Gardez-la dans la famille

Dans notre pays, environ sept entreprises sur dix sont familiales. Leur transmission à la génération suivante constitue généralement un énorme défi. "Ce n’est pas une opération ponctuelle, mais une phase", explique Jos Thys. Il est coordinateur du projet Réussir la transmission et directeur du Centre de compétences pour les entreprises familiales de l’Antwerp Management School.

Plus vous commencez tôt à réfléchir à la succession de votre entreprise familiale, plus vous aurez de temps pour envisager toutes les options et organiser le processus. Vous attendez trop longtemps ? Dans ce cas, des facteurs comme la santé, l’âge et les émotions peuvent tout compliquer. "Selon Thys, l’ensemble de la procédure prend entre cinq et dix ans.

"C’est un processus presque continu. Un plan par étapes solide est un must absolu", remarque-t-il. "Par où commencer ? En discutant à temps – par exemple entre votre 45e et 50e anniversaire – avec toutes les parties prenantes : enfants, collaborateurs… Ou encore, faisant de ce sujet un point récurrent à l’ordre du jour de chaque réunion. De cette manière, vous transformerez la transmission en un processus naturel, dans lequel les responsabilités sont transférées par étapes."

Communiquer avec toutes les parties

"Il est essentiel de bien communiquer, et suffisamment tôt", insiste Thys. "Vous avez également intérêt à informer votre personnel que vous réfléchissez concrètement à votre succession. Les collaborateurs attachent une grande d’importance à leur avenir dans l’entreprise. La communication avec les clients et les fournisseurs est un must : pour eux, la culture familiale typique constitue souvent un élément de confiance important." Succession et fiscalité jouent un rôle important dans l’ensemble du processus. Chaque région en Belgique dispose d’un régime préférentiel particulier qui permet aux héritiers de ne presque pas payer de droits de succession sur la transmission d’une entreprise familiale.

Jos Thys: "Mais d’autres options intéressantes, comme les donations, gagnent également en popularité. Ce n’est pas illogique. La plupart des entreprises familiales sont caractérisées par une grande part d’autofinancement. "La Région flamande mise énormément sur ce thème via l’Agentschap Ondernemen, qui apporte une aide financière, fiscale et sur le contenu. De nombreuses études sont également menées dans ce domaine, comme l’enquête annuelle du professeur Eddy Laveren de l’Université d’Anvers. "Dans le même ordre d’idée, la gouvernance familiale joue également un rôle crucial.

Le but ? Fixer des règles et prendre des dispositions concernant l’évolution et la gestion du patrimoine familial. Imaginez que seuls deux des quatre enfants veulent devenir actionnaires : une bonne structure de gouvernance vous aidera alors à partager le patrimoine. Cet aspect peut être discuté dans le cadre d’un forum familial : une réunion formelle consacrée spécifiquement aux affaires familiales, comme la propriété, le droit de vote, les critères de succession…"

Un échec sur trois

Selon une étude européenne datant de 2010, un tiers des transferts d’entreprises familiales se solde par un échec. Généralement, c’est le résultat d’une mauvaise préparation. "Il peut être utile de faire appel à un spécialiste externe qui évitera que la situation s’enlise", explique Thys. "Ce peut être un conseiller, un comptable, un expert-comptable, un réviseur, un avocat ou un notaire. En tant que personne extérieure, il suivra le processus de manière plus objective et il pourra apporter les corrections nécessaires."

10 CONSEILS

Pour une succession reussie

  1. Etablissez à temps un calendrier de succession.
  2. Travaillez avec un plan par étapes bien réfléchi.
  3. Etablissez un plan stratégique pour votre entreprise.
  4. Consacrez suffisamment d'attention aux aspects financiers, juridiques et fiscaux.
  5. Impliquez vos enfants dans le fonctionnement de votre entreprise dès leur plus jeune âge.
  6. Installez des structures de gouvernance appropriées.
  7. Développez le talent d’entrepreneur et la gestion d’équipes chez les successeurs.
  8. Recherchez un conseil professionnel et un bon accompagnement externe pour le processus de succession.
  9. Associez un régime de propriété correct au transfert de la gérance.
  10. Soignez la communication et prenez des dispositions claires.
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés