Port of Antwerp-Bruges, Seafar a pu établir les contacts nécessaires pour commercialiser sa technologie. Nous avons déjà séduit les premiers armateurs. Les 90% restants doivent encore être convaincus… mais nous avons toute confiance dans notre technologie! Nous sommes les leaders dans ce domaine. S’il existe des initiatives similaires à la nôtre ailleurs en Europe, aucune n'est active sur le plan commercial. Nous le devons aux gouvernements flamand et fédéral, qui croient en nous et ont adapté la législation. Le gouvernement wallon suit le mouvement. Et nous espérons que les Pays-Bas, l'Allemagne, la France et le reste de l'Europe suivront eux aussi, de sorte qu'à l'avenir, nous ne serons pas seulement actifs en Flandre mais sur l'ensemble du continent.”

À propos de Seafar

• La jeune société guide les bateaux de navigation intérieure vers leurs destinations à distance et avec moins d'équipage.

• Seafar a récemment ouvert un Shore Control Center flambant neuf.

• La société souhaite ouvrir un deuxième Shore Control Center à Rotterdam.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.