Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

Une salle blanche moins onéreuse et plus hygiénique

Dirk Borghs, Datwyler Pharma. ©DEBBY TERMONIA

Longtemps, les salles blanches ont été des installations chères et énergievores. Depuis, la technologie a évolué et elles ont gagné en efficacité énergétique et en efficacité-coût. Quelles sont les possibilités actuelles ?

Datwyler Pharma Packaging Belgium est devenue un des piliers du Datwyler Group (Suisse), un groupe industriel d’envergure mondiale qui compte plus de 50 entreprises. Le site belge se concentre sur le développement, la production et la vente de produits en caoutchouc, en aluminium et en plastique pour les soins de santé. En 2013, il a réalisé un chiffre d’affaires de plus de 116 millions d’euros. 94% de la production est exportée dans 50 pays et l’entreprise emploie 503 collaborateurs.

" Nous fournissons des composants d’emballage aux fabricants de produits pharmaceutiques et d’applications médicales ", explique Dirk Borghs, Vice President Operations Belgium. " Nous fabriquons des systèmes d’injection, des bouchons et des capuchons pour les médicaments, mais aussi leur emballage. La plupart des produits entrent en contact direct avec les médicaments proprement dits. Ils sont donc soumis aux mêmes exigences. Tout doit être " biocompatible ". Nous améliorerons constamment nos compositions pour ces applications primaires, et nous fabriquons aussi des emballages secondaires qui maintiennent ces éléments dans la position adéquate. "

Dirk Borghs, directeur de l’usine, est fier de voir que toutes les grandes entreprises pharmaceutiques viennent s’approvisionner chez eux. Et les salles blanches occupent une place centrale dans la recherche et la production. Dirk Borghs a été témoin de leur évolution. " Au début, nous n’avions qu’une seule salle blanche pour laver, sécher et emballer les produits. Aujourd’hui, tout se fait dans des salles blanches équipées d’unités de filtrage spéciales, les Filter Fan Units ou FFU. Ces unités envoient du plafond de l’air particulièrement pur juste sur l’endroit qui doit être propre, là où s’effectue le nettoyage et/ou l’emballage. Nous fabriquons des produits prêts à l’emploi, emballage compris et il compte parfois cinq couches. "

Une hygiène ciblée

Cette évolution est liée à la forte augmentation de l’efficacité énergétique. " Avant, un grand espace était aménagé au-dessus de la salle blanche, sur toute sa superficie. Tout l’air contenu dans cet espace était conditionné, puis envoyé dans la salle blanche. Avec les FFU qui conditionnent des espaces beaucoup plus ciblés de la zone de production, on gaspille beaucoup moins d’énergie. Nous disposons aujourd’hui d’environ 5.000 m² de salles blanches. Nous y hébergeons toute la production. Ces zones de production sont reliées entre elles de façon à ce que celle qui présente les exigences d’hygiène les plus strictes soit en surpression par rapport à la zone où les exigences le sont moins. "

L’investissement dans cette technologie peut générer jusqu’à 30% d’économie sur la facture énergétique de la salle blanche, qui s’élève à plus de 2 millions d’euros par an. L’investissement primaire est également beaucoup moins élevé. " Cette technologie simplifie grandement la construction, car il n’est plus nécessaire d’aménager de grands espaces dans le plafond. Dans tous nos investissements récents, nous travaillons avec des panneaux muraux et des plafonds modulaires étanches à l’air, combinés à des unités de filtrage mobiles. On peut ainsi étendre très aisément les salles blanches. Il est possible de raccorder un nouveau module en un week-end. Les entretiens et les réparations ont beaucoup plus souvent lieu sans arrêt. "

Les développements en termes de technologie et d’efficacité énergétique rendent l’utilisation des salles blanches beaucoup plus abordables. Datwyler a ainsi étendu la partie ultra hygiénique de sa production. " L’industrie pharmaceutique n’est pas un précurseur dans l’utilisation de FFU. Le système vient de la micro-électronique. Et d’autres secteurs devraient suivre, parce que les exigences en matière d’hygiène sont de plus en plus strictes ", présage Dirk Borghs.

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.