Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.

"Ne limitez pas la discussion autour de Bpost au plafond salarial"

Fabiaan Van Vrekhem, Managing Partner chez Accord Group: "La question que le conseil d'administration de Bpost doit se poser est celle-ci: quelle personne créera de la valeur dans ces circonstances, de manière presque intuitive?"

Bpost recherche son quatrième CEO en 10 ans. “Une analyse un peu facile consiste à dire que, s'ils s’étaient abstenus de toucher au plafond salarial à l'époque, rien de tout cela ne serait arrivé.” Ce n'est pas la vision de Fabiaan Van Vrekhem, Managing Partner au sein du chasseur de têtes Accord Group.

Bien sûr, cette intervention unilatérale était très malheureuse, mais rien n'est aussi simple. On aurait tort de croire que Bpost trouvera la perle rare en corrigeant son plafond salarial. Fondamentalement, on a tendance à supposer trop aisément que tous les CEO se valent. À se convaincre que les CEO sont “transplantables”, que “s'ils ont déjà été CEO quelque part, ils seront capables de l'être à nouveau ici”.

Ce faisant, on ignore le fait que le CEO doit trouver sa place dans le contexte dans lequel l'entreprise opère. Or, le context alignment est le secret du placement réussi d'un CEO. Cette adéquation entre le contexte et le CEO opère à trois niveaux. L'intégrité et les valeurs, tout d’abord, ce qui est plutôt évident. Le style du CEO (ou son comportement) est-il adapté à l'entreprise? Enfin, cette personne peut-elle gérer le niveau de complexité dans lequel évolue l'entreprise (ou le secteur en général)?

On aurait tort de croire que Bpost trouvera la perle rare en corrigeant son plafond salarial.
Fabiaan Van Vrekhem
Managing Partner chez Accord Group

Inadéquation

Si le niveau de complexité s’avère trop élevé ou trop faible, le CEO grincera des dents ou s'ennuiera. Les entreprises ont tendance à sous-estimer la complexité et risquent donc de viser trop bas dans la recherche de leur CEO.

“Nous cherchons simplement quelqu'un qui...”: voilà le message. La complexité croissante du travail n'est pas suffisamment anticipée. C'est également un risque chez Bpost, à plus forte raison parce que la complexité du contexte est considérable, tant en interne que sur le marché.

Si Bpost jouissait à une époque d’une grande maîtrise sur le marché, ce n'est plus le cas. Le client est roi, et des clients comme Bol.com et Amazon sont très conscients de leur pouvoir. Bpost n'a d'autre choix que de s'adapter à cette situation.

L'échec du rachat de PostNL a finalement permis à Bpost de rester un opérateur local, même s'il dispose d'une branche technologique américaine. L'entreprise n’en doit pas moins se réinventer sur le marché intérieur – de distributeur de lettres, elle doit devenir distributeur de colis – ce qui a créé quelques tensions dans ses propres rangs. Ajoutez à cela le fait que le gouvernement belge soit son actionnaire majoritaire, et vous comprenez que chacune de ses décisions recèle une dimension politique.

Créer de la valeur

Le CEO de l'entreprise postale doit remettre en question sa raison d'être presque quotidiennement. Tant vis-à-vis du marché que de ses actionnaires, de ses propres services (en Europe et aux États-Unis) que de ses employés et fournisseurs.

Dès que vous aurez trouvé le bon CEO, il faudra inévitablement vous poser cette question: quelle valeur peut avoir cette personne pour vous?
Fabiaan Van Vrekhem
Managing Partner chez Accord Group

La question que le conseil d'administration de Bpost doit se poser est celle-ci: quelle personne créera de la valeur dans ces circonstances, de manière presque intuitive? Pas seulement aujourd'hui, mais aussi demain, lorsque le marché subira de nouveaux chocs?

Qui sera en mesure d'élaborer une nouvelle proposition de valeur? Sur le papier, bien entendu, mais aussi dans sa mise en œuvre? De manière à préserver la confiance des clients, du personnel et des actionnaires pour les années à venir? Dès que vous aurez trouvé le bon CEO, il faudra inévitablement vous poser une autre question: quelle valeur peut avoir cette personne pour vous?

Analyse erronée

Il est possible effectivement que Bpost bute alors sur la question du plafond salarial. Dans le domaine du recrutement de cadres, les candidats sont bien conscients de leur valeur et les fausses notes en matière de rémunération peuvent rapidement se transformer en pierres d'achoppement.

Il serait néanmoins erroné de commencer l'analyse par cette dimension. Au risque d'appliquer une logique purement axée sur les coûts. La sélection serait alors fondée sur la question: “qui peut faire ceci pour ce salaire?”, et ignorerait la dimension “création de valeur”.

Et c'est la deuxième question que nous devons oser nous poser: que coûtera à Bpost, aux employés, à l'État belge, de conditionner cette recherche de CEO à un coût? Et combien cela a-t-il déjà coûté?

Auteur: Fabiaan Van Vrekhem, Managing Partner chez Accord Group

Lire également

Logo
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Le partenaire impliqué est responsable du contenu.