Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Neutralité climatique à l'horizon 2050

Annick De Ridder, Président du Conseil d'administration Port of Antwerp Jacques Vandermeiren, CEO Port of Antwerp ©SISKA VANDECASTEELE

Le port d’Anvers ambitionne d’être climatiquement neutre à l’horizon 2050. Dans cette lettre ouverte, Annick De Ridder, Président du Conseil d'administration Port of Antwerp, et Jacques Vandermeiren, CEO Port of Antwerp, dévoilent comment l’un des pivots de notre économie souhaite atteindre cet objectif. “Avec les entreprises du port, nous voulons tracer les contours d’une société tournée vers l’avenir.”

Sur les 120 millions de tonnes de CO2 émises chaque année par la Belgique, 18 millions proviennent du port d’Anvers, ce qui signifie que nous pouvons occuper une place essentielle dans la lutte contre le réchauffement climatique. En tant que port à vocation internationale, nous jouons un rôle moteur dans la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si nous voulons créer un avenir durable, nous n’avons pas d’autre choix que de franchir le pas vers une économie circulaire et d’investir dans la transition énergétique.

Fin 2019, nous avons réuni sept grandes entreprises chimiques et énergétiques pour réduire de 50% les émissions du port d’ici à 2030. Ce projet – Antwerp@C – prévient, à un coût acceptable, le départ du CO2 vers l’atmosphère grâce à sa capture et à sa réutilisation ou à son stockage. Cette initiative prometteuse montre que ce type de collaboration est essentiel pour obtenir un effet multiplicateur et créer de la valeur ajoutée sur les plans opérationnel et de l’innovation. L’infrastructure commune bénéficiera à l’ensemble de la communauté portuaire et apportera une contribution utile à la réalisation des objectifs climatiques aux niveaux régional, national et européen. Et ce n’est pas tout. D’ici à 2050, nous voulons que le port d’Anvers soit climatiquement neutre afin de ne pas laisser un lourd héritage aux générations futures.

'Seuls, nous ne pourrons pas changer le monde, c’est pourquoi nous cherchons des partenaires à l’intérieur et à l’extérieur du port.'
Annick De Ridder et Jacques Vandermeiren
Président du Conseil d'administration Port of Antwerp et CEO Port of Antwerp

Seuls, nous ne pourrons pas changer le monde, bien entendu. Mais nous souhaitons être l’étincelle qui déclenche le changement. C’est pourquoi nous cherchons des partenaires à l’intérieur et à l’extérieur du port: des entreprises et des organisations orientées vers l’avenir et faisant preuve d’audace en matière de durabilité. Notre pouvoir d’attraction est important. En tant que marque, Port of Antwerp est connu dans le monde entier. En outre, nous offrons un cadre stable. Ce n’est donc pas un hasard si une entreprise comme Ineos a décidé de s’installer chez nous.

En définitive, nous n’avons qu’une possibilité: continuer à rendre notre port plus résilient et plus durable. Nous voulons renforcer, ancrer et soutenir le plus grand cluster chimique en Europe. Port of Antwerp est également pionnier dans le verdissement du transport par conteneurs. Nous investissons dans l’électrification des terminaux et misons sur un modal shift. Nous luttons par ailleurs contre les émissions de produits nocifs. Les navires amarrés emploient des moteurs auxiliaires pour produire de l’électricité. Or, ces derniers sont responsables d’une partie importante des émissions d’oxyde d’azote (NOx) dans le port. D’ici à 2050, nous voulons réduire à zéro les émissions de NOx des navires à quai.

La poursuite du développement du port implique d’importantes responsabilités. Nous sommes conscients de notre impact sur l’environnement au sens large. Cet impact est surtout positif, mais parfois aussi problématique. À nos yeux, il est crucial de communiquer de façon transparente si nous voulons parvenir à des solutions. Nous nous attaquons aux nuisances sonores en installant des écrans anti-bruit. Avec la création et l’entretien de zones naturelles et de pistes cyclables, nous améliorons la qualité de vie dans notre environnement immédiat. Et nous misons sur une intégration harmonieuse de la nature, de l’agriculture et du port dans le Grenspark Groot Saeftinghe. Tout comme pour le corridor de canalisations vers le domaine de la Ruhr. Nous ne pouvons réussir la transition énergétique sans ces canalisations.

Tout changement est complexe. Mais nous n’avons pas le choix. Et ce n’est pas parce qu’un objectif est difficile à atteindre que nous devons renoncer. Il nous faut prendre en compte tant le coût sociétal que les gains sociétaux. Et nous devons oser innover.

Sur les terrains des anciennes usines Opel, nous construisons aujourd’hui le NextGen District, qui deviendra l’un des hotspots de l’économie circulaire, pleine de nouvelles idées et d’entrepreneuriat créatif. Sur 88 hectares de friches – soit l’équivalent de 130 terrains de football – nous sommes en train de créer un lieu unique, avec l’ambition de devenir une référence en matière de recyclage, de durabilité et d’énergie. Le NextGen District doit nous permettre de concrétiser nos objectifs durables. Nous voulons qu’il devienne un hub dédié à l’innovation, qui apportera de l’oxygène à une nouvelle génération d’entrepreneurs. Ce projet est le reflet parfait de nos ambitions: innovation, audace et circularité.

Annick De Ridder, Président du Conseil d'administration Port of Antwerp
Jacques Vandermeiren, CEO Port of Antwerp 


Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.